Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

L’épouse d’un hémiplégique acquittée pour empoisonnement

La cour d'assises de l'Isère a acquitté mercredi une septuagénaire, qui avait administré une dose mortelle de somnifères à son époux hémiplégique en fin de vie avant de manquer son suicide, après des années de souffrances" marquées par la mort de ses deux enfants myopathes. La Cour a estimé que Marie-Rose Ginet, 70 ans, était coupable d'avoir empoisonné son époux, Paul, 71 ans en juillet 2005, mais qu'elle avait agi
"sous la contrainte" et était donc pénalement irresponsable.
"Je crois que chacun est personnellement touché par cette affaire qui atteint profondément la nature humaine", avait déclaré l'avocat général, Pierre-Marie Cuny, qui avait requis une "peine aussi symbolique que possible". D'ailleurs au cours du procès, les témoignages ont été unanimement favorables à l'accusée qui a été notamment soutenue par les deux frères du mari empoisonné.
Le 10 juillet 2005, Marie-Rose Ginet avait introduit une dose d'Imovane dans la sonde gastrique de son époux, "en phase terminale", avant d'absorber 18 cachets du même somnifère et d'ouvrir la bouteille de gaz dans leur domicile de Saint-Michel-de-Saint-Geoirs en Isère. Elle avait été découverte inconsciente par leur infirmier le lendemain matin, assise dans un fauteuil à côté du lit où gisait son époux décédé.



Tags : empoisonnement | Marie-Rose Ginet |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.