Double infanticide près de Lyon : ouverture du procès de la mère qui clame son innocence

Double infanticide près de Lyon : ouverture du procès de la mère qui clame son innocence
La cour d'assises du Rhône - LyonMag

Ce mardi s’ouvre aux assises du Rhône le procès d’un double infanticide.

Le 10 juin 2018, les corps de deux fillettes âgées de 3 et 5 ans étaient découverts dans un appartement de la caserne de gendarmerie de Limonest située avenue Général de Gaulle.

La mère quadragénaire, qui a toujours clamé son innocence, est l’unique suspecte dans cette affaire. C’est elle qui a alerté les secours en l’absence de son mari, père des enfants et sous-officier de la brigade de gendarmerie, qui avait passé le week-end à l’extérieur.

Les enfants sont décédées par asphyxie mécanique mais la possibilité d’un produit volatil occasionnant un empoisonnement reste ouverte selon l’autopsie.

Comble de l’horreur, le frère de la mère et la soeur du père se sont rendus séparément dans l’appartement durant ce week-end, et ont relevé plusieurs détails suspects sans s’en inquiéter outre-mesure. La mère avait refusé de les laisser voir la plus jeune des filles alitée et peut-être déjà morte. Tandis que l’aînée était livide, incapable de parler. Une forte odeur "pestilentielle" régnait également dans l’appartement de la caserne.

Le profil de la mère, incarcérée depuis quatre ans à la prison de Lyon-Corbas, fera probablement l’objet de longs débats au palais des 24 colonnes de Lyon. Les expertises psychiatriques ont écarté la piste du trouble ou de l’addiction à l’alcool. Le mari avait pourtant expliqué aux enquêteurs qu’elle était "bipolaire et dépressive" sur fond de couple qui se déchirait.

Ses avocats pourraient plaider la mort accidentelle, ils ont rappelé que les victimes étaient malades au moment du drame et qu’elles avaient même consulté un médecin peu de temps avant.

Le procès pour assassinats doit se terminer ce vendredi, avec, au bout, un verdict et peut-être davantage de lumière faite sur la mort des fillettes.

X
6 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Guy-Georges le 15/12/2021 à 13:50

Quand l'enfant est non désiré quel recourt pour les parents?

Signaler Répondre

avatar
Pagr le 14/12/2021 à 14:48

Ah!!4 commentaires !!!combien pour un vulgaire rodéo??les français ont des priorités dans la gravité des faits divers!!!bref!!que ses petits anges reposent en paix!!

Signaler Répondre

avatar
Peut-être dans votre famille alors le 14/12/2021 à 14:42
Jean Moulin a écrit le 14/12/2021 à 10h35

Une tradition française malheureusement

Sinon arrêtez la picole.

Signaler Répondre

avatar
nassy69@hotmail.fr le 14/12/2021 à 12:36

pas de pitié

Signaler Répondre

avatar
Kogil le 14/12/2021 à 11:18

J’espère qu’elle restera en prison pour le reste de sa vie il y a pas de mots pour avoir tuer ses deux petites filles c’est monstrueux elle posséder par le diable pour tuer ses enfants pas de pitié pour cette dingue .

Signaler Répondre

avatar
Jean Moulin le 14/12/2021 à 10:35

Une tradition française malheureusement

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.