« Les Lyonnais » : la vie de Momon Vidal sur grand écran

« Les Lyonnais » : la vie de Momon Vidal sur grand écran
Tcheky Karyo, Gérard Lanvin et le réalisateur Olivier Marchal présentent les Lyonnais au Sofitel Bellecour - LyonMag

Olivier Marchal (36 quai des Orfèvres, Braquo) présentait mercredi son nouveau film à la presse. Les Lyonnais, mi fiction-mi réalité, retrace le parcours d'Edmond Vidal. Ce jeune gitan lyonnais devenu rapidement figure du grand banditisme français vit toujours dans la région, à Décines.

L'idée de ce film est née d'une rencontre entre Marchal et Vidal. L'ancien flic est touché par la sincérité, les confessions et les remords de « Momon ». Alors qu’on lui proposait de tourner le diptyque Mesrine, "un sale type", Marchal décide plutôt de rentrer dans cette aventure lyonnaise plus humaine.
Durant trois mois, l’équipe va donc tourner dans Lyon et sa région. "Je suis tombé amoureux de cette ville. On a envie de poser sa caméra à chaque coin de rue. Et les gens sont accueillants. On n’a pas de soucis pour tourner devant un restaurant ou dans une maison, pas comme à Paris ."
Lyon encensée donc, mais curieusement les plans où la ville apparaît sont trop rares. On reconnait sans mal le café du Soleil, le quai Pierre Scize ou encore la prison et la gare Saint-Paul. Une violente exécution se déroule même place Saint-Jean. Sauf qu’elle n’a jamais eu lieu là-bas, "c’est simplement pour faire un clin d’œil à la ville qu’on a parfois tourné dans des lieux reconnaissables."  Les chauvins apprécieront, les perfectionnistes un peu moins.
Rien à voir avec les crapules d’aujourd’hui
Plus qu’une ode à la ville, Les Lyonnais rend surtout hommage à une race de voyous. "Le gang d’Edmond Vidal n’a jamais tué un flic, un civil durant ses braquages", explique le réalisateur. Du coup, la comparaison avec les braqueurs de bijouteries de la Presqu’île est rapide : "Eux ce sont des abrutis sans foi ni loi, hyper-dangereux pour la société. Ils attendent les flics pour leur tirer dessus et se filment avec leurs téléphones. Dans les années 70, je peux vous dire que les voyous étaient partis depuis longtemps quand on arrivait." raconte l’ancien flic de la P.J.
Les Lyonnais, polar viril et bien maîtrisé, sort dans les salles le 30 novembre prochain.

Tags :

marchal

lanvin

5 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
gapencais le 24/09/2011 à 05:01

les crapules en prison
les assasins la peine de mort

Signaler Répondre

avatar
jean le 23/09/2011 à 13:00

vous avez de la chance , nous a paris pas avant le 30 novembre,

Signaler Répondre

avatar
Albert le 22/09/2011 à 08:17

Une société qui maginfie les "décivilisés", quel bel avenir !!!

Signaler Répondre

avatar
isa le 21/09/2011 à 22:45

c'est un très beau film... Je sors de l'avant première, il est à la hauteur de son réalisateur, un excellent policier! je lui souhaite grand succès...

Signaler Répondre

avatar
Jacquot le 21/09/2011 à 19:25

bravo Connaissant le talent, la sincérité d'Olivier Marchal et des acteurs du film, on ne peut que leur faire confiance. Ce sera un chef-d'œuvre.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.