Le surveillant gifle un détenu à Villefranche : la justice reconnaît le but "thérapeutique" de son geste

Le surveillant gifle un détenu à Villefranche : la justice reconnaît le but "thérapeutique" de son geste
LyonMag

Il est loin le temps du scandale né en 2015.

A l'automne de cette année, plusieurs surveillants de la maison d'arrêt de Villefranche-sur-Saône sont mis en examen et suspendus, ils étaient soupçonnés d'avoir passé à tabac un détenu.


Face au silence des gardiens et au récit enjolivé de la victime présumée, l'enquête n'avait pas vraiment avancé. Le premier surveillant de la prison caladoise s'est pourtant retrouvé devant le tribunal correctionnel ce mardi. Il lui était reproché d'avoir giflé à deux reprises le détenu.

Mais la justice a reconnu que son geste avait été administré dans un "but thérapeutique", pour vérifier que son malaise était réel et non simulé. Car ses vélléités d'évasion étaient connues de tous.

L'ancien gardien, aujourd'hui à la retraite, a donc été relaxé.

9 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Post monétaire le 03/04/2019 à 19:09

Cher troll qui n'a jamais réfléchir à "pourquoi l'usage de la violence" :

un champs de bataille, c'est un lieu où ceux qui se battent obéissent aux ordres. Ce sont des pantins des puissants.

Et... oui, les puissants qui ordonnent aux autres d'aller s'entretuer, sont des impuissants mentaux momentanés.

Signaler Répondre

avatar
Hilarant le 03/04/2019 à 16:33
Post monétaire a écrit le 03/04/2019 à 12h18

La violence est l'expression de la frustration, l'expression d'une infériorité mentale momentanée,

ça s'enseigne dans les réelles écoles de psychologie.

Mais dans cet article, ça parle de "geste thérapeutique".

Ok donc sur un champ de bataille il y a que des déficients mentaux?

Mais mdr!

Signaler Répondre

avatar
Post école le 03/04/2019 à 13:52
Post monétaire a écrit le 03/04/2019 à 12h18

La violence est l'expression de la frustration, l'expression d'une infériorité mentale momentanée,

ça s'enseigne dans les réelles écoles de psychologie.

Mais dans cet article, ça parle de "geste thérapeutique".

"ça s'enseigne dans les réelles écoles de psychologie."

Celles où vous n'avez jamais posé votre derrière sur un banc ? o:)

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 03/04/2019 à 12:18

La violence est l'expression de la frustration, l'expression d'une infériorité mentale momentanée,

ça s'enseigne dans les réelles écoles de psychologie.

Mais dans cet article, ça parle de "geste thérapeutique".

Signaler Répondre

avatar
Sïd le 03/04/2019 à 12:13
Post monétaire a écrit le 03/04/2019 à 11h17

"Un but thérapeutique"... :D

Sérieusement, si la justice utilise des mots pareils...
pour savoir si quelqu'un simule un malaise on lui met des baffes ? ça sert aux soins ?

Pincer est peut-être plus efficace que de secouer quelqu'un qui aurait pu avoir un problème au cerveau, au cervicale, etc...

Un problème de formation ?

Vous devriez travailler aux urgences , vous verrez qui distribuent les coups gratuitement. Trop bon? Trop Cons.

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 03/04/2019 à 11:17

"Un but thérapeutique"... :D

Sérieusement, si la justice utilise des mots pareils...
pour savoir si quelqu'un simule un malaise on lui met des baffes ? ça sert aux soins ?

Pincer est peut-être plus efficace que de secouer quelqu'un qui aurait pu avoir un problème au cerveau, au cervicale, etc...

Un problème de formation ?

Signaler Répondre

avatar
Associations des cambrioleurs roumains en marche. le 03/04/2019 à 10:30

La victimisation à la française avec ses associations des droits de l’homme ect.... la violence et toutes la délinquance qui va avec ont de beaux jours devant eux .

Signaler Répondre

avatar
Bravo le 03/04/2019 à 09:57

Il y a des claques qui se perdent !

Signaler Répondre

avatar
craignos le 03/04/2019 à 08:57

La victime n'est pas celle que l'on croyait !

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.