Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Le procureur Eric de Montgolfier jugé en correctionnelle à Lyon

Le procureur de la République de Nice, Eric de Montgolfier, soupçonné d'avoir maintenu arbitrairement en détention un voleur de bijoux de réputation internationale, Jean Herrina, dit "Le Sultan", comparaît ce mardi devant le tribunal correctionnel de Lyon. Ce Lyonnais de 62 ans sera jugé au côté de l'ancien directeur de la maison d'arrêt de Nice, Christian Chambrin, 59 ans. Tous deux sont poursuivis pour "atteinte à la liberté individuelle" dans cette affaire, dépaysée à Lyon, dans laquelle ils donnent des versions contradictoires.

Le 13 janvier 2003, Jean Herrina, en détention provisoire à Nice depuis près de quatre mois pour un vol dans une bijouterie de luxe de Saint-Jean-Cap-Ferrat, bénéficie d'une décision de remise en liberté prise par un juge des libertés niçois.  Il n'avait cependant pas été immédiatement relâché. Quelques jours plus tard, "Le Sultan" était rattrapé par une autre affaire : le vol de deux bagues en diamants à Hong Kong pour lequel il faisait l'objet d'une nouvelle mise en examen, permettant ainsi son maintien en détention.
L'ancien directeur de la maison d'arrêt de Nice affirme pour sa part avoir reçu pour instruction de garder Herrina en prison après en avoir référé à Eric de Montgolfier, ce que ce dernier nie catégoriquement.
"M. Chambrin affirme qu'il m'a appelé et que je lui ai donné l'ordre par téléphone de ne pas remettre Herrina en liberté, notamment en raison d'une erreur de procédure commise par le juge des libertés", avait déclaré début janvier le procureur d'origine lyonnaise à l'AFP, assurant n'avoir aucun souvenir de ce coup de fil. "Je ne me vois pas dire oralement "gardez-le". Cette démarche ne me correspond pas, j'aime bien connaître les tenants et les aboutissants d'un dossier et, le cas échéant, je donne un ordre écrit", avait-il dit, soulignant n'avoir "jamais vu un directeur de maison d'arrêt mettre quelqu'un dehors, ou le garder, sur un simple coup de téléphone".
A l'époque, Jean Herrina avait porté plainte avec constitution de partie civile. Après son suicide, en mars 2007, à 50 ans, à la prison de Draguignan, cette plainte avait été relayée par sa fille Yamina.



Tags : Eric de Montgolfier | Jean Herrina | montgolfier | herrina |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.