Indemnités des élus : une situation inégale et absurde

Indemnités des élus : une situation inégale et absurde
Les élus de l'Assemblée régionale réunis - LyonMag

Dans un souci légitime de mettre un terme à la course effrénée aux mandats, le gouvernement interdit désormais aux présidents de collectivités locales d’être en même temps parlementaire. Voilà qui est certainement une bonne chose.

Mais la logique aurait voulu que, dans le même temps, on ait le courage de revaloriser les indemnités des patrons de collectivités.

Bien sûr, Laurent Wauquiez est en partie responsable de son sort actuel. C’est lui qui, pour montrer l’exemple, a baissé de 10% les indemnités des élus régionaux. Y compris la sienne. Reste que même s’il prenait le maximum possible, il ne percevrait que 5 612 euros bruts par mois ; soit moins de 5 000 euros nets.

C’est nettement moins que nombre de ses collègues, et pas seulement ceux qui, comme Patrice Verchère, ont aussi leur rond de serviette à l’Assemblée Nationale et approchent les 8 000 euros nets. On notera qu’il n’est pas obligatoire d’être parlementaire pour figurer parmi les élus les plus payés. À la Région, des hommes comme Gilles Gascon ou Paul Vidal perçoivent l’un et l’autre plus de 7 500 euros bruts par mois. Maire d’une modeste commune de 2 000 habitants (Toussieu), ce dernier occupe d’autres fonctions qui, pour être plus discrètes, n’en sont pas moins fort rémunératrices (présidence d’une communauté de commune, présidence du Syder, vice-présidence du Sepal).

On pourrait encore évoquer le cas du frontiste Christophe Boudot (5 100 euros) ou celui d’Anne-Sophie Condemine qui, entre son mandat d’adjointe à la ville de Lyon et son écharpe de conseillère régionale, atteint les 6 000 euros mensuels.

Au Conseil départemental du Rhône, le président Christophe Guilloteau voit lui aussi nombre de ses collègues gagner nettement plus que lui. Il est même l’un de ceux dont le revenu (5 612 bruts) est le moins élevé. Il est largement battu par plusieurs de ses vice-présidents (Thomas Ravier, Bruno Peylachon, Daniel Valero) ou même par le simple conseiller qu’est le radical Bernard Fialaire.

Là encore, le secret réside la plupart du temps dans les revenus que procurent les intercommunalités et les syndicats d’économie mixte. Au nom de la transparence, on connaît aujourd’hui tout du revenu des principaux élus qu’ils soient maires, parlementaires, conseillers généraux ou régionaux. Quand ils sont informés de ce que perçoit leur maire ou leur député, les citoyens sont rarement choqués. Il serait tout aussi normal qu’une même transparence s’applique aux autres indemnités que rapportent les indemnités et les syndicats mixtes. Aujourd’hui, un certain nombre d’élus sont tenus à publier l’état de leur patrimoine. Il ne serait pas illogique qu’une même transparence existe en ce qui concerne la totalité des indemnités perçues par nos élus.

X
11 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
AMI DE FAN CLUB le 31/01/2018 à 16:14
FAN CLUB. a écrit le 31/01/2018 à 15h44

Génial ! o:)
Content de vous revoir Post !
Je dois sortir et je vous laisse prendre le relai.... o:)

P.S : n'oubliez pas les smileys parce que certains risquent de ne pas vous reconnaitre !.... o:)

Y'a des "posts" partout !
c'est dingueuuuu !
LyonMag va manger bon !

Signaler Répondre

avatar
FAN CLUB. le 31/01/2018 à 15:44
Toujours le fric ? a écrit le 31/01/2018 à 13h34

Toujours la guerre des jalousies exacerbée par le fric ?
Allez, kikigagne le plus, kikimérite le plus, kikiécrase le plus les autres...
Jeux d'idiots.
Passons à la suite.

Génial ! o:)
Content de vous revoir Post !
Je dois sortir et je vous laisse prendre le relai.... o:)

P.S : n'oubliez pas les smileys parce que certains risquent de ne pas vous reconnaitre !.... o:)

Signaler Répondre

avatar
Toujours le fric ? le 31/01/2018 à 13:34

Toujours la guerre des jalousies exacerbée par le fric ?
Allez, kikigagne le plus, kikimérite le plus, kikiécrase le plus les autres...
Jeux d'idiots.
Passons à la suite.

Signaler Répondre

avatar
caladois le 31/01/2018 à 13:02
Lucie a écrit le 29/01/2018 à 21h59

Christophe Boudot absent du conseil municipal de qlyon en décembre, absent du conseil sr la métropole début janvier, mais il encaisse certainement des indemnités, un travailleur absent une journée à un jour de retenue, mais pas lui !!!!

La politique rapporte pour certains !!!

Qui ne sait pas que Christophe BOUDOT est un combinard ,il ne fait de la politique que pour l'argent ,il n'assume pas ses mandat ABSENT aux conseil de la mairie ABSENT à la métropole ,ABSNT à la région ,reste son mandat comme assistant pour Monsieur Bruno GOLLNICH ,c'est beaucoup de mandat pour un seul homme

Signaler Répondre

avatar
Lucie le 29/01/2018 à 21:59

Christophe Boudot absent du conseil municipal de qlyon en décembre, absent du conseil sr la métropole début janvier, mais il encaisse certainement des indemnités, un travailleur absent une journée à un jour de retenue, mais pas lui !!!!

La politique rapporte pour certains !!!

Signaler Répondre

avatar
et apres le 29/01/2018 à 21:26

Après c eux qui eux qui nous raconte que avec le smic on peut vivre alors que eux sont gracieusement payer sur nos côtelettes

Signaler Répondre

avatar
Denise le 29/01/2018 à 17:54
Plus belle la vie. a écrit le 29/01/2018 à 12h35

Pour se faire un patrimoine sur le dos des francais,faisons de la poltique. Le seul moyen de s’enricher sans passer par la case prison.

Les gros voyous,bossent de temps à autres pour les hommes politiques. Ils s’aident mutuellement,car sans les politiques,ils tombent comme des mouches et ils le savent .

Signaler Répondre

avatar
le patriote le 29/01/2018 à 16:18

Vous avez omis l'indemnité que reçois monsieur Boudot au titre d'assistant parlementaire de monsieur Gollnisch au parlement européen, il est assistant pour la région


https://www.europe-rhonealpes.eu/acteurs-locaux/deputes-europeens-circonscription-sud-est/17-deputes-europeens-circonscription-sud-est/28-bruno-gollnisch

Signaler Répondre

avatar
bibiloulou le 29/01/2018 à 15:02

au cest maintenant quon ce reveille

Signaler Répondre

avatar
Plus belle la vie. le 29/01/2018 à 12:35

Pour se faire un patrimoine sur le dos des francais,faisons de la poltique. Le seul moyen de s’enricher sans passer par la case prison.

Signaler Répondre

avatar
Jeansais le 29/01/2018 à 10:44

Au 1er janvier 2017 la France compte :

- 35 416 ( dont 35 287en métropole ) communes dont 60% ont moins de 600 habitants
et 1266 intercommunalités
(sans compter les SIVU, SIVOM, les SCOT, les pays... et autres syndicats mixtes):

-18 régions (13 en métropole et 5 en outre mer):

- 101 départements:

- 577 députés

- 348 sénateurs

-72 députés européens

Mais la France n'est elle pas le pays de la diversité avec ses clos, ses crus, ses climats, ses fromages ...ses collectivité locales et ses élus ?
Que vive la France et que ses citoyens paient...

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.