Villeurbanne : un policier sauve la vie d’un fugitif

Villeurbanne : un policier sauve la vie d’un fugitif
Photo d'illustration - LyonMag

Digne d’un blockbuster américain, une course-poursuite impressionnante a eu lieu samedi en commençant route de Genas pour finir… dans les eaux du canal de Jonage, nous apprend le Progrès. 

Aux alentours de 6 heures du matin samedi, les policiers aperçoivent qu’un automobiliste roule excessivement vite sur la route de Genas, alors qu’un accident mortel était survenu mercredi dernier. Ils décident alors de se mettre à sa poursuite mais le Lyonnais de 26 ans fait tout, sauf coopérer.

Il prend d’abord le périphérique dans le sens sud-nord avant de se faire flasher au niveau de l’Astroballe. Un peu plus loin, le conducteur fou ne lâche pas l’affaire et risque la collision avec un poids lourd, au niveau de l’échangeur Croix-Luizet. Si ce n’est pas passé loin, la voiture finit toutefois HS quelques kilomètres plus loin en allant s’encastrer dans deux arbres.

Mais le suspect n’a pas dit son dernier mot. Motivé, il parvient à sortir de son véhicule et se dirige vers le parc de la Feyssine. 200 mètres plus loin, l’individu tombe sur le canal de Jonage et, toujours déterminé à échapper à ses poursuivants, prend la décision insensée de sauter.

Commence alors un véritable moment de panique. Emporté par un fort courant, l’homme essaye tant bien que mal de se raccrocher à tout ce qu’il trouve mais n’y parvient pas. Malgré ses implorations et l’aide des policiers, ces derniers n’arrivent pas à le sortir de cet enfer. Bloqué 50 mètres plus loin par des arbres en aval du canal, un policier de Bron décide de plonger et de maintenir le Lyonnais hors de l’eau en attendant la venue des sapeurs-pompiers. Ces derniers arrivent peu de temps après en bateau.

Fracture du sternum, traumatisme crânien, hypothermie. Voilà les dommages que le suspect de 26 ans a subis après cette folle course-poursuite. Hospitalisé à Edouard Herriot pour une durée d’au moins deux semaines, l’homme est placé en garde à vue. A sa sortie, il sera directement convoqué par les services de police, qui ont déjà eu affaire à lui… 43 fois.

Mais finalement, pourquoi cet homme a-t-il risqué sa vie pour échapper aux policiers ? Simplement un défaut de permis anodin.

7 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Hélène69120 le 04/08/2016 à 12:17

Tiens, encore un article qui était dans le Progrès... et qui est réécrit par LMag sans aucune référence à la source... Une fois de plus. Des méthodes bien surprenantes

Signaler Répondre

avatar
Kelonte le 02/08/2016 à 13:17

"...Simplement un défaut de permis anodin..."

Refus d'obtempérer, anodin.
Délinquant, anodin.
Rouler sans permis, anodin.
...
Tout est anodin pour ce journaliste.

Et bientôt, lirons-nous de vous sur les attentats, "...Simplement un assassinat anodin au nom de l'islam..." ?

Signaler Répondre

avatar
Ça c'est vrai le 02/08/2016 à 12:40

Ils faut bien que la justice mange,juge ,avocats ect.. Sans la délinquance c'est le chômage qui les guettes. Et oui, ils prospèrent grâce à la délinquance . À cinquante délits il aura. Une IMAGE.

Signaler Répondre

avatar
juju69 le 02/08/2016 à 12:09

Ahahah 43 fois et ce mec aurait encore pu potentiellement tuer des innocents dans sa course folle ! A bientôt pour la 44eme !! La France le permet !

Signaler Répondre

avatar
Benoui2 le 02/08/2016 à 09:01

Et si il etait mort, ses amis auraient mis le feu!!!
.... Ou pas.....
Mais pour le savoir, monsieur le prefet, il faut intervenir dans les quartiers

En tout cas, felicitation aux policiers et aux pompiers!

En esperant que la justice preserve la societe de cet inconcient

Signaler Répondre

avatar
zeus. le 02/08/2016 à 08:30

Nom d'un chien !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Encore un sans permis, 43 fois affaire a la police, dangereux.

Et pendant ce temps toujours plus de radars pour extorquer l’honnête conducteur qui a une seconde d’inattention.

Signaler Répondre

avatar
Gogo le 02/08/2016 à 08:26

Encore un dangereux qu'il faut mettre hors d'état de nuire aux autres !!!!

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.