Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Libération d’Hervé Guesquière et Stéphane Taponier : les réactions de Bret et Collomb

Les maires de Villeurbanne et de Lyon se sont fait ont régai à la libération des deux journalistes français, otages depuis 547 jours en Afghanistan.

Jean-Paul Bret (maire de Villeurbanne) : « Stéphane Taponier et Hervé Ghesquière ainsi que Ghulam, Satar et Mohamed, leurs trois accompagnateurs, viennent d’être libérés, 18 mois après leur enlèvement en Afghanistan. Je me réjouis de cet heureux dénouement qui met fin à une attente insoutenable pour leurs proches. Depuis mai 2010, le portrait des deux journalistes était affiché sur le fronton de l’Hôtel de ville de Villeurbanne. Il y a une dizaine de jours encore, à l’occasion du festival des Invites, nous avons, avec le comité de soutien, appelé à rester mobilisés pour leur libération. Cette heureuse nouvelle ne doit pas nous faire oublier le sort des autres otages dans le monde, ni qu’un tiers des habitants de la planète vit dans un pays où la liberté de la presse n’est pas reconnue. »

Gérard Collomb
(maire de Lyon) : « La libération d'Hervé Ghesquière, de Stéphane Taponier et de leurs trois accompagnateurs afghans est un immense soulagement. Ces journalistes avaient été enlevés le 29 décembre 2009 dans la vallée de la Kapisa, en Afghanistan, alors qu'ils réalisaient un documentaire pour le magazine d'investigation "Pièces à Conviction" diffusé sur France 3. La fin de leur détention marque une victoire pour la liberté d'expression et pour les valeurs de démocratie. Mes pensées vont vers eux, leurs familles, leurs amis, vers les membres de leur comité de soutien et tous nos concitoyens mobilisés depuis des mois pour exiger leur mise en liberté. Je leur souhaite un bon retour sur notre sol en mesurant l'étendue de l'épreuve qu'ils viennent d'endurer dans ce qui marque une des plus longues détentions depuis les otages au Liban dans les années 1980. Je pense également aux autres Français encore détenus dans divers coins du monde, en particulier aux trois membres de l'ONG lyonnaise, deux femmes et un homme, faits prisonniers le 28 mai dernier au Yémen et dont nous avons été informés hier qu'ils seraient vivants et localisés. Ces humanitaires ont été portés disparus dans la province désertique du Hadramaout alors qu'ils travaillaient à la remise en état d'infrastructures dévastées par des inondations en 2008. "La liberté est un bagne aussi longtemps qu'un seul homme est asservi sur la terre" écrivait Camus. Puissent ces otages recouvrer eux aussi la liberté. »



Tags : bret |

Commentaires 2

Déposé le 30/06/2011 à 07h55  
Par le lecteur fou de lyon mag Citer

ni bret ni collomb n aiment les journaleux. .ils font la gueule car ils ont été libérés. pour Gégé la tambouille et bret le sectaire un bon journaliste c 'est un journaleux en taule!!!!!

Déposé le 29/06/2011 à 20h51  
Par bobo Citer

on s'en fou

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.