Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

LyonMag

Quinzième Prix Jacques Deray, une œuvre toujours présente

LyonMag

L’institut Lumière fêtera ce samedi le quinzième prix Jacques Deray, anniversaire qui correspondra à quelques mois près à la disparition du célèbre réalisateur en 2003.

Excepté nos bons génies en la personne des frères Lumière, Lyon ne compte parmi ses natifs que deux grands cinéastes : Jacques Deray et Bertrand Tavernier. Le premier fut son vice-président jusqu’à son décès, le second est toujours président de l’institut Lumière, marque d’une véritable reconnaissance filiale à l’égard des inventeurs de la rue du Premier film par ces auteurs de films populaires et intimistes qui auront bâti chacun une œuvre singulière.

 

Le prix Jacques Deray, fondé par son épouse Agnès Vincent Deray et sa fille Laurence Deray, honore chaque année un film policier récemment sorti, rendant ainsi hommage à la filmographie si talentueuse en thriller et drame psychologique du metteur en scène de La Piscine, de Trois hommes à abattre, d’Un papillon sur l’épaule ou de On ne meurt que deux fois !

 

Le cinéma de Jacques Deray a marqué la mémoire populaire avec de très grands succès mais aura également connu l’adoubement de la critique. Cette filmographie révèle un pari de liberté gagné par le cinéaste durant toute sa carrière, enchainant à titre d’exemple une grosse production telle que Borsalino par une comédie déjantée comme Doucement les basses puis un film romantique comme Un peu de soleil dans l’eau froide.

 

Jacques Deray aura tourné des films au Japon, aux Etats Unis et dans toute l’Europe, exportant un savoir-faire de cinéma enseigné comme assistant par les plus grands réalisateurs tels que Buñuel, Jules Dassin ou Gilles Grangier.

 

Delon, Belmondo, Ventura, Serrault, Piccoli, Trintignant et combien d’autres grands acteurs français lui doivent des rôles titres. Jean Claude Carrière et Audiard lui auront écrit de magnifiques histoires.

 

A n’en pas douter son œuvre, toujours présente dans le cœur des amoureux du cinéma, traverse un âge d’or du cinéma français, celui entre autres de Melville, de Sautet et de Truffaut. C’est pour toutes ces raisons que le prix Jacques Deray est considéré comme une authentique distinction par les metteurs en scène qui le reçoivent, comme ce sera le cas de Pierre Salvadori ce samedi soir.

 

Un documentaire d’Agnès Vincent Deray sur le travail de Jacques Deray sera diffusé à 16 h à l’institut Lumière avant la remise du prix à 18H30 et la projection d’En toute liberté de Pierre Salvadori.

 

Eric Pelet



Tags : prix jacques deray |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.