Lyon : un rassemblement pour Doona, Anas et tous les étudiants "mis en danger par le CROUS"

Lyon : un rassemblement pour Doona, Anas et tous les étudiants "mis en danger par le CROUS"
Photo d'illustration - LyonMag

Ce mardi midi, le syndicat Solidaires étudiant-e-s organise un rassemblement devant le siège social du Crous à Lyon.


Au 59 rue de la Madeleine, dans le 7e arrondissement, là où Anas avait tenté de mettre fin à ses jours en s'immolant il y a un an, les étudiants vont demander justice pour le jeune homme, mais aussi pour Doona "et tous les autres (...) mis en danger par le CROUS".

Doona est une étudiante trans qui s'est suicidée la semaine dernière. "Après avoir traversé plusieurs crises suicidaires, le CROUS lui signifie alors que si elle recommence, elle perdra son logement. Maltraitée par le milieu médical transphobe, elle décide d'en finir à la gare de Montpellier", écrit Solidaires dans un communiqué.

"Aujourd'hui un nombre considérable d'étudiants et de personnes trans n'ont pas accès aux services de santé par manque de moyens ou d'accessibilité et ont des mauvaises expériences avec les services sociaux censés nous aider. Alors que nous tirons la sonnette d'alarme depuis novembre dernier, nous pouvons faire le constat que rien ne bouge, que la précarité étudiante s'aggrave et que l'Etat somnole lorsque nous crions", conclut ceux qui manifesteront ce mardi.

Tags :

crous

etudiants

5 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Dtcmdm le 01/10/2020 à 07:12
Walllah a écrit le 29/09/2020 à 09h53

Oui,le CROUS a du sang sur les mains. Il a refusé le triplement de la 3ème année de anas. Il était pourtant promis à un si bel avenir avec une licence de psycho en poche à 40 ans...

La fac , un moyen comme un autre de venir en France , d y rester , de se faire financer et aider pour ne rien apporter en retour !!! Scandale à creuser ...

Signaler Répondre

avatar
6974 le 01/10/2020 à 00:20
Sakura a écrit le 29/09/2020 à 09h53

Et entre eux est ce que les étudiants s entraident,. Car bizarrement, ils ne parlent pas du harcelement, du rejet que subissent des étudiants de la part d autres étudiants. Donc trop facile de tout mettre sur le dos du Crous ou de l.Etar. Que les étudiants se posent la question sur leurs responsabilités du mal être de certains.. Pour avoir discuté avec ceux qui vivent dans mon immeuble, c est édifiants d entendre ce que certains subissent de la part d autres étudiants et du fait que les syndicats s en fichent et ne les aident pas vraiment.

Alors maintenant le harcèlement entre les étudiants devraient les empêcher de réclamer un respect de leurs droits auprès des institutions ?
Et pour information les expériences et opinions des 3 étudiants de votre immeuble ne représentent pas celles des 2.7 millions d'étudiants en France ...

Signaler Répondre

avatar
6974 le 01/10/2020 à 00:15
Walllah a écrit le 29/09/2020 à 09h53

Oui,le CROUS a du sang sur les mains. Il a refusé le triplement de la 3ème année de anas. Il était pourtant promis à un si bel avenir avec une licence de psycho en poche à 40 ans...

Anas ne faisait pas psycho et ce n'est pas le Crous qui décide ou non du triplement des années ... un peu de respect pour les défunts svp

Signaler Répondre

avatar
Sakura le 29/09/2020 à 09:53

Et entre eux est ce que les étudiants s entraident,. Car bizarrement, ils ne parlent pas du harcelement, du rejet que subissent des étudiants de la part d autres étudiants. Donc trop facile de tout mettre sur le dos du Crous ou de l.Etar. Que les étudiants se posent la question sur leurs responsabilités du mal être de certains.. Pour avoir discuté avec ceux qui vivent dans mon immeuble, c est édifiants d entendre ce que certains subissent de la part d autres étudiants et du fait que les syndicats s en fichent et ne les aident pas vraiment.

Signaler Répondre

avatar
Walllah le 29/09/2020 à 09:53

Oui,le CROUS a du sang sur les mains. Il a refusé le triplement de la 3ème année de anas. Il était pourtant promis à un si bel avenir avec une licence de psycho en poche à 40 ans...

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.