Eléphants de Lyon : le préfet du Rhône a reçu "des milliers de mails et de SMS"

Jean-François Carenco a confié mardi qu'il avait reçu "des milliers de mails et de SMS" dénonçant son "manque de coeur". Le préfet avait décidé l'abattage des deux éléphantes du Parc de la Tête d'Or à Lyon, suspectées d'être porteuses de la tuberculose.
Jean-François Carenco a réaffirmé qu'il était "impossible de les soigner", et que "s'il y a un problème demain, c'est moi qui vais en taule".
La décision du Conseil d'État, saisi par le cirque Pinder, propriétaire des éléphantes, est attendue prochainement.

1 commentaire
Laisser un commentaire
avatar
Ushas le 23/01/2013 à 11:01

Impossible de soigner la tuberculose à notre
époque, serait-ce une plaisanterie ? disons plutôt que ce monsieur, sans état d'âme, a décidé de s'en débarrasser pour des raisons bassement économiques, d'autant plus qu' il y a juste suspicion de cette maladie, on n'est pas même certain que ces 2 éléphantes sont contaminées et c'est pour cette simple raison qu''il désire les euthanasier, c'est vraiment n'importe quoi.
A cause de l'homme ces éléphantes ont perdu leur liberté et sont tombées malades et à présent on souhaite les exterminer, car elles n'amusent plus personne.
L'être le plus abominable et le plus exécrable de la planète : c' est l'homme qui ne respecte absolument
rien.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.