Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Le cardinal Barbarin - LyonMag

Victime de pédophilie, ce prêtre lyonnais a défié le cardinal Barbarin

Le cardinal Barbarin - LyonMag

C’est un texte poignant que révèle France 3 ce week-end. Il a été lu pour la première fois le 25 avril dernier, au centre Valpré d’Ecully, alors que le cardinal Barbarin avait rassemblé 200 prêtres du diocèse de Lyon.

Censé écouter les directives de l’archevêque et les nouvelles mesures du diocèse pour prévenir tout nouveau scandale de pédophilie en son sein, un prêtre s’est levé dans l’assistance. Et a choisi de raconter son histoire, celle d’un jeune homme agressé sexuellement il y a une quarantaine d’années par un homme d’Eglise et un ancien séminariste.

 

"Lorsque j’ai pris conscience du mal, comment cela m’avait pourri la vie notamment dans la relation avec les autres, il était trop tard pour porter plainte, pas assez pour penser au suicide. J’ai prévenu l’évêque du prêtre en question qui a été convoqué et a reconnu les faits. J’ai aussi contacté les deux agresseurs qui ont fait un chèque. Cela valait reconnaissance du dommage et m’a aidé à payer la psychanalyse. Le Cardinal Billé (archevêque de Lyon de 1998 à 2002 ndlr) m’avait reçu et écouté", a raconté la victime devenue prêtre. Avant de s’attaquer frontalement à Mgr Barbarin.

 

"La demande de pardon de l’évêque lors de la messe chrismale emprunte les mots de François. Mais elle se termine par un ajout qui le disculpe au moment même où il demande pardon : "quand bien même je n’étais pas évêque au moment de ces faits abominables". Le Pape n’avait pas eu besoin de minorer sa responsabilité. On ne plaide pas les circonstances atténuantes au moment même où l’on demande pardon.
Même reçu comme parole malheureuse, le fameux "la majorité des faits, grâce à Dieu, sont prescrits", révèle, malgré toutes les dénégations, que notre évêque ne pense pas avec les victimes. Seul l’agresseur se réjouit de la prescription",
a pourfendu le prêtre qui a préféré garder l’anonymat auprès de nos confrères.

 

"Digne du pervers lui-même ou d'une secte"

 

On imagine l’ambiance au centre Valpré. D’autant que le ton du texte va crescendo dans les reproches faits au diocèse tout entier. Les pratiques d’un autre temps de Régine Maire, qui avait reçu plusieurs victimes du père Preynat ? "Nous atteignons un sommet dans la violence et la manipulation, digne du pervers lui-même ou d’une secte : obliger la victime à tenir la main de son agresseur et à pardonner (comme nous pardonnons aussi), tout cela sacralisé par des prières. C’est un second viol qui dénonce soit le cynisme de ceux qui ont pensé le dispositif soit leur incompétence criminelle. L’évêque pouvait-il l’ignorer ? Espérait-il qu’ensuite les victimes, guéries, se tairaient ?".

 

Le prêtre a enfin conclu en appelant Philippe Barbarin à sortir de son silence et à publiquement s’afficher aux côtés des victimes de pédophilie. "Le travail de la justice sera long, surtout s’il y a appel, peut-être plusieurs années. Les victimes ne peuvent attendre l’issue de la procédure pour que nous prenions position".



Tags : preynat | barbarin | prêtre pédophile |

Commentaires 39

Déposé le 16/05/2016 à 19h08  
Par Toujours les mêmes Citer

Déposé le 12/05/2016 à 17h02  
Par Je passais Citer

Le mariage des pretres? Vous pensez que c'est la solution? A croire que tous les pedophiles sont des pretres ? Ou bien sont ils des celibataires ?

Déposé le 11/05/2016 à 11h13  
Par Question? Citer

oui a écrit le 11/05/2016 à 09h39

oui d'autant plus que le mariage homosexuel est maintenant autorisé

Ils préféreraient que ce soit avec des enfants peut être!

