Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Hugo Lloris  - Photo DR

Hugo Lloris ne veut pas “le rôle du gentil” en Equipe de France

Hugo Lloris - Photo DR

Le gardien de l’Olympique Lyonnais et de l’Equipe de France de football revient ce jeudi sur ce qui s’est passé pendant l’Euro en Ukraine, et donne sa vision des Bleus pour la suite.

Dans l’interview qu’il donne dans le quotidien sportif L’Equipe, on sent un joueur fatigué et qui se justifie. "Après la déception de l’élimination, il faut deux ou trois jours pour revenir à la réalité." Le capitaine des Bleus prend également les responsabilités que lui confie le brassard pour expliquer ce qui s’est passé dans le vestiaire après la Suède : "Le plus important dans une compétition comme un Euro, c’est de calmer le jeu pour que ça ne dérape pas. On a eu une discussion dans laquelle on s’est dit les choses, et on est repartis." Les insultes de Nasri, les invectives de Ben Arfa… Hugo Lloris ne les nie pas mais il ne comprend comment les propos ont pu sortir aussi facilement du vestiaire : "C’est notre vie de groupe, notre vie de vestiaire, ça ne regarde personne ! C’est là que tout cela me dérange vraiment. Parce que ce n’est pas la première fois que ça arrive (…) En ce moment, on est en train de tout détruire. J’ai le droit de trouver ça injuste."

L’excellent portier de l’Olympique Lyonnais, qui s’est finalement révélé pendant cet Euro aux yeux de l’Europe et des grands clubs européens, s’explique également sur l’altercation qu’il a eu avec Jérémy Menez : "C’est moi qui lance les hostilités. Sur le terrain, il n’y a pas de sentiment à avoir, on n’a pas le temps de dire ‘s’il te plait, excuse-moi’. Alors on se lance des flèches (…) Je ne veux pas du rôle du gentil dans cette affaire. Je ne sais plus ce que je lui ai dit, mais je l’ai pourri, et c’était normal. Je ne sais pas non plus ce qu’il m’a dit, mais cela se passe comme ça dans n’importe quelle équipe."

Le gardien de l’OL ne demande pas d’ailleurs de sanctions comme le milieu de terrain. Il en serait choqué, "parce que dans ce cas-là, il faudra moi aussi me sanctionner. Il faut arrêter avec les gentils, les polis, ceux qui ont une bonne tête." Les têtes de Kircha, Hugo Lloris aimerait bien les revoir pour les matchs qualificatifs du mondial 2014 et au Brésil pour la compétition : "Je suis persuadé" que ce groupe peut être compétitif dans deux ans, et toujours avec Laurent Blanc, car "on est favorables à la continuité."



Tags : ol | olympique lyonnais | hugo lloris | equipe de france | football |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.