Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

photo d'illustration - Lyonmag.com

Bricolage, barbecue, Mondial : déjà 200 cas d’accidents recensés au service SOS Mains du Tonkin depuis début juillet

photo d'illustration - Lyonmag.com

Les accidents de la vie courante touchent près d'un foyer sur deux en France. Des chiffres qui augmentent l'été car un quart des accidents domestiques se produisent dans le jardin ou en bricolant.

A Lyon, plus de 200 cas d'accidents ont déjà été recensés par la clinique du Tonkin depuis le 1e juillet dernier. Des cas pris en charge par le service SOS Mains, où travaille le Dr Michel Ninou : "L'autre jour, on a eu un patient qui a fêté la victoire de la France à la Coupe du monde et qui est tombé de sa voiture, il s'est cassé fracturé les deux os de l'avant-bras. On a aussi des patients qui se blessent avec du verre, en tenant un pétard qui leur explose dans la main, on traite beaucoup de brûlures, et les personnes qui se blessent au travail. Mais ce sont les pathologies de loisirs, de sport, ou de bricolage qui prennent le dessus".

 

Et selon ce spécialiste de la main, beaucoup d'accidents pourraient être évités avec quelques règles de sécurité : "En termes de prévention, il y a un énorme travail à faire. Pour beaucoup de gestes, le port de gants appropriés et adaptés est nécessaire. Pour le barbecue, il ne faut pas utiliser de gel inflammable pour éviter tout risque d'explosion, et donc de brûlure, de la main et du visage aussi. Et surtout, il ne faut pas bricoler quand on est fatigué, car le risque d'accident est plus important, en fin de semaine ou en fin de bricolage, ou quand on est pressé. Pareil pour les tondeuses à gazon, il faut être attentif, en particulier avec les enfants."

 

En France, on comptabilise 1,4 million d'accidents de la main chaque année, de la petite coupure à l'amputation, pour un coût estimé à 3 milliards d'euros pour la collectivité. "Ce qui est important, c'est la qualité de la prise en charge", précise le Dr Ninou. "D'autant qu'une grosse blessure de la main peut engendrer un cercle vicieux, allant de la perte de son travail à des épisodes de dépression", analyse le spécialiste.

 

Et ce dernier de mettre à mal une idée reçue : "Ce qui est important, lors d'une section de doigt ou de main, c'est de garder le fragment au frais, vers 10 degrés, mais pas dans la glace, car ça provoque des lésions de gelures, comme en montagne. C'est très important pour qu'on puisse regreffer la partie sectionnée", insiste le spécialiste.

 

En plus de la clinique du Tonkin, l'hôpital Edouard Herriot a également été labelisé SOS Mains.



Tags : SOS Mains | clinique du Tonkin |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.