Le monde féérique d'Avatar à la Halle Tony Garnier jusqu'à dimanche

Toruk : le premier envol, un spectacle du Cirque du Soleil directement inspiré du film Avatar de James Cameron, est joué à la Halle Tony Garnier jusqu'à dimanche.

Le monde féérique d'Avatar à la Halle Tony Garnier jusqu'à dimanche
Spectacle Toruk : le premier envol - LyonMag

Féérique, poétique, …autant de qualificatifs pour décrire ce spectacle impressionnant. La Halle Tony Garnier s'est métamorphosée pour devenir la lune Pandora, lune où vivent les Na'vis, créatures bleues et extraterrestres, dont le film retrace l'histoire. Si Avatar se déroulait après l'invasion de la lune par les humains, Toruk : le premier envol prend place 3 000 ans avant, lorsque Pandora était encore terre fertile, peuplée de nombreux animaux étranges, et de ces fameux Na'vis.

Une préparation hors du commun

Et pour préparer ce spectacle, le Cirque du Soleil a collaboré avec le réalisateur James Cameron et son équipe, pour valider le synopsis, ainsi que les décors. Un véritable travail a été nécessaire pour "se transformer en Na'vis", selon Vincent Deplanche, acrobate dans Toruk : le premier envol. C'est pour cela qu'ils ont rencontré une actrice du film, qui leur a appris entre autres à "poser sa tête" comme un Na'vis. "On apprend à jouer une créature qui n'existe pas, donc le challenge est d'autant plus important", explique Priscilia Le Foll, chanteuse du spectacle. Il a fallu "réapprendre" à faire des acrobaties avec la queue et les oreilles des Na'vis.

Outre le jeu d'acteur, d'autres moyens ont été utilisés pour mettre le spectateur dans l'ambiance : "on a 40 projecteurs très puissants pour vraiment recréer sous [les yeux du spectateur] la lune Pandora", comme l'explique Janie Mallet, communicante de la Troupe du Cirque du Soleil. Le spectateur voit donc la salle de spectacle se métamorphoser, d'abord en lune Pandora mais aussi au gré du spectacle, en passant de la jungle au désert, de l'océan à un volcan en éruption. "En plus, on a des systèmes qui font sortir des plantes un peu partout [sur scène]", rajoute la communicante.

Une recherche de réalisme -du monde d'Avatar du moins- donc, notamment avec la création aussi de costumes, créés pour "renforcer l'imaginaire", selon Coline Dubois-Gryspeert, costumière pour Toruk : le premier envol. Jeannie Mallet précise : "il y a des costumes qui ont été très inspirés de ce qu'on connait d'Avatar, mais puisque notre spectacle se déroule 3 000 ans avant, il fallait penser à comment les costumes ont évolué."  Pour finir, "des marionnettes géantes" ont été créées spécialement pour ce spectacle, dont celle du Toruk, dragon protagoniste du spectacle : 12 mètres d'envergure et plus de 100kg.

Le spectacle est à découvrir jusqu'à dimanche à la Halle Tony Garnier. Les places coûtent entre 45 et 89 euros.

1 commentaire
Laisser un commentaire
avatar
befun le 22/02/2019 à 04:48

E-X-T-R-A !!!! jamais vu une telle féerie dans un spcectacle! incroyablement beau et coloré

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.