Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Woodkid - DR

Le lyonnais Woodkid : “un adolescent timide et introverti”

Woodkid - DR

Dans tout juste un mois il sera sur la scène du théâtre antique de Fourvière.

A cette occasion, Yoann Lemoine se produira le 8 juin prochain en compagnie de l’orchestre symphonique de Lyon. Et le spectacle affiche d’ores et déjà complet. Un succès indéniable alors que son album est sorti, il y a seulement quelques semaines.
Né à Lyon en 1983, celui qui deviendra Woodkid passe son enfance dans la région. Il est élève du collège jusqu’au lycée, à Notre-Dame-de-Mongré, un établissement privé de Villefranche-sur-Saône. Studieux, il réussit brillamment ses études. "C’était quelqu’un de très intelligent, raconte Amélie qui l’a connu de la 3e à la terminale. Il a toujours été dans les premiers de sa classe".

Yoann Lemoine, qui a collaboré avec des stars internationales comme Lana Del Rey, Katy Perry, Rihanna ou encore Moby, n’était a priori pas destiné à un tel avenir. "Il était très introverti, très timide, continue Amélie. Mais il a toujours été original, dans son look notamment".  Plutôt rétro, il n’hésitait pas à porter les bretelles et le nœud papillon dès la seconde.
"Il était souvent dans son coin et dessinait tout le temps en cours", ajoute Violaine qui l’a aussi connu durant ses années à Mongré.
Un talent qui le conduira à entrer dans l’exigeante école d’arts graphiques Emile Cohl, rue Paul Bert dans le 3e arrondissement. "C’était un très bon étudiant, il avait une vraie facilité", raconte Aymeric Hays-Narbonne, directeur-adjoint de l’école Emile Cohl, qui fut aussi son professeur. Il y passera quatre années et y connaîtra aussi quelques désillusions. "Il a appris à apprendre. A apprendre que ça ne marche pas toujours du premier coup", complète Aymeric Hays-Narbonne. Il sortira de l’école en 2004, le diplôme en poche, puis quittera Lyon la même année.

Près de dix ans plus tard, le Lyonnais a conquis la planète musique, ses anciennes camarades de classe aussi. Son ancien professeur est lui, plus nuancé. "Il a de véritables réflexes de réalisateur d’animation", explique Aymeric Hays-Narbonne. Des réflexes qui lui restent probablement de ses années à Emile-Cohl. "Son clip est plutôt réussi, assez fin et très professionnel, continue le directeur-adjointe de l’école d’arts graphiques. Mais en tant que professeur, je lui conseillerais de changer un peu de style pour son prochain clip, sinon il va vite tourner en rond".



Tags : woodkid |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.