Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

  

Eric Pelet

La cruauté du temps présidentiel

Eric Pelet

Le principal adversaire de  Nicolas Sarkozy, c’est l’accélération du temps. Nos compatriotes ne vivent dorénavant que cinq années avec un président de la République - cette période est d’autant plus courte lorsqu’elle correspond à un premier mandat. Cette dernière décennie, le temps politique s’est comme contracté et même l’échéance quinquennale paraît déjà longue à nombre de Français, adepte du changement systématique. Auparavant, le désamour pour un chef d’état en exercice ne se manifestait pas avant une dizaine d’années. Ce fut le cas pour François Mitterrand qui a perdu subitement l’aura politique qu’il exerçait, bien au-delà de sa majorité naturelle, à l’orée des années 90. Pour Chirac également, mais qui parvint à atteindre les treize ans de pouvoir suprême par l’effet du 21 avril 2002. Giscard, comme Sarkozy aujourd’hui, connut la désaffection du corps électoral vers sa cinquième année de mandat, même s’il gouverna encore deux années pour achever son septennat.

Ce que l’on observe en société, dans le domaine des relations professionnelles ou de couple, se vérifie désormais en politique. La durée est chassée comme une faculté inutile et pesante, le temps s’accélère, se démultiplie en séquences parfois contradictoires, dont on se persuade qu’elles s’additionnent valablement alors qu’au final elles auront souvent soustrait l’essentiel. Le temps est un tyran qui nous impose de suivre son rythme coûte que coûte. Ainsi à la première dispute on divorce, à la moindre promesse de la concurrence on démissionne, au retour de la crise on change de président. Ce refus du modèle précédent fondé sur l’idée d’une construction progressive, de l’effort dans un mouvement plus long, explique sans nul doute une grande partie des mauvais sondages d’opinion de Nicolas Sarkozy. L’homme n’a certes pas été exempt de certaines erreurs de comportement, mais jugées à l’aune de l’Histoire, elles seront considérées un jour comme dérisoires au regard des efforts qu’il aura accomplis pour juguler le marasme financier, maintenir le statut de la France dans le monde et adopter des réformes importantes. L’expérience, l’autorité, la volonté sincère qui animent le chef de l’Etat sont pourtant sans influence sur sa faible cote de bonnes intentions.

Or la popularité en politique, invention contemporaine, procède aussi du phénomène de mode, autre conjugaison factice du temps. Si une majorité de Français semblent désormais autistes au discours, au bilan, à la personne du chef de l’Etat, c’est parce qu’ils n’envisagent plus la durée comme une donnée normale de la vie politique nationale. Seule la promesse d’un changement rapide de la figure présidentielle et de tout ce qui l’accompagne est de nature à les rassasier, alors même qu’ils savent que leurs problèmes perdureront voire s’aggraveront. Mais le temps dévore tout, il impose au citoyen ce sacrifice présidentiel sur l’autel de la République. Les prochaines élections permettront  néanmoins de vérifier si cette funeste loi a un caractère irréversible.



Tags : sarkozy | pelet |

Commentaires 3

Déposé le 01/02/2012 à 14h03  
Par sdf Citer

eliz.m a écrit le 01/02/2012 à 02h42

Bonsoir Éric Pelet, lundi 30 janvier 2012
Nous nous connaissons peu ou pas. Peut importe, je trouve votre article intéressant sur le fond et sur la forme. Mais comme beaucoup de français souffrent chacun ont leur histoire, toutes sont dures.. j'ai du mal à croire aux politiques.. Mais je reconnais qu’ après les avoir écoutés tout un chacun ainsi que Mr Sarkozy, lors du « Replay de TFI : Résumé Nicolas Sarkozy a répondu aux questions de 11 Français lundi 25 janvier 2010 soir sur TF1. Une émission présentée par Jean-Pierre Perrault . »
Vouloir faire face à toutes ces difficultés, le rôle d'un président des français revient à être le patron d'une grande entreprise en faillite. Cette entreprise porte comme enseigne « LA France ». Je ne leur envie pas cette place même avec un jet privé… S’ILS SONT SINCÈRES DANS LEURS DÉMARCHES quelques soit leurs appartenances politiques. Et c’est là ou je doute…. Je suis peut-être lâche en ne voulant pas aller voter. N’importe quel patron et gérant d’une PME serait en redressement judiciaire et probablement en prison avec de telles erreurs de gestion depuis 30 ans,15 de gauche et 15 de droite pour faire simple !
Bien à vous
Eliz Moulin

Copinage

Déposé le 01/02/2012 à 02h42  
Par eliz.m Citer

tsunami a écrit le 31/01/2012 à 18h40

Verbiage

Bonsoir Éric Pelet, lundi 30 janvier 2012
Nous nous connaissons peu ou pas. Peut importe, je trouve votre article intéressant sur le fond et sur la forme. Mais comme beaucoup de français souffrent chacun ont leur histoire, toutes sont dures.. j'ai du mal à croire aux politiques.. Mais je reconnais qu’ après les avoir écoutés tout un chacun ainsi que Mr Sarkozy, lors du « Replay de TFI : Résumé Nicolas Sarkozy a répondu aux questions de 11 Français lundi 25 janvier 2010 soir sur TF1. Une émission présentée par Jean-Pierre Perrault . »
Vouloir faire face à toutes ces difficultés, le rôle d'un président des français revient à être le patron d'une grande entreprise en faillite. Cette entreprise porte comme enseigne « LA France ». Je ne leur envie pas cette place même avec un jet privé… S’ILS SONT SINCÈRES DANS LEURS DÉMARCHES quelques soit leurs appartenances politiques. Et c’est là ou je doute…. Je suis peut-être lâche en ne voulant pas aller voter. N’importe quel patron et gérant d’une PME serait en redressement judiciaire et probablement en prison avec de telles erreurs de gestion depuis 30 ans,15 de gauche et 15 de droite pour faire simple !
Bien à vous
Eliz Moulin

Déposé le 31/01/2012 à 18h40  
Par tsunami Citer

Verbiage

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.