Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Photo Lyonmag.com

Françoise Grossetête (UMP) : “On ne peut pas être député européen hors-sol”

Photo Lyonmag.com

Après le Modem, les Verts et le PC, c'était au tour de l'UMP de présenter sa liste sud-est. Françoise Grossetête, numéro 2 sur la liste menée par Renaud Muselier, a officiellement lancé sa campagne pour les européennes à Lyon ce vendredi après-midi. Pendant ce temps, le PS présentait sa péniche dans 1e arrondissement. Accompagnée de huit de ses colistiers, en grande majorité des femmes - trois hommes étaient présents -, l'eurodéputée est venue réaffirmer ses positions.

"Nous sommes fiers de notre liste, a affirmé Françoise Grossetête. Elle est vraiment issue du territoire. C'est la seule dont on peut certifier que chaque membre représente un territoire de la circonscription."

Les membres de l'UMP ont profité de ce point presse pour réaffirmer des positions déjà bien connues de leurs électeurs : le refus d'intégrer la Turquie à l'UE tant qu'elle n'aura pas reconnu le génocide arménien, et l'opposition au mariage pour tous. Ce dernier aspect est incarné par la colistière Anne Lorne (numéro 8 sur la liste sud-est), bien connue à Lyon pour avoir été un des chefs de file de la Manif pour tous. Pour elle, l'Europe "n'a pas à s'occuper" de cette problématique, qui doit rester au niveau national. Ils ont également déploré le dysfonctionnement du couple franco-allemand, appuyés par François-Noël Buffet, ex candidat au Grand Lyon et maire d'Oullins venu apporter son soutien.

Françoise Grossetête revendique par ailleurs une politique de proximité : "On ne peut pas être député européen hors-sol, a déclaré l'eurodéputée et conseillère régionale. On doit être constamment avec son territoire afin de savoir ce que les gens pensent." Michel Dantin, député européen et numéro trois de la liste, renchérit : "Nous sommes des élus du territoire à Bruxelles, pas des élus de Bruxelles sur le territoire". Il concède que les eurodéputés rencontrent d'énormes difficultés pour faire connaître leur action : "Souvent, les citoyens nous reprochent de ne pas être assez proches d'eux".

Quand on demande à Françoise Grossetête le nombre de sièges qu'elle espère au Parlement européen, la réponse ne se fait pas attendre : "Le maximum". En 2009, l'UMP avait pu en occuper cinq, mais ce bon score avait aussi été le résultat d'alliances avec l'UDI. La candidate et ses colistiers sont également revenus sur l'abstentionnisme. "C'est une élection à un tour, rappelle François Grossetête. Il est nécessaire d'envoyer au Parlement européen des députés utiles et efficaces".



Tags : européennes 2014 | grossetete |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.