Déposé le 11/05/2016 à 09h39  
Par oui Citer

emile_1952@yahoo.fr a écrit le 10/05/2016 à 23h28

Avec toutes ces histoires de pédophilie dont nombre de jeunes servant de messe sont victimes et les prêtres sont les auteurs, nous pensons sincèrement qu'il faut autoriser les prêtres à se marier.cela éviterait les scandales

oui d'autant plus que le mariage homosexuel est maintenant autorisé

Déposé le 11/05/2016 à 09h30  
Par CQFD. Citer

emile_1952@yahoo.fr a écrit le 10/05/2016 à 23h28

Avec toutes ces histoires de pédophilie dont nombre de jeunes servant de messe sont victimes et les prêtres sont les auteurs, nous pensons sincèrement qu'il faut autoriser les prêtres à se marier.cela éviterait les scandales

Vive le mariage pour tous !!!

Déposé le 10/05/2016 à 23h28  
Par emile_1952@yahoo.fr Citer

Avec toutes ces histoires de pédophilie dont nombre de jeunes servant de messe sont victimes et les prêtres sont les auteurs, nous pensons sincèrement qu'il faut autoriser les prêtres à se marier.cela éviterait les scandales

Déposé le 10/05/2016 à 20h34  
Par e.libre Citer

40 Et le Roi leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.”
Matthieu Chapitre 25

Déposé le 10/05/2016 à 15h57  
Par BARBAPAPALES.... Citer

BARBATRICHE ! ! BARBACACHE ! ! BARBARIN ! !

CHANTEZ AVEC MOI LES PETITS ENFANTS ! !

Le petit cachotier de Barbarin n'aime pas les homos, il a vomi sur l'idée du mariage pour tous.

Il soutenait et soutient la "Manip fourre tous" surtout lorsqu'ils sont jeunes et tendres.

Par contre, il semble que l'homosexualité d'un vieux curé immonde qui viole des enfants, ne le gêne pas vraiment.

Un petit coup de Méa CULpa, un Pater et deux Avé, et le curé libidineux peut repartir à l'aventure...

Déposé le 10/05/2016 à 14h01  
Par Barbarin démission Citer

Les actes sont d'une gravité extrême, ils sont multiples et reconnu par barbarin lui même, qui se félicite d'ailleurs de leur prescriptions.

Déposé le 10/05/2016 à 13h35  
Par Très belle tribune de Paul Thibaud dans CAUSEUR! Citer

Encore un texte qui ne va pas plaire aux lyncheurs et aux victimes du triangle de Karpman....

"Le cardinal Barbarin est mis en cause dans des affaires de pédophilie anciennes. On ne peut évidemment pas l’accuser d’avoir couvert ces violences quand elles étaient exercées, mais de n’avoir pas interdit, chassé du clergé des coupables à qui on n’a rien à reprocher depuis vingt-cinq ans. Cette intolérance a posteriori nous oblige à des questions difficiles concernant :

1) L’évolution de l’opinion, plus tolérante sur bien des points et d’autant plus intransigeante sur d’autres.
2) L’attention actuelle aux victimes plutôt qu’aux fautes.
3) Les réticences croissantes à la prescription des crimes et délits.

1) On peut se reporter à un quasi-contemporain, André Gide, pour apprécier le basculement récent de l’opinion. Dans Corydon, (achevé en 1918, publié en 1924) il fait l’éloge de « l’amour grec » pour les jeunes garçons. Cet « amour », écrit-il, « peut être pour l’enfant l’invitation la meilleure au courage, au travail, à la vertu » (éd. Folio p.147). Gide, au Maghreb particulièrement, a pratiqué ce qu’il préconisait, on lui a tout de même décerné le Prix Nobel en 1947. Selon lui, la pédérastie est pour les adolescents, une meilleure initiation que la prostitution ou la défloration des jeunes filles. A le suivre, on jugerait que c’est l’absence chez nous d’une culture de la pédérastie qui laisse à leur spontanéité sauvage des désirs s’exprimant en gestes irrépressibles : les « attouchements » dont on parle tant.

