Parc Sergent Blandan : le Grand Lyon veut se doter d’un véritable pôle de loisir en pleine ville

Parc Sergent Blandan : le Grand Lyon veut se doter d’un véritable pôle de loisir en pleine ville

C’est en tout cas le contour du projet retenu pour réaménager les 17 hectares du parc Sergent Blandan, laissé un peu à l’abandon depuis son rachat pour près de 15 millions d’euros, voilà trois, par le Grand Lyon.

La communauté urbaine s’est tournée vers un réaménagement écologique du poumon vert de Sergent Blandan, à la confluence des 3, 7 et 8èmes arrondissements. L’aménagement du site rappelle celui des berges du Rhône ou du Parc de la Tête d’Or. Franck Poirier, directeur de l’agence Base qui s’occupe du projet, affirme pourtant ne pas s’en être inspiré. « L’idée maîtresse est d’offrir un parc supplémentaire, en termes d’ambiance et d’usage, aux grands équipements publics à ciel ouvert que compte l’agglomération lyonnaise, expose-t-il. Le contexte de Sergent Blandan est très original par rapport aux autres parc lyonnais, avec plusieurs plateaux d’altimétrie différente. Nous voulons développer des usages et des ambiances différentes du Parc de la Tête d’Or, tranche-t-il. Il faut appuyer sur l’idée d’un parc extrêmement naturel, avec beaucoup d’éléments évolutifs en terme de végétation. Nous voulons éviter d’en faire un parc figé », concède le directeur de l’agence Base.

Vue aérienne du futur parc Sergent Blandan © Esquisse/Vue aérienne/ IDA+ et projet BASE
Vue aérienne du futur parc Sergent Blandan © Esquisse/Vue aérienne/ IDA+ et projet BASE
La végétalisation du site est une des pièces maîtresse du projet. Un jardin nourricier, ainsi qu’une friche végétale, doivent y voir le jour. Des casernes seront également reconverties en jardins suspendus, alors que la plaine dite des Douves proposera un large espace gazonné propre à la flânerie. Les différents niveaux du parc, imputables à l’architecture militaire des différents bâtiments qui le constitue, devraient naturellement s’aplanir à travers l’harmonisation végétale recherchée par les opérateurs du projet.
Côté activités, les sports collectifs se taillent une part non négligeable du projet, puisqu’un terrain de volley, de basket, ainsi qu’un terrain de football hexagonal garnissent déjà les études du futur parc. Ping-Pong, marelle, mini tennis et skate parc viennent renforcer l’offre de loisirs.
Une aire de jeu pour enfant sur le bastion Nord du site devrait voir le jour, alors que le bastion Sud réservera sa belle exposition aux boulistes, puisque des terrains de pétanques sont prévus. Le bastion Est, déjà fortement végétalisé, devrait conserver son halo de verdure.
Les travaux devraient débuter en 2012 pour être entièrement terminés en 2015.
Coût de l’opération : plus de 42 millions d’euros, que se partageront la Ville et le Grand Lyon.

X
5 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
vktra le 20/06/2011 à 13:09

avatar
JibOne le 04/05/2011 à 18:16

Solution = Recréation Urbaine, société qui conçoit des skateparks en béton et basée à LYON ! Un bowl comme à Crolles avec un pire streetpark. Vite avant d'avoir des modules en ferraille...

Signaler Répondre


avatar
bavooz le 03/05/2011 à 21:36

oui c'est clair qu'il va falloir arreter les conneries en matiere de skatepark, plus personne ne veux de skateparcs modulaires, regarder ce qui ce fait en beton et par des connaisseurs, pas par l'artisan du coin (decines), sans parler de ce que l'on retrouve sur les quais bowl de la guillotiere avec sol style rappe a gruyere....

Signaler Répondre

avatar
L'idiot du village le 03/05/2011 à 20:18

Avec un peu de chance, les skatepark ne ressemblera pas à la bouse qui se trouve sur les quais.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.