Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Portrait : l’incroyable Dr Moustache

A 58 ans, Patrick Carlioz a obtenu l’ouverture d’urgences pédiatriques à la clinique du Val d’Ouest. Le combat d’une vie pour ce chirurgien très excentrique.

Il n’a pas le sex-appeal de George Clooney dans “Urgences”, ni le charme de Derek Shepard dans “Grey’s Anatomy”. Encore moins le cynisme ravageur du Dr House. Pourtant, ce médecin a presque autant de succès que ces stars de la télé auprès des femmes. Ou du moins des mères de famille de l’Ouest lyonnais... Car Patrick Carlioz est chirurgien pédiatre depuis près de 20 ans à la clinique du Val d’Ouest. Et lui aussi, c’est un sacré personnage.

Grand, cheveux gris, lunettes carrées en métal... Mais il se distingue surtout par ses immenses moustaches à la gauloise qui lui valent d’ailleurs son surnom : “Dr Moustache”. Et par sa convivialité. Au premier rendez-vous, il tutoie son interlocuteur, au deuxième, il lui fait la bise. Et avec les patients, c’est la même chose. Bavard et humain, il sait mettre les enfants en confiance, les rassurer. En étant toujours très pédagogique, en les cajolant... Incapable de se conformer à la très réglementaire distance professionnelle. D’ailleurs, il suffit d’évoquer la mort d’un enfant pour qu’il ait les larmes aux yeux. Touché de plein fouet. Et ce médecin à l’ancienne est évidemment toujours disponible. Tous ses patients ont son numéro de portable. Au cas où. Et ils sont nombreux à attendre, au Val d’Ouest, même tard le soir, pour un rendez-vous. Un signe.

Mais ce médecin est surtout un travailleur acharné et un obstiné. Il vient d’ailleurs d’obtenir l’ouverture d’urgences pédiatriques dans sa clinique d’Ecully. Une première française. Car cette spécialité est d’ordinaire réservée aux hôpitaux, en l’occurrence l’hôpital Mère-Enfants situé à Bron.
Et pour ça, il s’est battu pendant plus de 15 ans. Contre le système hospitalier qui ne voit pas toujours d’un bon œil ce genre d’initiative. Mais surtout contre les médecins de sa propre clinique qui ne voulaient pas développer la pédiatrie. Question d’ego, question d’argent. Un entêtement qui a fini par payer. “Je ne lâche jamais”, explique-t-il en souriant. Un caractère qui s’explique peut-être par ses origines.

Corse et savoyard

Né le 19 novembre 1950 à Rabat au Maroc, Patrick Carlioz est l’aîné d’une famille catholique pratiquante de trois enfants. Son père, un Savoyard, est professeur de lettres, alors que sa mère, institutrice, est corse. Un mélange détonnant. En plus il va passer l’essentiel de son enfance au Maroc où émigrent ses parents. Mais vers l’âge de quatre ans, il va vivre un drame puisque sa petite sœur meurt d’une méningite provoquée par une otite. Une épreuve qui va le marquer. “Ça a forcément dû jouer dans ma vocation”, reconnaît-il lui-même. En 1956, à la fin du protectorat français, la famille Carlioz s’installe en Haute-Savoie. Le jeune Patrick va alors suivre une scolarité assez brillante puisqu’il va enchaîner Maths Sup et Maths Spé. Mais déjà il se distingue de ses camarades. “J’étais souvent en première ligne”, souligne le Dr Moustache, racontant comment il a fini à l’hôpital après s’être battu avec un surveillant qui l’avait puni injustement.

Puis il débarque à Lyon pour suivre ses études de médecine. Et rapidement, il se passionne pour la chirurgie pédiatrique. Une discipline méprisée par les étudiants qui préfère la cardio, la neuro... Il suit alors un cursus classique au sein des HCL : externat, internat... Et il devient praticien hospitalier au début des années 1980. Toujours rebelle, il prend la tête du mouvement qui bloque les hôpitaux pendant 41 jours. Il est alors promis à une belle carrière hospitalière. Mais en 1985, il décide contre toute attente de quitter le public pour le privé. Alors que la chirurgie pédiatrique reste pratiquement le monopole de l’hôpital.
“J’avais envie de m’affirmer”, explique Patrick Carlioz en avouant aussi qu’il a été dissuadé par les gardes un jour sur deux et le salaire insuffisant proposé par le public alors qu’à cette époque, il a déjà deux enfants à charge, deux filles qui deviendront médecins elles aussi. Il rejoint alors la clinique de Tassin-la-Demi-Lune qui compte une vingtaine d’associés. Un établissement qui déménage à Ecully en 1991 pour s’agrandir. “Tout ça à cause d’un marronnier tricentenaire que le maire de Tassin a refusé d’abattre !” ironise Patrick Carlioz.

