Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Beaucoup d'agitation ce vendredi à Régnié-Durette après la libération des otages - Photo Lyonmag.com

Libération des otages : le soulagement à Régnié-Durette dans le Rhône

Beaucoup d'agitation ce vendredi à Régnié-Durette après la libération des otages - Photo Lyonmag.com

L’annonce de la libération de la famille Moulin-Fournier, qui était retenue en otage depuis le 19 février à la frontière du Nigéria et du Cameroun, a été accueillie avec beaucoup d’émotion dans le petit village de Régnié-Durette dans le Beaujolais.

C’est dans cette petite commune d'un millier d'habitants, au milieu des vignes, que vit la famille maternelle des désormais ex-otages.
Si Bernard Striffling, le père d’Albane Moulin-Fournier, n’a pas souhaité répondre aux questions des nombreux journalistes venus sur place, le maire Pierre Savoye a fait part du "soulagement" ressenti par la famille et les habitants. "Il y a deux mois que l’on attend cela, c’est très bien que ce soit fini aujourd’hui. Bernard est heureux parce qu’il va retrouver sa fille et ses petits enfants. Il faut maintenant nous laisser le temps de réaliser cette bonne nouvelle car ce matin on ne s’en doutait pas. Et on fera la fête après. Le Beaujolais coulera à flot ", promet-il.

De son côté le curé du village, le père Edouard Lecomte, a décrit en sortant de la maison des Striffling que "c’est une grande joie. Une joie qui change de la fausse annonce de la libération qui avait été faite de manière trop rapide il y a quelques semaines. Malgré l’épreuve, cette famille n’a jamais perdu l’espérance, notamment grâce au soutien de ses proches." Et d’ajouter que "les viticulteurs aussi ont apporté un soutien extrêmement concret. Ils ont aidé notamment à tailler la vigne parce qu’ils n’ont pas eu beaucoup de temps et que la grand-mère était très triste. […] C’est en tout cas aujourd’hui une grande joie. On a bu du champagne en lisant l’évangile !", a-t-il conclu.

Même sentiment à Paris, où les frères du père et de la mère de la famille Moulin-Fournier se déclaraient "joyeux" et "soulagés" : "Nous ne leur avons pas parlé, mais nous comptons le faire dans les jours qui viennent. Nos parents ont pu leur parler", ont-ils indiqué lors d’une conférence de presse commune.

Après deux mois de détention, les trois adultes et quatre enfants semblent aller bien. Un médecin a pu les examiner quelques heures après leur libération. Les ex-otages sont attendus en France samedi matin, "entre 3h et 8h", selon le quai d’Orsay. On ne sait pas encore quand ils pourront rejoindre Régnié-Durette.



Tags : otages | cameroun | Villié-Morgon |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.