Un salarié écrasé par une cuve : 40 000 euros requis contre CITP

Un salarié écrasé par une cuve : 40 000 euros requis contre CITP
Photo d'illustration - LyonMag.com

Pour le ministère public, les consignes de sécurité n'ont pas été respectées.

Suite à l'accident survenu le 11 septembre 2015 à la chaudronnerie de Chaponnay, où un chef d'équipe a trouvé la mort après qu'une cuve de plusieurs centaines de kilos lui soit tombée dessus, le ministère public a estimé que la société CITP n'avait pas respecté les consignes de sécurité. 40 000 euros de dommages et intérêts sont requis contre l'entreprise.

La victime, un quinquagénaire travaillant pour CITP depuis 24 ans et chef d'équipe depuis 10 ans, se retrouve ce 11 septembre 2015 à devoir assembler une cuve de stockage. Il s'agit d'une manœuvre qu'il n'a pas l'habitude de réaliser. L'objet métallique est soutenu par des tire-fort et un pont roulant. Mais ce dernier a été réquisitionné par d'autres ouvriers sur un autre chantier. Et c'est lorsque la victime a détaché les tire-fort que la cuve lui est tombée dessus.

Conscient à l'arrivée des secours, l'état de santé de l'homme se dégradait au fil des minutes. Malgré les efforts du SAMU et de l'infirmier pompier de Saint-Priest, le quinquagénaire finira par décéder des suites de ces blessures, deux heures après l'accident.

Depuis ce drame, la CITP a décidé de modifier son mode opératoire. Quand au jugement, celui-ci sera rendu par le tribunal le 25 janvier.

Tags :

CITP

chaponnay

4 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Made in... le 12/01/2018 à 18:57
jean68 a écrit le 12/01/2018 à 14h56

40 000 $!!! Honte a la justice
Tapie 400 000 000 $
Pauvre homme

"Argent, trop cher ! Trop grand, ta vie n'a pas de prix !"

Signaler Répondre

avatar
jean68 le 12/01/2018 à 14:56

40 000 $!!! Honte a la justice
Tapie 400 000 000 $
Pauvre homme

Signaler Répondre

avatar
40 000 le 12/01/2018 à 11:42

40 000 pour une vie, ce n'est pas cher !
Aux Etats unis ce serait énormément plus.
En Bulgarie, ce serait énormément moins.

Signaler Répondre

avatar
Guy Debord le 12/01/2018 à 10:57

Ne jamais écouter ses collegues.

Ne travaillez jamais

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.