C'est le flou total à l'hôpital-prison du Vinatier

C'est le flou total à l'hôpital-prison du Vinatier

L'unité hospitalière spécialement aménagée pour les prisonniers psychiquement malades n'a toujours pas de date d'ouverture. La mise en service de cette unité, initialement prévue pour le 6 Avril, devait accueillir un premier contingent de vingt malades. Mais l'administration pénitentiaire et l'administration médicale ne s'entendent pas sur les prérogatives de chacune. Aussi, le montant initial de la prime pour les infirmiers intégrant cette unité à été réduit de plus de moitié, passant de 234 euros bruts à 117 euros bruts. Une situation de discorde qui agace les infirmiers, qui ont déposé un préavis de grève au jour de l'ouverture si aucune solution n'est trouvée.

Et pourtant, tout semblait maîtrisé. Le projet d'hôpital-prison, voulu par Nicolas Sarkozy en 2007, peine à faire la concorde entre ses différents acteurs. Les 36 infirmiers de l'unité hospitalière spécialement aménagée (UHSA) sont pourtant formés, payés. Ils ont même réalisé des exercices de sécurité avec les brigades d'intervention en milieu pénitentiaire. Mais les chambres de leurs potentiels patients restent désespérément vides. Prévue le 6 Avril, l'ouverture de l'unité spécialisée à été repoussée sine die. Notamment à cause des atermoiements du Conseil d'Etat, qui a émis des reserves sur l'aspect sécuritaire du projet, particulièrement sur le transfers des détenus et le port du gilet pare-balle pour le personnel soignant, souhaitable pour l'institution lors de la fouille des priosonniers lors du retour de balade. Marc Auray, le délégué CGT de l'hôpital du Vinatier, s'en fait l'écho : "La question de l'ouverture n'est toujours pas tranchée. Le Conseil d'Etat a émis des réserves. Je pense qu'il y a de grosses interrogations autant dans l'administration pénitentiaire que dans l'administration hospitalière. Il ne faut pas noyer le médical dans le pénitentiaire."

Alors, du côté des infirmiers, des négociations se poursuivent avec la direction sur le montant de la prime de risque. Prévue au départ à hauteur de 234 euros, cette prime aurait été rabaissée à 117 euros. Pour Pierre, infirmier, qui juge le montant initail de la prime "pertinent", les responsables de l'hôpital n'ont pas pris la mesure des risques encourus : "Ils se posent la question de savoir si nous allons porter des gilets pare-balles. Dans notre métier et dans notre filière plus généralement dans notre filière, cela est complètement contre-nature. Cette mesure témoigne aussi d'un risque très particulier. Ce risque là, nous demandons qu'il soit considéré." Trois équipes, d'une quarantaine d'infirmiers chacune, s'occuperont d'une vingtaine de patients par équipe. 117 personnes au total doivent encore être recrutées.

7 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
vol au dessus d'un nid de coucou le 27/04/2010 à 00:04

Les Potins d'Angèle ont le cul sur une chaise et finisse leur boulot à 18h,et ils ont leurs week-end...Qu'il viennent travailler en equipe,supporter la pression de la hierarchie,se prendre des baffes et se faire insulter voir perdre la vie (rip Mohamed),qu'il sacrifie leur vie de famille...Heureusement qu'il y a une prime...Les Potins d'Angèle,en guise de prime,je leur offre un kinder....

Signaler Répondre

avatar
Le Cygne le 26/04/2010 à 10:54

On ne parle que de primes, mais les soins aux patients dans tout ça ??? Confère article dans Les Potins d'Angèle, jeudi en kiosque. Un autre regard sur ce sujet.

Signaler Répondre

avatar
jérôme le 26/04/2010 à 10:11

Ou en sont les négociations sur le montant de la prime de risque ? du nouveau ? pourquoi a t elle été divisée en deux ? sur quelle base se chiffre est il calculé ?

Signaler Répondre

avatar
sarah le 26/04/2010 à 09:49

"117 personnes au total doivent encore être recrutées ".... ca tombe bien, les écoles d'infirmières sont pleines à craquer !

Signaler Répondre

avatar
carlita le 26/04/2010 à 09:38

Nicolas Sarkozy en parle en 2007.....3 ans plus tard toujours rien. Comme toujours avec ce personnage, beaucoup de projets sur la comète, aucun sur le papier.......;

Signaler Répondre

avatar
superkiwi le 26/04/2010 à 09:20

réunir l'administration hospitalière et le secteur pénitentiaire .....un drôle de mélange ! (ca donne envie de revoir "vol au dessus d'un nid de coucou")

Signaler Répondre

avatar
louloutte69 le 25/04/2010 à 11:42

Merci de ne pas oublier de siter egalement les aides soignants et les ash, qui sont egalements concernes par les risques et par la prime....

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.