2) Si, au contraire de ce que purent espérer certains post-soixantehuitards, on n’est pas allé vers une acculturation gidienne de la pédérastie mais vers une chasse aux pédophiles, c’est à cause d’un changement radical de point de vue : ce que l’attention prioritaire au coupable faisait juger comme une faute (un péché) est vu désormais, du point de vue de la victime comme une blessure infligée. Tout est permis, pensons-nous, sauf la violence faite à autrui. Mais contre cette violence (où commence-t-elle ?) on se veut impitoyable, comme le montre la hantise du viol et de la pédophilie, naguère plus ou moins tolérés.

3) Le souci de la victime tend à rendre la prescription inconcevable. Il n‘y a pas, dit-on, de prescription pour la victime et sa souffrance. Un coupable peut s’amender a jugé l’archevêque de Lyon, mais la souffrance de la victime n’a pas de fin assignable, elle peut toujours être revendiquée. Les Lyonnais en conflit avec leur évêché font même du retard de leur réaction publique un symptôme de profonde souffrance. Tout cela est compréhensible (la plus longue peine de prison ne réparera jamais un meurtre) mais nous conduit au bord d’un gouffre : la demande de réparation n’ayant pas de fin, le privilège qu’on lui accorde peut annoncer, faute de prescription, un monde de vengeances et de vendettas."

En savoir plus sur : http://www.causeur.fr/barbarin-pedophilie-pardon-prescription-37429.html

Déposé le 10/05/2016 à 11h53  
Par bravo Citer

bravo à ce prêtre qui ose s'élever face à barbare1 et au silence pesant de l'église..

et pourtant le pape a fait des appels sans équivoque pour cesser de protéger les prédateurs sexuels !

Déposé le 10/05/2016 à 11h07  
Par Lacan Citer

mémoire courte...indignation sélective. a écrit le 10/05/2016 à 11h01

"Les évènements de mai 68 ont entraîné une remise en question des valeurs traditionnelles de la société, notamment dans les rapports de domination de parents à enfants.

Deux courants théoriques ont soutenu ce mouvement de libération, la théorie marxiste et la théorie freudienne, posant ainsi un nouveau regard sur l’enfant qui devient alors l’égal de l’adulte, et un sujet pourvu d’une sexualité.

Dans ce contexte, le mouvement pédophile s’est alors développé par l’intermédiaire de publications dans des journaux, marquant ainsi le caractère politique de l’action des protagonistes.

Le combat pour la pédophilie, soutenu par une élite intellectuelle, fonde l’espoir que la pédophilie soit reconnue comme un comportement acceptable.

On entend ici le terme « pédophilie » au sens de la pédérastie qui désigne autant les rapports homosexuels que les rapports entre adultes et adolescents de sexe masculin1.

L’une des stratégies de légitimation utilisée par les défenseurs de cette pratique fut d’ailleurs de rapprocher la pédophilie de l’homosexualité en les inscrivant dans une problématique commune.

Une autre technique tenta de démontrer la relativité de ce comportement en s’appuyant sur des discours scientifiques issus de différentes disciplines (l’histoire, la géographie, l’anthropologie, la médecine).

Si le comportement pédophile fut accepté chez les Grecs ou est accepté dans d’autres cultures, alors le problème ici n’est pas l’individu mais plutôt la norme, donc la société.

Malgré les tentatives de justification de la pédophilie, l’idée que l’enfant puisse jouir d’une autonomie quant à sa sexualité fut rejetée par la société et particulièrement par des groupes hostiles à la cause pédophile comme les féministes et les associations de victimes.

D’une part, la société a exclu les formes de sexualités contraintes comme « le viol, la zoophilie et la pédophilie » et d’autre part elle a assimilé le fait que la sexualité pouvait être dangereuse avec l’avènement du Sida.

De plus, les revendications des victimes ont entraîné la mise en place d’un mouvement anti-pédophile et des mesures juridiques ont été mises en place pour protéger « l’enfance maltraitée ».

Ces éléments ont contribué à renforcer l’association entre le pédophile et le criminel, voire le malade mental."

