Audrey Rigaud: "Un désir de végétal, de vie, d’espaces place des Terreaux"

Audrey Rigaud: "Un désir de végétal, de vie, d’espaces place des Terreaux"
Audrey Rigaud - LyonMag

Audrey Rigaud est l’invitée de Ca Jazz à Lyon ce mercredi. La présidente de la Jeune Chambre Economique de Lyon est revenue sur l’étude Place O Visions.

En 2012, la Jeune Chambre Economique de Lyon se lançait un défi, imaginer le futur de la place des Terreaux. "Deux membres avaient constaté comme beaucoup de Lyonnais que la place était dégradée, se souvient Audrey Rigaud. On a procédé à une phase d’enquête auprès des citoyens pour savoir s’ils partageaient ce point de vue. Les retours étaient nuancés : ils sont conscients de la chance que nous avons d’avoir un artiste qui a créé la place, du coût économique de la place. Et ils n’ont pas forcément le souhait de la modifier totalement".

Ce qui revenait souvent selon Audrey Rigaud, c’est le désir de "végétal, de vie, d’espaces pour se reposer, lire".

A partir de ce constat, la JCE s’est rapprochée de l’école nationale d’architecture pour travailler avec leurs étudiants.

Un livret de 60 pages est né, il comporte 9 projets de réhabilitation de la place du 1er arrondissement. "Si on respecte certains principes juridiques liés au droit intellectuel, il est possible de faire des modifications dans une certaine limite qui respecte l’œuvre de Buren. Ca laisse une porte ouverte au changement. Mais il faudra consulter l’artiste".

Audrey Rigaud indique par ailleurs que la JCE a été contactée par la Métropole de Lyon "qui s’intéresse à la rénovation de la place des Terreaux".

"On a fait notre travail d’agitateur d’idées. Nous avons désormais des actions de lobbying auprès des acteurs publics".

Ca Jazz à Lyon est à retrouver tous les matins à 8h10 sur Jazz Radio 97.3 et en podcast sur LyonMag.com

2 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
kasneh le 13/01/2016 à 10:38

Les citoyens doivent savoir que la noria de bus transitant sur le pourtour de la place des Terreaux occasionne des surcharges et des vibrations que ne peut supporter le dallage "à la Buren", notamment les C3 version longue qui pèsent 17 tonnes à vide + passagers. Au centre de la place des "animations" utilisent des tréteaux des échafaudages qui la plombent, s'y rajoutent les véhicules de livraisons pour les dépôts. Trop c'est trop pour un revêtement fragile. Pour comparaison, l'environnement de la place (burennisée aussi) du Palais Royal à Paris 1° est plus protecteur et donc plus pérenne. Enfin végétalisé une place à l'italienne ne semble pas le + judicieux. Ce ne peut être qu'avec des bacs pour arbustes. Le sous-sol de la place est bétonné par le parking.

Signaler Répondre

avatar
Sensé le 13/01/2016 à 09:52

Ca n'a jamais marché et surtout coûté un oeil.. Sans parler de l'entretien.
L'oeuvre d'un "artiste", qui présente tout l'égocentrisme possible et imaginable, lui qui veut faire payer des droits sur les images prises de la place..
Ils peuvent bien y caler un peu de verdure ça fera du bien !!

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.