Le Rhône n'est pas épargné par les déserts médicaux

Une situation paradoxale car l'agglomération lyonnaise est la deuxième plus importante de France. Mercredi, l'UFC-Que Choisir a présenté sa « carte de la fracture sanitaire ».
On y apprend que 2 % des Rhodaniens sont dans un « désert médical », c'est dire à plus de 30 minutes d'un généraliste. Ils ont également plus de mal à consulter des spécialistes. Quatre spécialités sont touchées : la médecine générale, la pédiatrie, l'ophtalmologie et la gynécologie où les dépassements d'honoraires rendent la situation critique.

0 commentaire
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.