Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Témoignage : “Pourquoi je cache des sans-papiers”

Institutrice et mère de trois enfants, Sylvie héberge dans le Val de Saône des demandeurs d’asile, dont la famille Ali avant son expulsion le 17 novembre.

“Je m’appelle Sylvie, j’ai 47 ans et trois filles de 12, 18 et 20 ans. Institutrice en maternelle, j’ai toujours eu une fibre sociale. D’ailleurs, je suis engagée dans la MJC locale, les parents d’élève de la FCPE... Et Il y a un an, j’ai adhéré au Réseau Education Sans Frontières, qui milite pour le soutien et l’accompagnement des jeunes scolarisés sans papiers, et de leur famille bien sûr. Je n’avais jamais été sensibilisée à cette cause, et j’ai découvert l’existence à deux pas de chez moi d’un Centre d’accueil pour demandeurs d’asile.
C’est à cette occasion que j’ai rencontré deux familles de sans-papiers. Comme leur demande d’asile avait été rejetée, elles étaient expulsées du CADA et se retrouvaient à la rue. Je me suis alors engagée dans ce combat en participant à des manif, en créant une antenne RESF sur Rillieux-Val de Saône.... Mais surtout, j’ai me suis attachée à ces familles. Au point, un jour, d’en accueillir une chez moi.
Tout à commencé fin juin. Ce jour-là, c’était la fête de l’école de ma commune où une famille de bosniaques avaient un de ses deux enfants de 3 ans scolarisé. Comme mes filles étaient chez leur père pour le week-end, je les ai emmenés chez moi. Je n’ai pas réfléchi. Je ne pouvais tout simplement pas laisser ces enfants dormir dehors ou dans un foyer de SDF ! Puis cet été, j’ai prêté mon appartement pendant trois semaines à la famille albanaise Ali. Quand je suis revenue de vacances, je n’avais jamais vue mon appart aussi nickel ! Et ils continuaient à laver leur linge au centre d’accueil pour m’éviter des dépenses supplémentaires. Bref, ces familles sont vraiment adorables. Elles cherchent toujours à remercier à leur façon, en offrant un café, des fruits, des gâteaux...
Depuis la rentrée, ma fille aînée habite dans un studio en ville. Du coup, je peux héberger de manière plus permanente des demandeurs d’asile. En octobre-novembre, j’ai hébergé une famille angolaise avec un petit de 3 ans. La mère qui est prête à accoucher a 20 ans. Elle a été violée et emprisonnée dans son pays. Notre principale préoccupation, c’est de leur trouver un logement durable. On active donc notre réseau. Mais la paroisse de ma commune est assez active et c’est souvent grâce à elle qu’on trouve des propriétaires qui mettent un logement vide à notre disposition.
Je suis divorcée depuis 10 ans, et célibataire ce qui quelque part, facilite les choses. Au quotidien, la cohabitation était parfois difficile avec cette famille angolaise qui parle à peine le français. Surtout pour mes filles qui ont des devoirs à faire le soir. Mais elles me soutiennent dans ma démarche. Dans mon 5 pièces de 130 m2, on est souvent un peu à l’étroit, surtout que la cuisine n’est pas grande. Le soir, on mange tous ensemble, souvent ce sont eux qui font la cuisine, c’est une manière de me rendre service en retour. Avec mes voisins, il n’y a pas de problème. A chaque fois que je fais signer des pétitions pour, ils signent, et proposent leur aide. Bien sûr, il y a toujours des gens dont on se méfie un peu. Financièrement, ce combat me coûte aussi. Surtout en téléphone, en essence, et quand les familles sont déboutés, ils n’ont plus d’aide sociale, donc il y a les tickets de bus à payer, les vêtements...Quand les Ali étaient au centre de rétention de Saint-Exupéry, la première semaine j’y allais tous les jours après le travail.
J’ai tissé des liens très fort avec ces familles, notamment avec les Ali. J’ai découvert des histoires très fortes, de gens qui ont dû quitter leur pays, leur famille... Et qui souvent ont été maltraités.
Les risques, je commence seulement à en avoir conscience car il y a de plus en plus de procès. On risque de la prison ferme, alors qu’on est pas des délinquants ! Mais le plus grand risque pour moi serait une condamnation inscrite sur mon casier judiciaire. Comme je suis fonctionnaire, je pourrais perdre mon travail. Ou une grosse amende que je n’aurais pas les moyens de payer, car je ne suis même pas imposable. Il y a quelques semaines, j’envisageais sérieusement de partir en retraite anticipée pour avoir plus de temps pour les familles, car je n’en peux plus de courir tout le temps. Puis j’ai réalisé que ça n’était pas la solution. Car mes élèves sont une bouffée d’oxygène après des coups durs comme l’expulsion des Ali.
C’est une question humaine qui dépasse la politique. D’ailleurs, parmi les soutiens de la famille Ali, il y avait des gens de tous bords. Laisser un mois un couple avec deux enfants en bas âge dans un centre de rétention, c’est scandaleux ! C’est à cause de cette fameuse liste de “pays sûrs”. Mais non la Bosnie n’est pas sûre pour les musulmans, et l’Albanie non plus pour certains opposants. La justice met systématiquement en doute l’authenticité des preuves en réclamant des originaux. Comme s’ils pouvaient retourner chez eux pour aller chercher des papiers !
Si je ne dévoile pas mon nom, ce n’est pas par crainte de poursuites judiciaires. Je participe à toutes les actions de RESF donc les RG ont dû faire leur travail ! Je crains plus les extrémistes que la police. Récemment, j’ai reçu des appels anonymes et c’est ma fille de 12 ans qui a décroché. Mais c’est aussi pour protéger la famille que j’héberge actuellement. Leur avocat ne veut pas les exposer. Car dans le cas des Ali, la mobilisation a peut-être nui à leur cause. Car le préfet a voulu montrer que dans le bras de fer avec RESF, c’est lui qui avait le dernier mot.
Si je témoigne aujourd’hui, c’est pour montrer que ces sans-papiers ne sont pas dangereux. Aujourd’hui, on parle d’immigration choisie, on pense économie. Mais ces familles n’ont pas choisi d’émiger en France pour trouver un travail, mais parce qu’elle étaient en danger dans leur pays. On confond les clandestins et les demandeurs d’asile. D’ailleurs, depuis que les Ali sont retournés à Tirana en Albanie, ils doivent vivre cachés.
C’est dur de continuer à espérer pour les autres familles depuis l’expulsion des Ali. D’ailleurs, je suis fatiguée. En ce moment, je craque. Mais je n’arrive pas à décrocher car on est dans l’urgence perpétuelle. Il y a toujours quelque chose à faire, les aller-retours en voiture pour les accompagner dans leur démarche, aller au tribunal...
Mes collègues de travail sont



Tags : sans-papiers |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.