L’incompréhension et la colère des policiers grenoblois

L’incompréhension et la colère des policiers grenoblois

Le second braqueur présumé du casino d'Uriage a été remis en liberté jeudi soir à l’issue de sa garde à vue. Il a été mis en examen pour "vol à main armée" et "tentative d'homicides volontaires sur agent de la force publique" et placé sous contrôle judiciaire.

Brice Hortefeux, le ministre de l’intérieur, a fait part de sa très vive indignation après cette libération alors que les policiers ont mis un mois et demi pour le retrouver. Mi-juillet, l’autre braqueur présumé avait été tué lors d’échanges de coup de feu avec la police ce qui avait entrainé trois nuits de violence à Grenoble.

0 commentaire
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.