Lyon : agressée sexuellement, une adolescente dénonce les faits 2 ans après

Lyon : agressée sexuellement, une adolescente dénonce les faits 2 ans après
Photo d'illustration - LyonMag

Les faits remontent à 2015, mais c'est seulement en 2017 que cette adolescente devenue lycéenne a dénoncé l'agression sexuelle dont elle avait été victime, alors qu'elle était âgée de 15 ans.

Selon ses dires, c'est un homme de 49 ans qui l'aurait plaquée contre un mur avant de la caresser sur plusieurs parties du corps. Ce dernier a été interpellé ce mercredi à Lyon.

Pendant l'été 2015, la jeune fille se trouvait au bord d'une piscine lorsqu'accompagnée d'une amie, elle est allé faire de la pâtisserie. Un voisin quadragénaire a alors décidé de se joindre à la partie ; la scène se serait produite lorsque la copine de la jeune fille s'est absentée, l'espace d'un instant. Interpellé dans le 3ème arrondissement de Lyon, l'homme affirme ne pas connaître l'adolescente, tandis que l'amie de l'adolescente soutient le contraire. Alors que l'agresseur présumé est présenté au parquet ce jeudi, c'est la Brigade Départementale de Protection de la Famille qui a été chargée de mener l'enquête.

5 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
voyeur le 06/04/2018 à 18:06
bref a écrit le 06/04/2018 à 16h37

rarement vu un article aussi mal écrit.

journalisme de voyeurisme qui ne sert à rien

Signaler Répondre

avatar
bref le 06/04/2018 à 16:37

rarement vu un article aussi mal écrit.

Signaler Répondre

avatar
Les hommes ces citoyens de seconde classe le 06/04/2018 à 16:27

Il lui suffit de dire il a fait ça et aussitôt on l'interpelle ?

Pourquoi ne pas l'avoir convoqué dans 2 ans pour lui demander sa version ?

De toute façon c'est parole contre parole...à moins que la parole d'une femme compte plus que celle d'un homme.

Signaler Répondre

avatar
bernardo le 06/04/2018 à 15:28

Bonjour,

si c'est vrai je ferai la même chose, ça doit être assez facile de prouver que c'est vraie.
Ras le bol de ces mecs machos qui se croient tout permis. Même si une fille est aguicheuse pour le "Fun" si elle dit non c'est non.

Signaler Répondre

avatar
lyyyooonnn le 06/04/2018 à 14:10

C’est dingue le crédit que vous accordez à cette victime, ça transpire la suspicion de mensonge dans votre article : « 2 ans après » « Les faits remontent à 2015, mais c'est seulement en 2017 » « Selon ses dires » Quelle belle objectivité, autant ne pas publier d’article si vous en doutez tant que ça !

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.