Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Dieu s’invite à l’apéro !

A l’initiative de la Pastorale des jeunes du Diocèse de Lyon, un apéro est prévu vendredi à 19h devant le parvis de la cathédrale Saint-Jean. Une centaine de participants ont déjà répondu positivement à la sollicitation. Des évènements similaires sont organisés également à Paris et en Avignon.

« Ni alcool, ni drogue, ni téléphone portable, ni connexion web. » L’apéro-évangile-géant pour les 18-35 ans lyonnais fait l’économie des artifices. Et pour cause. Comme le mentionne la page Facebook qui relaye jeudi  l’évènement, le souhait des organisateurs est « de témoigner d’un mode vie alternatif, d’une consommation responsable, du bonheur d’être ensemble tout simplement, sans excès, sans artifices et sans provocations. » Place donc aux évangiles et aux bibles, fortement conseillées pour l’évènement. L’initiative, répond également à un triple objectif, à travers l’élaboration d’une charte verte : respect de soi, des autres, et des lieux d’accueil.
Après la polémique du kiss-in de Saint-Jean en mai, le parvis de la cathedrale est décidemment un lieu très couru pour les happenings.

Lionel Chamussy, le responsable communication de la Pastorale des Jeunes du Diocèse de Lyon, a bien voulu confier à Lyon Mag ses motivations.

Lyon Mag : En quoi consiste l’apéro que vous organisez vendredi à 19h sur le parvis de la place Saint-Jean ?
Lionel Chamussy :
Nous avons pris cette initiative sous l’impulsion des pèlerins de l’Espérance, qui aident les personnes qui sont en dépendance. Ils proposent d’organiser tout au long de l’année sur Paris, mais aussi dans d’autres villes de France, des apéros sans alcool qui permettent de se retrouver dans une ambiance conviviale pour partager, et aider ces gens-là à sortir de leur enfermement.
L’église catholique de Lyon souhaite aussi proposer aux jeunes et d’une manière plutôt spontanée une possibilité de se retrouver en ce temps de rentrée. Il faut décomplexer l’appartenance à la religion chrétienne, de manière assez large. Nous souhaitons aussi surfer sur la vague des apéros spontanés qui ont défrayé la chronique ces derniers mois, relayés par les réseaux sociaux sur lesquels la jeunesse est très présente. Nous avions envie, en conjuguant tous ces points d’intérêt, d’organiser cet apéro évangile géant place Saint-Jean, en conservant cette règle de refus de l’addiction.

Les nouvelles méthodes de communication de l’Eglise passent par ce type d’évènements ?

Loin de nous l’idée d’en faire un évènement récurrent. En revanche, cette dynamique nous intéresse. Je pense qu’il est important que toutes les religions, quelles qu’elles soient, n’aient pas de complexes à s’afficher. Reconnaitre son appartenance ne passe pas forcément par la voie ostentatoire. Croire, c’est quelque chose qui peut se partager. Les débats identitaires qui existent aujourd’hui en France marque une tendance à vouloir diviser. Il est important que la jeunesse n’ait pas peur de s’afficher dans ses croyances, de partager.  Les Chrétiens sont invités à participer aux JMJ de Madrid à l’été 2011. Notre initiative part de la même dynamique : redynamiser leur foi dans un élan de groupe et de partage.

Votre action n’a donc pas vouée au prosélytisme, chacun est le bienvenu ?
Bien entendu. Que cela soit très clair. Ce n’est pas parce que l’Eglise catholique de Lyon est derrière cet évènement qu’il est exclusivement réservé aux gens qui se réclament de cette confession. C’est ouvert. Nous avons pris des orientations qui sont volontairement loin des actions dans lesquelles notre société essaie de nous rendre dépendant. Cela se veut extrêmement convivial, spontané. Il n’y aura pas de tentes, pas de banderoles. Convivialité est le maître mot, avec la volonté écologique de respecter le lieu sur lequel nous allons être. Nous ferons en sorte que plus aucune trace de notre passage ne soit visible.

Que pensez-vous de la polémique autour de la gargouille représentant Ahmed Benzizine, ouvrier  français sur le chantier de la cathédrale, et musulman ?

Très honnêtement, je n’en pense rien. Je me réfère aux propos de nos évêques qui ont pris position. C’est une stigmatisation d’une tradition. De tout temps, les gargouilles représentaient des personnes, de symboles. Je considère qu’il y a une volonté, qui m’échappe, de vouloir stigmatiser toutes les initiatives favorisant la bonne entente entre les différentes religions.

A travers ce type d’initiative, vous souhaitez la reprise du spirituel sur le matériel ?
Oui. Cela n’échappe à personne dans notre société de consommation. La jeunesse, qui se construit, est perméable à ce type de mode de consommation. Il est important de conforter la jeunesse. Elle est porteuse de valeurs, mais a du mal à les afficher parce que le tout-consommation a tendance à faire rentrer la jeunesse dans des cases. Au contraire, la jeunesse est souvent dotée de bonnes intentions, d’un très bon fond. Partager des choses, sans artifice, c’est aussi possible.

Le dernier évènement place Saint-Jean était un kiss-in en mai, à l’initiative du mouvement Gay, Bi, Lesbian et Trans. Les catholiques reprennent l’autorité sur le lieu ?
Nous souhaitons vraiment nous inscrire de manière différente par rapport à ce précédent. J’ai pour habitude de parler « d’apéros harmonieux. » Cela se fait au rythme de la ville, dans la ville, animé par la jeunesse de manière très simple, sans aucun excès ou volonté de provoquer ou d’attiser quelque rancoeur que ce soit de quelque partisan que ce soit.



Tags : diocese | saint jean | apero | saint-jean |

Commentaires 2

Déposé le 09/09/2010 à 23h48  
Par Sophie Citer

Belle initiative de la jeunesse! j'y passerai bien un moment pour voir ce que ça donne... A bientôt peut-etre

Déposé le 09/09/2010 à 13h13  
Par Le Mal Aimé ( le retour) Citer

Dieu proche de ses disciples, c'est une bonne chose

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.