Un narval du musée des Confluences va s’exposer au sein du groupe Boehringer Ingelheim Santé Animale

Un narval du musée des Confluences va s’exposer au sein du groupe Boehringer Ingelheim Santé Animale
DR

Les équipes du musée des Confluences finalisent ce mercredi le montage d’un narval issu de ses collections au siège France de la société Boehringer Ingelheim Santé Animale, dans le 7e arrondissement de Lyon.

Ce squelette de mammifère marin, de 5 mètres de long, sera accueilli pendant deux ans au sein du groupe. Le prêt du Narval est une opération de mécénat qui permet de financer en partie la restauration d’un autre mammifère marin : la baleine. Cette dernière, bien connue des visiteurs du musée Guimet d’histoire naturelle, sera ensuite suspendu de manière spectaculaire dans les espaces de déambulation du musée des Confluences. Le retour du narval s’effectuera en 2019 dans le cadre d’une exposition temporaire sur l’étude et les représentations des os dans les sociétés et les arts. 

"Animal étonnant et méconnu, le narval est un cétacé de 4 à 5 mètres de long qui évolue dans les eaux du Cercle polaire arctique.  Les mâles ont la particularité de disposer d’une longue défense de 3m de long. En réalité, il s’agit d’une dent sortant de la bouche comme c’est le cas chez d’autres mammifères : éléphant, hippopotame ou morse.  Rapportée en Europe par les navigateurs, cette dent a provoqué la curiosité : à l’origine du mythe des licornes, elle avait pour réputation une fois broyée de soigner tous les maux. Surnommée la Licorne des mers, le narval est une espèce vulnérable, encore entourée de mystères", explique le Musée des Confluences.

0 commentaire
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.