Otages au Cameroun : imbroglio autour de la libération de la famille originaire du Rhône

Otages au Cameroun : imbroglio autour de la libération de la famille originaire du Rhône
Photo d'illustration - DR

Une source militaire camerounaise affirme que les sept Français enlevés mardi dans le nord du Cameroun ont été retrouvés sains et saufs au Nigeria jeudi matin.

Le ministre français chargé des anciens combattants, Kader Arif, a confirmé cette libération, avant de revenir sur ses propos en signalant qu'il n'y a pas de confirmation officielle. L'ambassade de France à Yaoundé dément également cette libération, tout comme le quai d'Orsay qui évoque des "rumeurs infondées" et des propos "étonnants" de Kader Arif. La cellule de crise du Quai d'Orsay démentira même la libération de la famille après 13h. Il semble donc que la famille n'a pas été retrouvée.

Un officiel de l'armée camerounaise avait indiqué que les sept otages avaient été retrouvés par les autorités nigérianes, abandonnés dans une maison de Dikwa dans le nord du Nigeria à une centaine de kilomètres de la frontière avec le Niger.
Le couple, leurs quatre enfants de 5 à 12 ans, et l'oncle ont des racines dans le Rhône. Les parents de la mère seraient des viticulteurs du Beaujolais, originaire de Régnié-Durette. Le père serait lui diplômé d'une école de gestion de Lyon et est un collaborateur de GDF-Suez, expatrié avec sa famille à Yaoundé, la capitale du Cameroun.

Tags :

cameroun

0 commentaire
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.