Il reconnait une trentaine de viols et d'agressions sexuelles : l'ancien bénévole de la Croix-Rouge transféré à Lyon

Il reconnait une trentaine de viols et d'agressions sexuelles : l'ancien bénévole de la Croix-Rouge transféré à Lyon
photo d'illustration - Lyonmag.com

L'homme de 56 ans, soupçonné d'avoir commis une trentaine de viols et d'agressions sexuelles entre 1993 et 2016, a été transféré à Lyon, où le Parquet a ouvert une information judiciaire.

Selon le Parquet, qui communique ce mercredi sur l'affaire, le suspect a agressé deux victimes mineures dans le département du Rhône entre 1993 et 1999.

A la suite du dépôt de plainte de ces deux victimes en 2019, les investigations diligentées par la sûreté départementale du Rhône avaient permis l’identification et la localisation du mis en cause sur la commune de Périgueux, commune qu’il avait rejointe après son départ de Lyon en 2016.

Placé en garde à vue en Dordogne, le quinquagénaire a expliqué avoir profité de sa fonction de bénévole à la Croix-Rouge pour entrer en contact avec ses victimes. Il les invitait alors à son domicile, où il leur faisait consommer des produits stupéfiants et de l’alcool avant de les agresser sexuellement ou de les violer.

Les enquêteurs recherchent désormais d'autres victimes. A noter que le parquet a requis le placement en détention provisoire de l'ancien bénévole.

F.L.

9 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Nao le 03/06/2021 à 13:57
le vieux lutin bougon a écrit le 03/06/2021 à 12h03

Monsieur je sais tout, il y a déjà plusieurs années uqe les policiers et gendarmes recoivent les plaintes pour viols sur mineurs , garçons ou filles. Il y a partout des cellules d'enquêteurs spécialisés et formés pour recevoir ces plaintes. Prlez de ce que vous connaissez et arrêtez de dire des conneries ! ! !

Pardon, mais il va peut-être falloir baisser d'un ton, je n'ai agressé personne ici. Je disais simplement que pour les victimes de sexe masculin, d'autant plus quand il s'agit de jeunes garçons comme c'est le cas, ici, dans ce genre d'affaire, encore trop peu ont malheureusement le courage de parler et de déposer plainte. Combien gardent le silence dans des faits similaires parce qu'aujourd'hui on a plus tendance à donner la paroles aux femmes avec les derniers mouvements ? Je soutenais vos propres propos et dénonçais surtout un fait de société, et non pas le système et ses institutions spécialisés dans les crimes sexuels, et qui bien sûr, reçoivent des plaintes tous les jours. C'est tout.

Signaler Répondre

avatar
le vieux lutin bougon le 03/06/2021 à 12:03
Nao a écrit le 03/06/2021 à 08h33

Sauf qu'ici on ne parle pas de femme. Les victimes de cette ordure sont tous des garçons. Mineur de surcroit. Donc plus facile aujourd'hui ? Je ne crois pas. Solidarité des victimes ? Et bien malheureusement non, aujourd'hui les agressions sexuelles et viols reconnu sur des victimes de sexe masculin sont toujours tabous. Très peu osent parler et ont peur d'être moqués ou diminués dans ce qui font d'eux des hommes, car dans cette société, c'est bien connu, un "mâle" ça viole, ça ne se fait pas violer... Pire encore dans les années 90.

Monsieur je sais tout, il y a déjà plusieurs années uqe les policiers et gendarmes recoivent les plaintes pour viols sur mineurs , garçons ou filles. Il y a partout des cellules d'enquêteurs spécialisés et formés pour recevoir ces plaintes. Prlez de ce que vous connaissez et arrêtez de dire des conneries ! ! !

Signaler Répondre

avatar
Nao le 03/06/2021 à 08:33
Encore un malade mental. a écrit le 02/06/2021 à 17h22

Essayer déjà , aujourd’hui de déposer une main courante ou une plainte . Après vous pourrez parler ! Aujourd’hui, c’est plus facile pour les femmes , elles sont solidaires et les commissariats en sont majoritaires.

Sauf qu'ici on ne parle pas de femme. Les victimes de cette ordure sont tous des garçons. Mineur de surcroit. Donc plus facile aujourd'hui ? Je ne crois pas. Solidarité des victimes ? Et bien malheureusement non, aujourd'hui les agressions sexuelles et viols reconnu sur des victimes de sexe masculin sont toujours tabous. Très peu osent parler et ont peur d'être moqués ou diminués dans ce qui font d'eux des hommes, car dans cette société, c'est bien connu, un "mâle" ça viole, ça ne se fait pas violer... Pire encore dans les années 90.

Signaler Répondre

avatar
Juliette le 02/06/2021 à 20:06

Il resteras combien de temps en prison si il y va???

Signaler Répondre

avatar
Chouki le 02/06/2021 à 19:47
le gone de Lyon a écrit le 02/06/2021 à 15h37

les victimes de 1993 auraient du porter plainte , cela aurait eviter d’autres drames ..

Elles étaient mineurs à l époque. Ce qui est triste c est que certains mômes n osent pas dire à leurs parents ce qu ils leurs arrivent. Et que dire des réactions de certains parents quand on leur en parle

Signaler Répondre

avatar
civitas567 le 02/06/2021 à 18:31

"bénévole à la Croix-Rouge" Comme un scout: toujours prêt !

Signaler Répondre

avatar
Encore un malade mental. le 02/06/2021 à 17:22
le gone de Lyon a écrit le 02/06/2021 à 15h37

les victimes de 1993 auraient du porter plainte , cela aurait eviter d’autres drames ..

Essayer déjà , aujourd’hui de déposer une main courante ou une plainte . Après vous pourrez parler ! Aujourd’hui, c’est plus facile pour les femmes , elles sont solidaires et les commissariats en sont majoritaires.

Signaler Répondre

avatar
le gone de Lyon le 02/06/2021 à 15:37

les victimes de 1993 auraient du porter plainte , cela aurait eviter d’autres drames ..

Signaler Répondre

avatar
Base-Hare69 le 02/06/2021 à 14:13

1993 à 2016 ? Les fichiers ne se croisaient pas encore? Enfin, si il ne ressort pas pour cause de psychoses indiquant qu'il n'ait pas responsable. Pour les victimes, c'est à vie.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.