Un concert pour Marin : "Il sera là mais on se doit de le protéger"

Un concert pour Marin : "Il sera là mais on se doit de le protéger"

Ce samedi 11 novembre, cela fait un an que la vie de Marin a basculé.

En 2016, à la Part-Dieu, l'étudiant vénissian prenait alors une décision courageuse mais lourde de sens en défendant un couple qui s'embrassait, raillé par de jeunes individus belliqueux. Il récoltera alors des coups de béquille sur le crâne, le plongeant dans le coma.
 

"Il y a des hauts et des bas, témoigne sa mère Audrey, après un an de combat contre la fatalité. Ça reste un garçon de 21 ans dont l'avenir était prometteur, quelqu'un de très entouré et qui se retrouve avec une vie brisée, en centre de rééducation, loin de sa famille, de ses amis, avec des perspectives d'évolution limitées. Il faut garder en tête que Marin ne guérira pas, il va apprendre à vivre avec le handicap".

 
Le 25 novembre, l'association créée par ses proches, La Tête Haute, organisera à Décines un concert de soutien au jeune héros. Le Toboggan, d'une capacité de 800 personnes, accueillera toutes les personnes souhaitant participer à la rééducation en Suisse de Marin.
Agé désormais de 21 ans, il devrait être présent à Décines pour l'occasion. "Normalement c'est possible. A savoir qu'il est extrêmement fatigué tout le temps. Donc ce sera dans un endroit à part, un peu réservé parce que le bruit, le monde, la chaleur, la musique vont être difficilement supportables pour lui, nous indique sa mère. De plus, il n'a toujours pas été réopéré. Donc il lui manque une partie de son crâne. On se doit de le protéger".
 

Plus d'infos sur Un Concert pour Marin sur le site de la Tête Haute.

Tags :

marin

5 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Adénocarcinome le 13/11/2017 à 18:37
Pigé a écrit le 11/11/2017 à 19h20

Qu'en est-il de ses agresseurs ?
Pour le reste le "bats-toi" résume une vision magique au monde, du corps que je récuse totalement : les cimetières sont pleins de gens qui ne voulaient pas mourir.

Quand on affronte une grave maladie on a le choix entre se battre contre elle ou se laisser aller, se résigner.
Difficile a appréhender avant d'y être confronté à son tour.

Signaler Répondre

avatar
Duralex le 13/11/2017 à 09:17

Où en sont ses agresseurs ?
En liberté, en train de toucher des aides ?

Signaler Répondre

avatar
Pigé le 11/11/2017 à 19:20

Qu'en est-il de ses agresseurs ?
Pour le reste le "bats-toi" résume une vision magique au monde, du corps que je récuse totalement : les cimetières sont pleins de gens qui ne voulaient pas mourir.

Signaler Répondre

avatar
ninopacino le 11/11/2017 à 17:47

Vas-y marin bat toi encore comme tu le fais respect à toi et toutes ta famille qui te soutiens depuis que tu est A l'hôpital et tes agresseurs ne t'inquiète pas un jour ils paieront la note qui j'espère sera salé CIAO ????

Signaler Répondre

avatar
John Steed le 11/11/2017 à 12:42

Continuez à lutter.
Respect.
Amitiés from Vx.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.