Dans cet ouvrage, Pierre Verdrager détaille les mutations socio-historiques de la catégorie « pédophilie » au cours des cinq dernières décennies. Désormais elle illustre un interdit fort de notre société dans laquelle ces comportements sont fortement punis avec une préoccupation forte du risque de récidive. Puisque l’enfant a été construit comme une « grande victime » dans cette histoire, et le pédophile comme un « monstre ».

https://lectures.revues.org/11443?lang=en

Quand BAYROU a rappelé son passé à COHN-BENDIT (EE-LV...tiens, tiens...) il l'a traité de "dégueulasse"... COHN-BENDIT est toujours une vedette du monde politico-mediatique! Pourtant dans son bouquin il expliquait que c'était les enfants qui étaient demandeurs!

Arlette CHABOT ("membre du lobby LGBT") tente un sauvetage mais sans succès...

https://www.youtube.com/watch?v=1A8gCBZ91PE

Vous avez dit deux poids deux mesures ...d'un côté un auteur absous, de l'autre celui qui n'a jamais été coupable lui-même, ni un propagandiste de la pédophilie, honni et lapider depuis des mois!

Voilà ce qui insupportable!

si tu savais comme tu nous gonfles avec tes copiés-collés et tes à-propos idéologiques sur les deux courants de libération
bonne journée

Déposé le 10/05/2016 à 11h01  
Par mémoire courte...indignation sélective. Citer

"Les évènements de mai 68 ont entraîné une remise en question des valeurs traditionnelles de la société, notamment dans les rapports de domination de parents à enfants.

Deux courants théoriques ont soutenu ce mouvement de libération, la théorie marxiste et la théorie freudienne, posant ainsi un nouveau regard sur l’enfant qui devient alors l’égal de l’adulte, et un sujet pourvu d’une sexualité.

Dans ce contexte, le mouvement pédophile s’est alors développé par l’intermédiaire de publications dans des journaux, marquant ainsi le caractère politique de l’action des protagonistes.

Le combat pour la pédophilie, soutenu par une élite intellectuelle, fonde l’espoir que la pédophilie soit reconnue comme un comportement acceptable.

On entend ici le terme « pédophilie » au sens de la pédérastie qui désigne autant les rapports homosexuels que les rapports entre adultes et adolescents de sexe masculin1.

L’une des stratégies de légitimation utilisée par les défenseurs de cette pratique fut d’ailleurs de rapprocher la pédophilie de l’homosexualité en les inscrivant dans une problématique commune.

Une autre technique tenta de démontrer la relativité de ce comportement en s’appuyant sur des discours scientifiques issus de différentes disciplines (l’histoire, la géographie, l’anthropologie, la médecine).

Si le comportement pédophile fut accepté chez les Grecs ou est accepté dans d’autres cultures, alors le problème ici n’est pas l’individu mais plutôt la norme, donc la société.

Malgré les tentatives de justification de la pédophilie, l’idée que l’enfant puisse jouir d’une autonomie quant à sa sexualité fut rejetée par la société et particulièrement par des groupes hostiles à la cause pédophile comme les féministes et les associations de victimes.

D’une part, la société a exclu les formes de sexualités contraintes comme « le viol, la zoophilie et la pédophilie » et d’autre part elle a assimilé le fait que la sexualité pouvait être dangereuse avec l’avènement du Sida.

De plus, les revendications des victimes ont entraîné la mise en place d’un mouvement anti-pédophile et des mesures juridiques ont été mises en place pour protéger « l’enfance maltraitée ».

Ces éléments ont contribué à renforcer l’association entre le pédophile et le criminel, voire le malade mental."

Dans cet ouvrage, Pierre Verdrager détaille les mutations socio-historiques de la catégorie « pédophilie » au cours des cinq dernières décennies. Désormais elle illustre un interdit fort de notre société dans laquelle ces comportements sont fortement punis avec une préoccupation forte du risque de récidive. Puisque l’enfant a été construit comme une « grande victime » dans cette histoire, et le pédophile comme un « monstre ».

https://lectures.revues.org/11443?lang=en

Quand BAYROU a rappelé son passé à COHN-BENDIT (EE-LV...tiens, tiens...) il l'a traité de "dégueulasse"... COHN-BENDIT est toujours une vedette du monde politico-mediatique! Pourtant dans son bouquin il expliquait que c'était les enfants qui étaient demandeurs!