Plainte devant l’ordre
Il restera seul pour assumer les gardes, jour et nuit, pendant encore cinq ans. “Moi qui pensais fuir un rythme infernal, ça a été encore pire !” D’autant plus que cet hyperactif qui travaille plus de 15 heures par jour se lance un nouveau défi : obtenir l’ouverture d’un service d’urgences pédiatriques à la clinique du Val d’Ouest, car on parle déjà de fermer l’hôpital Debrousse, ce qui inéluctablement allait pénaliser l’ouest lyonnais. On le prend alors au mieux pour un idéaliste, au pire pour un illuminé. En tout cas, certains confrères décident de le contrer. En le traînant devant le conseil de l’ordre. “Ils ont aussi mis en place un tribunal interne, à la Robespierre, pour me couper la tête !” Mais il résiste. Difficile de faire taire le bavard Dr Moustache. Il arrive à convaincre le préfet, les autorités hospitalières... Pour obtenir en octobre dernier un feu vert et surtout des financements. 17 ans de combat. “Mon objectif, c’est de rendre service à la population, et ces urgences, c’est l’aboutissement d’une vie”, explique-t-il. D’ailleurs sur son makhila, un bâton de marche basque qui est aussi une arme, il a fait graver sa devise : “Bien faire et laisser dire.”

Mais ce que ne dit pas ce chirurgien exceptionnel, c’est qu’il a surtout un incroyable besoin de reconnaissance. D’ailleurs, l’univers où il travaille révèle ce personnage excentrique : salle d’attente où trônent des robots géants, cabinet avec un Kung Fu Panda en baudruche, moulages de moustaches offerts par les petits patients... Et juste à coté, un petit local où il stocke plusieurs centaines de dessins que lui ont offerts ses petits patients. Pas un de jeté. Sa fierté. Et il insiste enfin pour faire le tour de son service où il proclame à la cantonade “c’est Moustache”. Et spontanément il explique qu’il a mis au point un épluche-fruit en plastique qu’il a dessiné lui-même. Ridicule ? “Certainement pas. J



Tags : patrick carlioz | carlioz |

Commentaires 9

Déposé le 29/10/2018 à 14h11  
Par nassera Citer

hommevau grand coeur je vous souhaite que du bonheur a vous et vos enfant

Déposé le 30/05/2018 à 22h53  
Par fafa Citer

un homme parmis les hommes un magicien bravo docteur moustache votre soeur dois etre fiére de vous longue vie a vous bonne continuation faouzi

Déposé le 13/04/2014 à 21h41  
Par calimerolebio Citer

Une personne disponible, magique tout simplement par son être et son amour du travail.
je suis heureux que mon fils ait été opéré par cet homme en qui on ne peut qu'avoir une très grande admiration !

Déposé le 11/04/2013 à 13h06  
Par Merci Citer

Tout mon respect,merci Dr Moustache Bravo

Déposé le 11/04/2013 à 12h22  
Par GabyWinky Citer

Cet homme est exceptionnel d'intelligence , de compétence et d'humanité ! - Il nous a sauvé notre enfant de 10 ans ( qui souhaite d'ailleurs devenir chirurgien à présent) - Nous pensons souvent à lui.
Quand nous sommes réunis en famille et qu'il n'en manque pas un je me dis que quelque part c'est grâce à au Dr Moustache - et ça c'est pas du cinéma !

Déposé le 21/07/2011 à 18h02  
Par rayan bachir Citer

je t aime docteur moustache tu es gentil et tu m as pas fait mal je te souhaite mille petites choses tres agreables

Déposé le 31/03/2011 à 18h47  
Par anne-sophie Citer

Nôtre Dr MOUSTACHE est un Dieu pour nous.Un personnage au grand coeur qui a sauvé nôtre petite fille alors agée de 12 Jours.A chaque anniversaire nous pensons à lui et n'aurons jamais les mots justes pour témoigner de nôtre reconnaissance, tant cet homme est Grand.Merci MR CARLIOZ.

Déposé le 15/02/2011 à 19h56  
Par CARINE Citer

Un personnage haut en couleur,humain et emprunt d'un amouR inconditionnel pour son métier...Je dis juste un mot, RESPECT.

Déposé le 18/07/2010 à 20h22  
Par nanou Citer

Que dieu le préserve aussi longtemps afin qu'il puisse sauver nos enfants.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.