FN : va-t-on vers la fin de l’ère Boudot ?

FN : va-t-on vers la fin de l’ère Boudot ?
Christophe Boudot - LyonMag

L’éclatement du groupe FN à la Métropole de Lyon est une mauvaise opération pour les frontistes du Rhône.

Ils perdent le statut de groupe et les moyens qui vont avec : un poste d’assistant, une prise de parole plus facile. La rupture est clairement dirigée contre Christophe Boudot puisque c’est Michel Casola qui démissionne en le pointant du doigt.

La contestation de Christophe Boudot remonte également dans les rangs du groupe FN à la région. Celui qui a été secrétaire départemental pendant neuf ans est-il en train de vaciller ? Ses positions sont encore fortes mais jusqu’à quand sera-t-il jugé indispensable ? La guerre des anciens et des modernes sévit au sein du Front, la ligne Marine-Philippot contre la ligne Gollnisch-Jean-Marie. Au siège local du parti, cours de Verdun, on a beau se revendiquer Bleu Marine, on n’aime pas faire de vagues.

Officiellement cette bataille n’existe pas. Pourtant les heurts sont de plus en plus nombreux entre les nouveaux arrivants partisans de la dédiabolisation et les vieux de la Vieille ou du Vieux, fidèles à la tradition. Les dérapages habituels de Jean-Marie Le Pen sur les chambres à gaz, mais aussi ceux de Bruno Gollnisch et plus récemment ceux de Christophe Boudot sur les Enfants d’Izieu ou sur son "pétainisme", ça ne passe plus. C’est d’ailleurs une des raisons principales de l’accrochage entre Boudot et Casola.

Pourtant les deux sont sur la même ligne. L’élu de Villeurbanne est un vieux militant de la première heure, un compagnon de Pierre Vial et Stéphane Poncet qui ne sont pas particulièrement des modérés. Autre reproche fait à Boudot son dilettantisme. Il ne serait jamais là. Ou plutôt : à force de vouloir être partout, il n’est nulle part. Il cumule fonctions et mandats : membre du bureau politique national, président du groupe régional, conseiller municipal, conseiller communautaire et assistant parlementaire de Bruno Gollnisch.

Autre reproche : une carrière en saute-mouton. Élu municipal dans le 8e arrondissement après l’avoir été à Limonest, mais candidat aux législatives en Beaujolais, l’insaisissable Monsieur Boudot sait saisir les opportunités.

Pour autant Boudot n’incarne pas la figure du winner. Le score décevant de sa liste aux régionales (25,5 %) deux points en dessous de la moyenne nationale, ne valide en rien sa stratégie.

La contestation peut-elle aller jusqu’à l’écarter ? Pas sûr. D’abord parce que la fédé du Rhône reste très Gollnisch. Boudot, en succédant à ce dernier en 2007 comme secrétaire départemental, avait incarné la ligne tradition. Depuis que Muriel Coativy a repris le secrétariat départemental, la transition est en route. Si Christophe Boudot est ressenti comme un obstacle à la dédiabolisation, son étoile pourrait bien cesser de briller. Pas avant les législatives.

On ne voit pas bien qui pourrait lui contester sa candidature dans le Beaujolais. Mais après, tout est possible. D’autant que la figure tutélaire de Bruno Gollnisch a sérieusement pâli.

Tags :

boudot

fn

11 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Beurk ! le 07/02/2017 à 20:40

Plus que cette pseudo querelle de courants entre anciens et nouveaux.

Il me semble, que ce monsieur sait saisir les opportunités...
Ce genre d'individu a besoin de plusieurs mandats (train de vie oblige).

L'éthique ? C'est quoi ça ?!

Je vote FN mais certainement pas pour ce monsieur qui aurait toute sa place, chez les ripouxblicains ou socialistes !

Signaler Répondre

avatar
XG le 07/02/2017 à 12:58

Au commentateur Flamme : ne vous laissez pas inflencer par quelques articles de journaux, ou quelques courants divergeants. L'important est bien que Marine Le Pen soit élue en 2017. Les petits désaccords internes n'ont que peu d'importance au regard de l'objectif. Ne pas faire le jeu des autres partis... A moins que vous trouviez un candidat qui vous corresponde mieux et en capacité de gagner.

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 07/02/2017 à 11:20
flamme a écrit le 07/02/2017 à 09h00

Les nouveaux protégés de philippot et cie voudraient mettre dehors les vrais militants comme boudot c'est honteux je ne voterais plus pour le FN

Rhôôôô; et dire que dans le passé vous m'avez qualifié de "....." parce que je disais que votre pseudo Flamme était une métaphore de vos convictions FN....

:o)
(dédicace philo smiley)

Signaler Répondre

avatar
flamme le 07/02/2017 à 09:00

Les nouveaux protégés de philippot et cie voudraient mettre dehors les vrais militants comme boudot c'est honteux je ne voterais plus pour le FN

Signaler Répondre

avatar
le biggeur le 07/02/2017 à 08:01

ils ne s'entendent deja pas dans le meme service,et puis il faudrait voter pour des gens comme ca !!!!!!!!!c'est vraiment HONTEUX!!!!!!!MDR

Signaler Répondre

avatar
Militants FN le 06/02/2017 à 19:42

C'est normal ,comme dans tous les partis,mais ils ont tous leur place.

Signaler Répondre

avatar
Julot le 06/02/2017 à 18:16

Boudot, sauvé des eaux!

Signaler Répondre

avatar
gegene le 06/02/2017 à 14:43

Bizarre, Mr Boudot n'était pas sur la scène après le meeting de Marine le Pen. Même son mentor Mr Gollnisch était proche de Marine Le Pen.Mr Boudot ne rentre plus dans les plans de Marine le Pen, il va finir ses mandats électifs mais sa proximité avec Mr Gollnisch lui fait un tort immense
Mme Le Pen veut éliminer tout les anciens du FN dont Mr Boudot qui était proche de son père.

Signaler Répondre

avatar
Remplacement le 06/02/2017 à 12:00

Il ne suffit pas de vouloir remplacer quelqu'un...encore faut-il trouver un remplaçant crédible et incontesté...

Signaler Répondre

avatar
Boudot 2017 le 06/02/2017 à 10:41
Kestion a écrit le 06/02/2017 à 09h09

C'est qui Boudot ?

le FN doit compter sur un vrai homme d'état, Christophe Boudot est le mieux placé pour remplacer Marine et devenir président en 2017

Signaler Répondre

avatar
Kestion le 06/02/2017 à 09:09

C'est qui Boudot ?

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.