Les quatre chatons des sables du Zoo de Lyon vont bien, merci pour eux ! - VIDÉO

Il y a quelques jours, la Ville de Lyon annonçait la naissance de quatre chatons des sables dans son zoo du parc de la Tête d'Or. LyonMag s'est rendu dans les coulisses du parc animalier pour leur rendre visite.

Les quatre chatons des sables du Zoo de Lyon vont bien, merci pour eux ! - VIDÉO
L'un des chatons des sables nés les 20 janvier - LyonMag

À bientôt deux mois, ces quatre adorables boules de poils font tourner toutes les têtes au zoo du parc de la Tête d'Or de Lyon. Nés le 20 janvier, ces quatre chatons des sables "ont survécu la période critique. Il faut savoir qu’il y a un très fort taux de mortalité chez les petits chats des sables nés en captivité. Pour limiter tous les risques, nous avons mis en place un protocole très strict ! Aujourd’hui, ils sont presque adolescents !", nous explique Gwendoline Anfray, directrice adjointe du zoo.

La fratrie au complet

Aujourd'hui, les quatre chatons se portent bien et sont comme des coqs en pattes dans leur nouvel environnement. Pourtant, rien n'était gagné d'avance. Cet animal, qui vit d'ordinaire dans les zones désertiques du Sahara, de la péninsule arabique ou d'Asie centrale, est difficile à reproduire. "Nous voulions à tout prix reproduire ce couple-là en particulier, mais quatre naissances, ça dépasse nos espérances !", assure l'employée municipale. Et d'ajouter qu'"on a réussi à faire des petits d’une espèce qui se reproduit assez rarement en captivité."

Aujourd'hui, tout est mis en place pour assurer la survie et le bien être des félins. "Quotidiennement, on vérifie qu’ils vont bien, puis on les nourrit, et on les sort (dans la partie visible du public de leur enclos, ndlr.). Enfin, ils sont rentrés le soir avec un deuxième repas. C’est une surveillance permanente et discrète… Une ambivalence très difficile à atteindre", selon la vétérinaire de formation.

Alors qu'est-ce qui différencie ces chatons de ceux que l'on a chez nous ? "Tout d'abord, physiologiquement, il y a des différences avec ses cousins les chats, comme une adaptation aux températures arides du désert ou la capacité de trouver tout l’eau nécessaire à la survie dans les aliments", précise Gwendoline Anfray. Si les deux espèces sont assez proches physiquement, la forme du crâne, notamment diffère, mais aussi la taille. La femelle, une fois adulte, fait à peu près la taille d'un chat domestique de six mois, nous a-t-on expliqué.

Si ces quatre chatons sont évidemment devenus la coqueluche du zoo, ils ne sont pas là que pour ça. "Oui, ils sont craquants mais ils permettent de faire passer d’autres messages", nuance la spécialiste. Et en particulier celui de la conservation de l'espèce, aujourd'hui quasi-menacée.

La mère et l'un de ses chatons

6 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Florie le 11/04/2018 à 08:20

C est choupinou ????

Signaler Répondre

avatar
Nostralopitèque le 10/04/2018 à 15:51
Nostromo a écrit le 09/04/2018 à 20h03

"Il faut savoir qu’il y a un très fort taux de mortalité chez les petits chats des sables nés en captivité"
*
C'est sur qu'à l'idée de vivre derrière des vitres avec des crétins entre un selfie et un cornet de frites, il y a de quoi préférer une mort rapide

...surtout quand on vous lit...

Signaler Répondre

avatar
Nostromo le 09/04/2018 à 20:03

"Il faut savoir qu’il y a un très fort taux de mortalité chez les petits chats des sables nés en captivité"
*
C'est sur qu'à l'idée de vivre derrière des vitres avec des crétins entre un selfie et un cornet de frites, il y a de quoi préférer une mort rapide

Signaler Répondre

avatar
Le chat le 09/04/2018 à 18:01
sauron a écrit le 09/04/2018 à 15h37

bof. on s'en fou royal

Mais non, ils sont très mignons.

Signaler Répondre

avatar
bien content le 09/04/2018 à 17:45

C'est drôle ils n'ont pas encore de nom j'en ai quelques-uns en réserve

Signaler Répondre

avatar
sauron le 09/04/2018 à 15:37

bof. on s'en fou royal

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.