Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Romain Meltz - DR

APB mon vieil amour

Romain Meltz - DR

A partir de ce 22 mai et pendant 4 mois, le monde de l’éducation espère que le robot parle.

Les lycéens de terminales - qui ont passé ces derniers mois à inscrire et faire évaluer par leur conseil de classe leurs vœux d’orientation dans le supérieur - devraient en effet commencer à recevoir par le biais du site parcoursup les réponses envoyées par les robots-ordinateurs des Université, IUT, BTS, et autres classes prépas, où ils ont postulé pour y poursuivre leurs études.

Inutile de revenir sur frémissement d’indignation qui - en juillet dernier - secoua la France Républicaine lorsque les médias mirent à l’honneur les cas particulièrement édifiants de ces élèves de terminales S recalés par la faute de l’indigne tirage au sort du prédécesseur de Parcoursup, le diabolique APB (j’en profite pour me demander si les deux lettres "A" et "B" ne dissimulaient pas la coupable proximité d’APB avec l’également défunt "ABC de l’égalité" dont on se souvient qu’il avait formé le satanique projet de répandre le trouble de l’identité sexuelle jusque dans les toilettes des moyennes sections).

 

Ah ! C’était bien moche pour Tristan de Caen, mention ‘très bien’ au bac S et recalé. Et pour tous les autres élèves du bac Scientifique, élite nationale en formation rejetée dans des filières dégradées par le fait de ce satané tirage au sort. Le Monde de ce week end rapporte ainsi les propose de Ludovic Marin de l’Université de Montpellier : "Nous avions des bacheliers scientifiques, bons en sport, qui voulaient venir en Staps et qu’on voyait arriver en pleurs après avoir été refusés par tirage au sort".

Pas assez de place pour tout le monde ? Le tirage au sort décidait. France ! France ! Criais-je dans la nuit lyonnaise au risque de réveiller le bachelier technologique ou  professionnel qui dort toute la journée au lieu de réviser, qu’est-il advenu de ta démocratie méritocratique si les plus méritants de tes enfants (les bacheliers S) voient les larmes ruisseler sur toutes leurs joues parce que les places que leurs efforts et leur talent méritent leur échappent par le fait du tirage au sort ?

 

Heureusement Parcoursup est là. Parcoursup a remplacé l’odieux hasard par la vraie méritocratie. Les élèves de terminales souhaitant rejoindre les filières de facs trop étroites pour les accueillir vont maintenant être départagés par leur lettre de motivation (que personne ne lira) et leurs notes (qui sont pourtant - en vérité - aussi fragiles et peu fiables que le socle électoral de François Bayrou). En fait Parcoursup remplace l’athénien tirage au sort d’APB par la façade méritocratique de l’examen des notes.  Mais c’est une façade.

 

Car qui ignore que la filière et les résultats du bac reflètent surtout le milieu d’origine de l’élève ? Entre un tiers et la moitié des élèves venant de milieux favorisés obtiennent un bac S. Cette proportion est d’1 élève sur 12 quand l’élève est issu de milieux défavorisés. Entre 1997 et 2010, le nombre de mention ‘Très bien’ a été multiplié par 5 pour les élèves du bac S. Il y en a environ 17.000 par ans dans cette filière. Selon le Cnesco (réf en bas d’article) 1 bachelier sur 4 obtient la mention TB grâce aux options qu’il a choisi.

 

Depuis 2006 les points au-dessus de 10 comptent triple si vous avez choisi "Grec" en option. Grec ? Au Vème siècle avant Jésus Christ, pendant l’âge d’or de la démocratie athénienne à laquelle se réfère si souvent ce discours contemporain qui entend "régénérer" notre démocratie française, le tirage au sort était massivement utilisé. La Boulê qui  préparait les décisions de l’Assemblée du peuple, était tirée au sort parmi tous les citoyens. Et sur 700 magistrats s’occupant du fonctionnement de la cité, 600 étaient tirés au sort, comme le furent  par  exemple les thesmothètes en charge de l’administration de la justice mais aussi les commissaires aux grains et les organisateurs de marchés.

 

Pour les Grecs, l’élection était un mal nécessaire, la véritable démocratie était le tirage au sort. Certes le tirage au sort n’est pas obligatoirement démocratique. Virginie Hollard a montré comment la République romaine n’a utilisé le tirage au sort que pour départager des membres d’une classe supérieure déjà présélectionnés. Dans ce cas, tirer au sort n’était qu’un moyen d’ajouter à la légitimité sociale des magistrats celle d’un hasard censé traduire et révéler la volonté des dieux. Il n’empêche.

 

Dans le cas d’APB, (et d’Afflenet le logiciel qui oriente les élèves du collège au lycée) le tirage au sort, dans une minuscule proportion qui n’a jamais dû concerner plus de 1% des étudiants affectés, était une minuscule chance offerte à des lycéens qui ne venaient pas des couches favorisées d’accéder à formations qui leur resteraient closes sinon. Cette minuscule opportunité devait être encore trop pour la start up nation France qui se félicite de son modèle méritocratique que les résultats scolaires sont censés traduire. Parcoursup va donc utiliser les notes des élèves de terminales pour les départager et pour ce faire parfois calculer la moyenne jusqu’à 6 chiffres après la virgule.

 

Absurdité totale, vu qu’il n’existe aucun enseignant sur cette planète capable de savoir si telle copie d’histoire, de Sciences économiques, de SVT ou de physique vaut vraiment 9, 10, 11 ou 14. Mais la mauvaise foi du système éducatif est à ce prix.

 

Romain Meltz

 

@lemediapol



Tags : Meltz | ParcourSup |

Commentaires 3

Déposé le 23/05/2018 à 11h54  
Par Jean Pierre Papinou Citer

alfred a écrit le 23/05/2018 à 10h41

J'adore les ignares qui évoquent la grande démocratie grecque, qui excluait les femmes, les esclaves et les étrangers, soit l'immense majorité de la population.

J'adore les intellectuels qui défendent la démocratie actuelle où "tout le monde peut voter" mais où il y a 80 % d'abstention parce que tout est corrompu.

Déposé le 23/05/2018 à 10h41  
Par alfred Citer

J'adore les ignares qui évoquent la grande démocratie grecque, qui excluait les femmes, les esclaves et les étrangers, soit l'immense majorité de la population.

Déposé le 22/05/2018 à 18h08  
Par @lemediapol Citer

Les chiffres sur les résultats du bac sont issus d'un rapport du Cnesco dirigé par Nathalie Mons "Les grands débats du baccalauréat".
Pour la référence grecque et celle latine j'ai utilisé Yves Sintomer "Petite histoire de l’expérimentation démocratique tirage au sort et politique d’Athènes à nos jours", la Découverte et Virginie Hollard, Le Rituel du Vote (2010) + un article à paraître.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.