Stockage de déchets nucléaires au Bugey : le Conseil d'Etat donne tort aux opposants

Stockage de déchets nucléaires au Bugey : le Conseil d'Etat donne tort aux opposants
La centrale nucléaire du Bugey - DR

C'est une étape supplémentaire qui vient d'être franchie, vers la construction d'un site de stockage de déchets nucléaires, à 40 km à peine de Lyon.

Après la centrale du Bugey, la Plaine de l'Ain pourrait accueillir ce site, destiné à stocker les déchets issus du "vieux" réacteur Bugey 1 (arrêté en 1994, et en cours de démantèlement), et de neuf autres réacteurs nucléaires de France. D'après nos recherches, ces déchets (dits "graphites") sont peu radioactifs, mais ont une durée de vie longue. 2000 tonnes seraient ainsi stockées sous le sol bugiste.

La semaine dernière, le vendredi 1er mars, le Conseil d'Etat a rejeté les recours déposés par la société d'horticulture Roozen, voisine du site, et par des associations locales. Le recours visait à faire annuler le décret ministériel qui autorisait EDF à construire ce fameux site, baptisé ICEDA. Il reste au Conseil d'Etat à examiner un autre recours: celui déposé en avril dernier par le canton et la Ville de Genève, dénonçant également le décret gouvernemental.

"Un problème d'intérêt général"

Dans un communiqué adressé à l'AFP, les associations ont exprimé leur déception ; elles déplorent l'absence de débat public autour du "problème d'intérêt général que représente le démantèlement des installations nucléaires".

La procédure judiciaire est loin d'être terminée, puisque le tribunal administratif de Lyon devra se pencher, sans doute en 2014, sur la modification du Plan local d'urbanisme de Saint-Vulbas. En effet, le premier permis de construire déposé par EDF avait été annulé par la justice, pour cause de non-conformité avec le PLU. Depuis, la mairie de Saint-Vulbas a accedé aux demandes d'EDF, ce qui n'est pas, forcément, du goût des opposants. Une nouvelle enquête publique devrait débuter cet été.

X
0 commentaire
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.