Arlette CHABOT ("membre du lobby LGBT") tente un sauvetage mais sans succès...

https://www.youtube.com/watch?v=1A8gCBZ91PE

Vous avez dit deux poids deux mesures ...d'un côté un auteur absous, de l'autre celui qui n'a jamais été coupable lui-même, ni un propagandiste de la pédophilie, honni et lapider depuis des mois!

Voilà ce qui insupportable!

Déposé le 09/05/2016 à 17h15  
Par françois Brun Meyyzieux Citer

Karma a écrit le 08/05/2016 à 19h26

Qui sème le mensonge récolte le mensonge, qui sème la ruine récolte la ruine, qui sème le crime récolte le crime mais entre l'ensemencement et la récolte, il doit s'écouler un certain temps.

"qui sème le vent récolte la tempête ". Les propos de Barbarin vont à l'encontre de ce message du nouveau testament .

Déposé le 09/05/2016 à 17h13  
Par françois Brun Meyyzieux Citer

Révélation tardive... a écrit le 09/05/2016 à 11h31

On attend les témoignages des années 30...

Ceux des années trente sont décédées , les témoignages récents vous choquent tant que cela

Déposé le 09/05/2016 à 17h11  
Par françois Brun Meyyzieux Citer

reductio ad hitlerum a écrit le 09/05/2016 à 11h59

ça s'appelle une "reductio ad hitlerum" et un point Godwin...
"comparaison n'est pas raison"... je n'en dirai pas plus...

"Francois Brun Meyyzieux" écrit :

"Tout s'est révélé en retournant sur les lieux plus de 50 ans après pour une réunion d'anciens"

Je ne pense pas que les rescapés d'Auschwitz aient besoin de "retourner sur les lieux pour que leurs souffrances se révèlent à eux"...

Vous ne vous sentez pas gêné aux entournures de comparer un crime contre l'humanité imprescriptible et le témoignage de "François Roux Meyyzieux"?

j'aurais pu citer des femmes nombreuses dont les violences sexuelles subies par un parent voir un père se révèlent trés tardivement à plus de 70 ans , cet homme qui a soixante dix ans se souvient d'attouchements d'un père jésuite et dont le témoignage a été rejoint par d'autres de ces collègues lycéens ....
je ne comprends ce que signifie "réductio ad hitlerium , ni le Point Godwin ,,,pour avoir reçu une éducation entachée de latin ....j'ai beau essayé une traduction quand à Point Godwin ...ce que je comprends , c'est votre réduction mental ....quad à comparaison , ne vaut pas raison "je n'en dirai pas plus " dites vous ....

Déposé le 09/05/2016 à 16h36  
Par Courage aux victimes Citer

Cet homme a raison, l'église a un trop long fermé les yeux sur ce passé obscure.Les dernières affaires de pédophilies n'en sont que la pointe immergé de l'iceberg.

Quand au délires de certains intégristes hurlant au complot ou au lynchage il me font penser au discours tenu par l'église lors des funérailles de Paul Touvier (caché pendant des décennies par l'institution catholique) fustigeant à la fois la V République, les médias, la partie civile, la LICRA, etc etc et présentant ce "charmant" et zélé collaborateur comme une « âme délicate, sensible et nuancée »

Déposé le 09/05/2016 à 14h13  
Par Souvenez vous Citer

Vous avez dit bizarre? a écrit le 09/05/2016 à 11h50

"Lorsque j’ai pris conscience du mal, comment cela m’avait pourri la vie notamment dans la relation avec les autres, il était trop tard pour porter plainte, pas assez pour penser au suicide.

J’ai prévenu l’évêque du prêtre en question qui a été convoqué et a reconnu les faits.

J’ai aussi contacté les deux agresseurs qui ont fait un chèque. Cela valait reconnaissance du dommage et m’a aidé à payer la psychanalyse.

