Lyon : traité de "prédateur" sur NRJ12, Nordahl Lelandais n'a pas été diffamé selon la justice

Lyon : traité de "prédateur" sur NRJ12, Nordahl Lelandais n'a pas été diffamé selon la justice
Nordahl Lelandais - DR

L'audience a tourné court ce mardi au tribunal judiciaire de Lyon.

Les juges étudiaient la demande de condamnation de Pascal Neveu réclamée par Nordahl Lelandais. Le tueur présumé de la petite Maëlys et du caporal Arthur Noyer estimait avoir été diffamé par l'expert psychologue intervenant dans l'émissions "Crimes et faits divers" présentée par Jean-Marc Morandini sur NRJ12. Pascal Neveu l'avait traité de "prédateur (...) qui veut sentir sa proie".

La demande de Nordahl Lelandais n'a pas été appuyée par le procureur de la République, la diffamation n'a donc pas été établie par le tribunal lyonnais selon le Progrès.

X
13 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Terminator... le 27/11/2020 à 08:50

Je dis ça en passant...
Au commissariat de (. existe plus )
Dans une pièce noir on faisait rentrer un truand qui assassinait et la a coups de poing les flics s occupait de son matricule... Et jamais de plainte......
Mais maintenant cette une justice a
L américaine... Voyez le résultat....

Signaler Répondre

avatar
walllah le 21/10/2020 à 14:18

Si Dupont-Moretti n'avait pas été occupé à Paris, il aurait pu s'occuper de l'affaire.

Signaler Répondre

avatar
mamipouzo le 21/10/2020 à 14:05

Pauvre bichon qui ne supporte pas qu'on appelle un chat "un chat".

Signaler Répondre

avatar
Assez ! le 21/10/2020 à 13:58

Heureusement ! Les assassins réclament la condamnation de ceux qui les décrivent maintenant !
Une ordure totale cet individu.

Signaler Répondre

avatar
Zig le 21/10/2020 à 12:43
Cher zig.. a écrit le 21/10/2020 à 11h44

...oui les "méthodes" d'interrogatoires étaient..très musclé..ce n'était pas un film, voir violente, d'ailleurs le juge Renaud lui-même fit part de sa "surprise" au vue de l'état de certains..mais alors lelandais porter plainte pour diffamation?! on rève..et oui si interro..musclé(!) il aurait peut-être avoué bien des "choses"..

Dans beaucoup de cas, le but de certains interrogatoires musclés étaient de faire "avouer" même ce que le présumé coupable n'a pas fait.

Je doute donc que se soit la meilleure méthode pour arriver à la vérité.

En tout cas dans le cas présent, la réponse de la justice à un sens, à la question "est-il un prédateur?" la réponse est claire, et assimilable à OUI.

Signaler Répondre

avatar
Cher zig.. le 21/10/2020 à 11:44

...oui les "méthodes" d'interrogatoires étaient..très musclé..ce n'était pas un film, voir violente, d'ailleurs le juge Renaud lui-même fit part de sa "surprise" au vue de l'état de certains..mais alors lelandais porter plainte pour diffamation?! on rève..et oui si interro..musclé(!) il aurait peut-être avoué bien des "choses"..

Signaler Répondre

avatar
CQFD. le 21/10/2020 à 11:20

La justice n'a pas assez de moyen!!!!!

Mais elle trouve les moyens pour ce genre de chose?

Signaler Répondre

avatar
Je dis ça en passant le 21/10/2020 à 11:04
Zig a écrit le 21/10/2020 à 10h48

"... Les méthodes des policiers lors des interrogatoires étaient alors très musclées, selon le film..."

Un film reste un film, avec sa part de fiction, de mise en scène.

Un film oui mais Olivier Marchal, le réalisateur, est un ancien policier et connait bien leurs méthodes.

Signaler Répondre

avatar
Je dis ça en passant le 21/10/2020 à 10:53
Le sous-homme est vexé ! a écrit le 21/10/2020 à 10h37

Cette ordure ne doute de rien... Il tue, viole et aligne les cadavres mais voudrait qu'on parle de lui en termes "modérés" ! Et il se sent offusqué au point d'envoyer son avocat au charbon.. pour défendre son "honneur"...
Dommage que la peine de mort (avec si possible torture préalable) ne lui soit pas applicable.

Pour ce genre d'individu, si reconnu coupable, le supplice de la roue (regardez sur wikipedia pour voir en quoi ça consiste) me semblerait approprié.
NB: ne vous emballez pas, ce n'était pas une méthode de torture pour faire avouer... comme le croient certains.

Signaler Répondre

avatar
artémis le 21/10/2020 à 10:51

Malheureusement on n' est plus dans les années 70 !! Maintenant les interrogatoires des criminels ce font avec café et croissants et c'est filmé , la police ne doit pas poser certaines questions , ne doit pas toucher un cheveux du suspect et doit parler correctement ... Donc obtenir des aveux c 'est quasi impossible !

Signaler Répondre

avatar
Zig le 21/10/2020 à 10:48
Je dis ça en passant a écrit le 21/10/2020 à 10h27

Je viens de voir le film "Les Lyonnais" d'Olivier Marchal. Une histoire sur un groupe de bandits dans les années 70s. Les méthodes des policiers lors des interrogatoires étaient alors très musclées, selon le film. Les suspects, durs à cuir, étaient tabassés pour les pousser à avouer.

Je pense que si c'était toujours appliqué aujourd'hui, on aurait obtenu des aveux et des précisions plus rapidement de Lelandais dans l'affaire Maëlys (et les autres), et ça l'aurait aussi dissuadé de porter plainte contre un journaliste qui l'a traité de prédateur.
Maintenant c'est avocat pour lui dire que dire et ne pas dire, et médecin pour vérifier que le suspect est bien traité, tout au long de la garde à vue.
Ma foi...

"... Les méthodes des policiers lors des interrogatoires étaient alors très musclées, selon le film..."

Un film reste un film, avec sa part de fiction, de mise en scène.

Signaler Répondre

avatar
Le sous-homme est vexé ! le 21/10/2020 à 10:37

Cette ordure ne doute de rien... Il tue, viole et aligne les cadavres mais voudrait qu'on parle de lui en termes "modérés" ! Et il se sent offusqué au point d'envoyer son avocat au charbon.. pour défendre son "honneur"...
Dommage que la peine de mort (avec si possible torture préalable) ne lui soit pas applicable.

Signaler Répondre

avatar
Je dis ça en passant le 21/10/2020 à 10:27

Je viens de voir le film "Les Lyonnais" d'Olivier Marchal. Une histoire sur un groupe de bandits dans les années 70s. Les méthodes des policiers lors des interrogatoires étaient alors très musclées, selon le film. Les suspects, durs à cuir, étaient tabassés pour les pousser à avouer.

Je pense que si c'était toujours appliqué aujourd'hui, on aurait obtenu des aveux et des précisions plus rapidement de Lelandais dans l'affaire Maëlys (et les autres), et ça l'aurait aussi dissuadé de porter plainte contre un journaliste qui l'a traité de prédateur.
Maintenant c'est avocat pour lui dire que dire et ne pas dire, et médecin pour vérifier que le suspect est bien traité, tout au long de la garde à vue.
Ma foi...

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.