Grève des éboueurs: "Nous savons que Gérard Collomb a une âme socialiste"

Grève des éboueurs: "Nous savons que Gérard Collomb a une âme socialiste"
Pascal Bouchard - LyonMag/JazzRadio

Pascal Bouchard, délégué CFDT parmi les porte-voix du conflit qui oppose l’intersyndicale au Grand Lyon sur la question du ramassage des ordures, était l’invité de Jazz Radio pour l’émission Ça Jazz à Lyon, proposée en partenariat avec LyonMag.com.

Cinquième jour de grève vendredi pour les éboueurs lyonnais qui n’entendent pas céder un iota de terrain sur leurs revendications. Ils réclament l’annulation du marché public qui prévoit, à partir du mois d’octobre, la cession d’une partie des tournées lyonnaises et de l’ensemble de celles de Villeurbanne au secteur privé. En contrepartie, le Grand Lyon leur propose un samedi sur deux non travaillé, le recrutement de dix personnels et l’amélioration générale de leurs conditions de travail. "Peut-on croire la parole du président du Grand Lyon, s’interroge Pascal Bouchard. Ces propositions devaient déjà être appliquées en 2003. Depuis on attend toujours. Et il nous le rappelle dans une  négociation où ce n’est pas ce qu’on lui demande. On lui demande de garder l’équilibre entre le public et le privé." Le statu quo se transforme peu à peu en guerre de tranchées. Et chacun y va selon sa méthode. Le Grand Lyon a révélé cette semaine le salaire des agents de la propreté quand les grévistes bloquent chaque matin depuis trois jours la sortie des camions des dépôts. "On n'a pas atteint le seuil de non-retour, promet pourtant le syndicaliste. Nous avons fait la preuve que les agents débutaient leur carrière à 1 300 euros nets par mois, toutes primes confondues, en travaillant 6 jours sur 7 derrière un camion. Ce ne sont pas des privilégiés." En guise de réponse, l’intersyndicale, échauffée par cet épisode des salaires, a revu ses prétentions à la hausse dans son nouveau préavis de grève qui court à partir de lundi prochain. Les agents veulent désormais tous leurs samedis chômés. Caprice ? Nenni, selon Pascal Bouchard, qui apporte sa version des faits. "Pendant cette période de conflit, même avant, le directeur de la propreté du Grand Lyon (Bruno Coudret - NDLR) s’était permis d’aller sur le terrain. Il avait pris sans doute une casquette de délégué. Il a proposé aux agents de leur accorder les quatre samedis. Les agents ont pris la proposition comme argent comptant." Une revendication qui coûterait, selon Thierry Philip, le vice-président délégué à la propreté au Grand Lyon, la somme de 2,5 millions d’euros par an pour faire assurer le ramassage par des sociétés privés les samedis. "Nous aurions bien aimé avoir ce chiffre", glisse Pascal Bouchard, qui annonce des lendemains qui déchantent.  "Les salariés et les agents du public ont conscience qu’il faut défendre l’outil public, prévient-il. Il n’est pas impossible que d’autres services, d’autres agents et d’autres directions rentrent dans le conflit." Vers un élargissement du conflit social au Grand Lyon ? "Je n’annonce pas l’élargissement du conflit social, mais je rappelle que c’est au président de nous recevoir (les agents sont reçus à 8h30 vendredi matin par Gérard Collomb - NDLR), recadre-t-il. Le coût de la collecte organisée en public, contrairement aux allégations, est équilibré voire moins cher que dans le privé." Ira-t-on alors vers un blocage du conflit au point que Lyon deviendra dans les jours à venir une grande déchetterie à ciel ouvert ? "Je ne pense pas. Le président aura à coeur de répondre aux revendications du personnel. Les salariés, les agents publics sont aussi électeurs. Ils sont soucieux de ces débats. Ils pensent que le président va aller dans le sens des organisations syndicales mais plus exactement des agents. Nous sommes persuadés que Gérard Collomb a une âme socialiste", termine-t-il, avec une ironie mordante.

Tags :

eboueur

eboueurs

7 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
ddomh69@yahoo.fr le 17/03/2012 à 06:00
GregoToa a écrit le 16/03/2012 à 17h46

Vivement un service minimum, votre attitude est anti-républicaine comme tant de minorité de privilégié qui s'octroie le droit de nuire au plus grand nombre au nom du droit de grève.
Vous défendez le service public, n'est-ce pas? Et bien je réclame que vous effectuiez votre devoir public !

Privatisons, nous serons débarrassé de ce genre de syndicalistes minoritaire et peu scrupuleux...
Cdlt.

maintenant pour certains les éboueurs sont des privilégiés , c'est du grand n'importe quoi , cela fais 30 ans que je suis éboueur a l’époque personne ne voulait faire ce job et maintenant on viens me dire que je suis un privilégier, nous sommes dehors par tout les temps 6 jours sur 7 chez nous l’intempérie n'existe pas et puis si on est si bien que ça faites en sorte que vos enfants fassent ce métier!!! ohhhhhh mais pour vos enfants vous espérés un autre avenir??? alors taisez vous

Signaler Répondre

avatar
GregoToa le 16/03/2012 à 17:46

Vivement un service minimum, votre attitude est anti-républicaine comme tant de minorité de privilégié qui s'octroie le droit de nuire au plus grand nombre au nom du droit de grève.
Vous défendez le service public, n'est-ce pas? Et bien je réclame que vous effectuiez votre devoir public !

Privatisons, nous serons débarrassé de ce genre de syndicalistes minoritaire et peu scrupuleux...
Cdlt.

Signaler Répondre

avatar
jm le 16/03/2012 à 14:40

Le pouvoir chinois censure internet pour ceux qui dénonce les abus du système.
Aujourd'hui à la Mairie de Lyon, réunion de prévention des conflits d'intérêt au sein du conseil municipal.
Le régime Collomb refuse que ces déclarations soient publiées !

Signaler Répondre

avatar
pauvreLYon le 16/03/2012 à 14:24

Il dit : " Peut-on croire la parole du président ?" ... Et ce monsieur va voter Hollande, soutenu par le président du Grand Lyon.... Cela fait peur.

Signaler Répondre

avatar
Lyonnaisàvie le 16/03/2012 à 13:36

Si je me fais mordre par un rat, qui est coupable ? le Maire ou ce monsieur qui prend en "otage" les habitant et la ville ?

Signaler Répondre

avatar
Lucien. le 16/03/2012 à 13:09

Monsieur le délégué cfdt, vous cirez trop les pompes d'un "président", qui n'a de socialiste que l'étiquette figurant sur les bulletins de vote !

Ce délégué, les salariés et journalistes seraient bien inspirés, de rechercher la cause de cette inversion de secteur, entre privée et régie publique.

Bon bien-sur, il faut ne pas se laisser berner, par le rapport de la Cour des Comptes, qui a mon sens est utilisé comme un attrape nigaud.

Car dans les faits, à quoi ça sert d'inverser les secteurs ?

Une fois encore, les élus y compris ceux de l'opposition sont muets...

Qui parle de démocratie locale ?

Signaler Répondre

avatar
jm le 16/03/2012 à 09:26

Plutôt que réclamer l'annulation du marché public ne serait-il pas plus profitable pour tous de réclamer sa transparence et sa légalité ?

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.