Le Centre Léon Bérard de Lyon a bien utilisé des prothèses PIP

Le centre anti-cancer de Lyon a confirmé avoir utilisé les prothèses incriminées sur une soixantaine de patientes entre 2008 et 2010. PIP était jusqu'en 2011 le fournisseur officiel des centres anti-cancéreux de France. Et le centre lyonnais qui se trouve à Grange-Blanche (8e arrondissement) en faisait partie, mais dans de faibles proportions. Dans un communiqué, le centre confirme avoir posé "une soixantaine de prothèses fabriquées par la société française Poly Implant Prothèse dans le cadre de reconstruction mammaire suite à un cancer du sein parmi les 450 prothèses effectuées entre 2008 et fin mars 2010." Le centre précise que ce type d'implant a été arrêté suite à la demande de retrait faite par l'Afssaps en mars 2010. Et il rappelle que ce sont les chirurgiens qui sont libres de choisir "le type de matériel prothétique qu'ils posent."
Toujours dans sa déclaration, le centre mondialement reconnu indique que les 60 patientes concernées ont toutes été contactées début avril 2010 et se sont vues proposer une éventuelle explantation. Une trentaine a déjà été opérée et l'autre moitié a de nouveau été contactée par le centre en novembre 2011, après le décès d'une femme porteuse de prothèses PIP. Le Centre Léon Bérard indique enfin qu'"aucun incident n'a été décelé chez les patientes prises en charge."

0 commentaire
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.