Le Cardinal Billé (archevêque de Lyon de 1998 à 2002 ndlr) m’avait reçu et écouté", a raconté la victime devenue prêtre.

La victime n'a pas porter plainte...mais a perçu lui-même le montant de l'amende...

... puis il est devenu prêtre et se réveille 15 ans après...

...et c'est Mgr Barbarin qui récolte toute sa colère, ni Mgr Decourtray - qui était au courant des agissements du Père Preynat et n'a rien fait - , ni de Mgr Billé qui l'avait écouté et étouffé l'affaire...

Mais barbarin à lui même reconnu qu'il était au courant et qu'il n'avait rien fait.

Déposé le 09/05/2016 à 12h16  
Par mouarfff Citer

Verdict a écrit le 09/05/2016 à 11h49

"Aimer vous les uns,les autres"...tout était déjà dit!

là en l'occurrence c'est plutôt les uns DANS les autres

Déposé le 09/05/2016 à 11h59  
Par reductio ad hitlerum Citer

François Brun Meyyzieux a écrit le 09/05/2016 à 11h45

@Révélation tardive
On ne peut penser que votre esprit ait été gagné par quelque révélation "divine "
Si cela vous fait du bien d'écrire des choses pareilles , un de mes amis rescapés d'Auscwitz n'a commencé à s'exprimer quarante après et à témoigner !

ça s'appelle une "reductio ad hitlerum" et un point Godwin...
"comparaison n'est pas raison"... je n'en dirai pas plus...

"Francois Brun Meyyzieux" écrit :

"Tout s'est révélé en retournant sur les lieux plus de 50 ans après pour une réunion d'anciens"

Je ne pense pas que les rescapés d'Auschwitz aient besoin de "retourner sur les lieux pour que leurs souffrances se révèlent à eux"...

Vous ne vous sentez pas gêné aux entournures de comparer un crime contre l'humanité imprescriptible et le témoignage de "François Roux Meyyzieux"?

Déposé le 09/05/2016 à 11h50  
Par Vous avez dit bizarre? Citer

"Lorsque j’ai pris conscience du mal, comment cela m’avait pourri la vie notamment dans la relation avec les autres, il était trop tard pour porter plainte, pas assez pour penser au suicide.

J’ai prévenu l’évêque du prêtre en question qui a été convoqué et a reconnu les faits.

J’ai aussi contacté les deux agresseurs qui ont fait un chèque. Cela valait reconnaissance du dommage et m’a aidé à payer la psychanalyse.

Le Cardinal Billé (archevêque de Lyon de 1998 à 2002 ndlr) m’avait reçu et écouté", a raconté la victime devenue prêtre.

La victime n'a pas porter plainte...mais a perçu lui-même le montant de l'amende...

... puis il est devenu prêtre et se réveille 15 ans après...

...et c'est Mgr Barbarin qui récolte toute sa colère, ni Mgr Decourtray - qui était au courant des agissements du Père Preynat et n'a rien fait - , ni de Mgr Billé qui l'avait écouté et étouffé l'affaire...

Déposé le 09/05/2016 à 11h49  
Par Verdict Citer

"Aimer vous les uns,les autres"...tout était déjà dit!

Déposé le 09/05/2016 à 11h48  
Par Etonnant Citer

Vous avez dit bizarre? a écrit le 09/05/2016 à 00h58

Texte poignant en effet, mais pourquoi cette publication par France 3? Quant à nier que Mgr Barbarin n'ait été victime d'un lynchage politico-mediatique, cela relève de l'aveuglement. Par ailleurs, ce drame n'a pas empêcher la victime de devenir prêtre, sans porter plainte...pourquoi? On ne le saura pas.

"...ce drame n'a pas empêcher la victime de devenir prêtre..."

C'est cela qui vous étonne mais pas l'omerta des viols sur mineurs que l'église couvre à son plus haut niveau.

Déposé le 09/05/2016 à 11h45  
Par François Brun Meyyzieux Citer

Révélation tardive... a écrit le 09/05/2016 à 11h31

On attend les témoignages des années 30...

