Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Photo d'illustration - DR

Florence Foresti donne la fête de l’année à Lyon

Photo d'illustration - DR

Jeudi, vendredi et samedi, l'humoriste lançait à la Halle Tony Garnier son dernier spectacle "Foresti Party".

Dans sa ville natale, Florence Foresti se rôde. En dépit de son amour pour le public lyonnais, la vraie échéance reste Bercy dès le 19 septembre avec une retransmission prévue en direct dans une centaine de cinémas le 23.
Mais l’humoriste est une acharnée du travail bien fait et de l’effort non retenu. Alors durant trois jours, elle a invité les Lyonnais à sa Foresti Party, sa teuf de presque-quadra, maman qui boit trop et qui kiffe la mode.
Ceux qui pensaient voir un simple spectacle seront vite bluffés par les moyens mis en œuvre. Sons, lumière, danseuses, musique, Foresti s’investit d'emblée sur scène mais oublie de faire rire. Les minutes passent, les bonnes blagues se font attendre. On commence même à craindre un revival de Florence Foresti and friends, show à la québécoise indigeste avec pluie de guest-stars perdues sur scène et numéros de danses interminables.
Sauf que la Lyonnaise a retenu la leçon et dévoile finalement ce qu’elle fait de mieux : des sketchs bien écrits appuyés par une prestance scénique qui fait mouche.
La bonne idée vient des scénettes entrecoupant chaque acte. Tournées en amont et diffusées sur écrans, elles parodient des pubs, des séries, des personnalités. Et si la finesse n’est pas le fort de la native de Vénissieux, sa faculté à se glisser dans la peau de personnages rattrape le tout. Madonna, Shakira, Marion Cotillard, Isabelle Adjani et même Crystal, la candidate de X Factor fan de Johnny prennent vie à travers Florence Foresti, affublée d'une perruque et d'accents hilarants.
Et si parfois l’ambiance retombe au profit de numéros de pôle-dance, de pom-pom boys ou de cabaret, la party de Foresti reste la fête à ne pas manquer.

Des guest-stars qui font la différence

Comme dans toute bonne fête qui se respecte, il y a les invités classiques.  Les chouchous de l’assemblée, qui font les meilleures blagues et avec qui on a envie de partager un verre. Alexandre Astier et Jean-Christophe Hembert (Karadoc dans Kaamelott) remplissaient ce rôle à merveille, les deux Lyonnais ont électrisé la scène à l'occasion d'un sketch inversant les rôles des hommes et des femmes à la maison.
Dans les soirées, il y aussi ceux qui collent les chouchous dans l’espoir de profiter de leur charisme pour choper mais qui finalement ne peuvent pas en placer une. L’actrice Alice Belaïdi (Workingirls) n’a pas fait le poids, jonglant maladroitement avec un texte grossièrement écrit.
Il y a également les invités qui ne font pas de vagues, ceux que les hôtes préfèrent parce qu’ils ne cassent rien et n'embêtent personne. La chanteuse Sonia Lacen (The Voice), qui est intervenue sans fioritures sur plusieurs chansons, n’a pas transporté la Halle.
Enfin il y a ces convives dont on attend énormément, mais qui déçoivent parce qu’ils cuvent sur le canapé. Le créateur et acteur principal de Bref. Kyan Khojandi fut le premier à monter sur scène. Tout le public attendait un sketch acide et rythmé, il n’aura eu droit qu’à quelques pas de danse, certes hilarants, mais terriblement frustrants.

Au final, la Foresty Party reste un show qui met du temps à décoller mais qui finit sur un atterrissage culte, clin d'œil à la meilleure période de l’humoriste, celle du one-woman-show traditionnel que l'artiste semble avoir remisé au placard.
Mais comme le récit d'une fête reste la moitié de la fête, laissez vous inviter par la personnalité préférée des Français, une pile électrique d’1m66 fringuée Gaultier et qui se pinte aux mojitos.



Tags : foresti | foresti party |

Commentaires 2

Déposé le 19/09/2012 à 23h55  
Par Olivier Citer

Sors du spectacle à Bercy, et rejoins spacelex sur tous les plans.
Impressionnant spectacle dans un lieu pas facile à occuper.
Bon tempo, avec des revivals de music-hall à l'américaine sacrément bien torchés. Beaucoup de peps, bonne qualité des écrans, sono irréprochable. Voilà pour la partie mise en scène.
Pour le contenu, une FF en pleine forme, qui conduit très bien les fils rouges et les allusions à ses anciens spectacles, sur une trame de sketchs inédits toujours aussi bien vus, aux antipodes du show-off permanent actuel.
Et une Sonia Lacen que j'ai découverte et qui m'a impressionné : une voix d'une puissance et d'une émotion...
Une belle surprise party, quoi ! On en redemande !
Bravo Florence !

Déposé le 15/09/2012 à 01h49  
Par spacelex Citer

Faut pas faire le blasé.
C'est un moment de 2 heures en ForestY !
C'est un show, un megashow rythmé comme une symphonie avec ses crescendo ses piano et ses fortissimo. C'est une salade césar avec son sucré son craquant son piquant et sa pointe d'acidité.
Personnellement les guests je suis pas très fan mais Astier était comme à la maison : facile, par contre JCH trébucha à maint reprises sur son texte.
Et là je m'inscrit en faux : Sonia Lacen a dû mettre la chair de poule à plus d'un spectateur ayant payé sa place lui. Ayant arraché la touche 1 de ma zapette, elle m'était inconnue, mais quelle voix quelle justesse quelle puissance. Un grand moment. Et le silence du public peut aussi être une belle marque reconnaissance.
Alice, ça n'était pas son soir ( jeudi soir) mais bon face à 8000 personnes ça peut, humainement, déstabiliser.
Pour moi la "dépigmentation" aura été le mot de la soirée. Je n'en dévoilerai pas d'avantage. Un moment culte.
Et puis allez, La Floflo de l'avis général nous est apparue en formes. Alors une brioche, un polichinelle un chou une rose ... ou alors c'est la bière.
Merci pour cette parenthèse déjantée et plein de bonheur.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.