@Révélation tardive
On ne peut penser que votre esprit ait été gagné par quelque révélation "divine "
Si cela vous fait du bien d'écrire des choses pareilles , un de mes amis rescapés d'Auscwitz n'a commencé à s'exprimer quarante après et à témoigner !

Déposé le 09/05/2016 à 11h31  
Par Révélation tardive... Citer

François Brun Meyyzieux a écrit le 09/05/2016 à 11h01

Bravo , j'ai connu pareille mésaventure dans les années 1962 , cela s'est révélé à plus de 65 ans . C'était une pratique connue de plusieurs de mes collègues d'internat au petit séminaire d'Oullins , actuellement Lycée des Chassagnes !
Tout s'est révélé en retournant sur les lieux plus de 50 ans après pour une réunion d'anciens . Il reste un survivant de cette période parmi les pédophiles .....
Le ton de cette victime est juste , et sur la façon dont Barbarin a traité le problème ....

On attend les témoignages des années 30...

Déposé le 09/05/2016 à 11h01  
Par François Brun Meyyzieux Citer

Bravo , j'ai connu pareille mésaventure dans les années 1962 , cela s'est révélé à plus de 65 ans . C'était une pratique connue de plusieurs de mes collègues d'internat au petit séminaire d'Oullins , actuellement Lycée des Chassagnes !
Tout s'est révélé en retournant sur les lieux plus de 50 ans après pour une réunion d'anciens . Il reste un survivant de cette période parmi les pédophiles .....
Le ton de cette victime est juste , et sur la façon dont Barbarin a traité le problème ....

Déposé le 09/05/2016 à 09h45  
Par Jeansais Citer

Le cardinal Barbarin parle de Fourvière comme l'évoque la photo...
mais cette image nous rappelle aussi la symbolique de la Basilique de Fourvière voulue par Bossan , son architecte: elle est traversée, comme l'homme par le Bien et le Mal ...

Déposé le 09/05/2016 à 09h03  
Par Bizarre dites vous? Citer

Vous avez dit bizarre? a écrit le 09/05/2016 à 00h58

Texte poignant en effet, mais pourquoi cette publication par France 3? Quant à nier que Mgr Barbarin n'ait été victime d'un lynchage politico-mediatique, cela relève de l'aveuglement. Par ailleurs, ce drame n'a pas empêcher la victime de devenir prêtre, sans porter plainte...pourquoi? On ne le saura pas.

Pourquoi le diocèse et son cardinal barbare 1 étant informé de ces viols sur mineurs n'ont rien fait? le sera t-on un jour?

Avant de parler de lynchage, il faudrait comprendre pourquoi barbare 1 se félicite t-il de la prescription pénal des faits? Ne serait est ce pas l'attitude d'un coupable?

Il faut rappeler que sur les 600 prêtres convoqués par barbare 1 pour l'exposition de son nouveau plan de communication fourni par le cabinet de gestion de crise à peine 1 tiers ont fait le déplacement, pourquoi ce désaveux?

Déposé le 09/05/2016 à 00h58  
Par Vous avez dit bizarre? Citer

Texte poignant en effet, mais pourquoi cette publication par France 3? Quant à nier que Mgr Barbarin n'ait été victime d'un lynchage politico-mediatique, cela relève de l'aveuglement. Par ailleurs, ce drame n'a pas empêcher la victime de devenir prêtre, sans porter plainte...pourquoi? On ne le saura pas.

Déposé le 08/05/2016 à 19h50  
Par antiffffffa Citer

lol a écrit le 08/05/2016 à 18h34

toujours le même refrain avec les frontistes : il s'agit de détourner l'attention pour ne pas parler de leurs problèmes internes ou de ceux de l'église en l'occurrence.

ça reste rudimentaire et grossier comme procédé

Alors là, hein, euh, eh ben, je dis bravo ! Et je rajouterai juste gnnnnnnnnnnnnnnnnnnn ! gnnnnnnnnnnnnnnnnnnn !
Et no pasaran !

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.