Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Benoît Henry - DR

Que sont-ils devenus ? Benoît Henry, candidat lyonnais au meilleur job du monde

Benoît Henry - DR

Il y a quatre ans Benoît Henry était en lice pour le meilleur job du monde.

Il avait alors 23 ans et était étudiant à l’ISEG à Lyon. 35 000 personnes avaient postulé, comme lui, pour devenir gardien d’une île paradisiaque sur la barrière de corail australienne pendant six mois. Il avait même fait partie des 16 finalistes et s’était rendu sur place pour y défendre sa candidature. Mais le job avait finalement été attribué à un Anglais.

Depuis mai 2009, "pas mal de choses se sont passées, reconnaît-il. Ce que je recherchais via le meilleur job du monde, c’était me démarquer par rapport aux autres candidats et essayer de trouver un travail plus facilement pendant cette période de crise". Pari réussi. Suite à l’aventure, Benoît Henry a eu quelques opportunités d’emplois. "Je n’ai pas eu besoin de chercher beaucoup, j’ai trouvé un poste de chef de projets web à Lyon qui me plaisait. J’y suis resté deux ans", raconte-t-il.

Il n’a pas pour autant coupé les ponts avec l’Australie. Pendant une année et parallèlement à son premier emploi, il était représentant pour l’office du tourisme australien en France, qui avait organisé le concours. "J’étais sous contrat avec eux et j’animais des événements, essentiellement à Paris, autour des Français qui voulaient partir là-bas, soit pour des vacances, soit pour s’expatrier". 

Sa candidature avait créé un véritable buzz sur Internet. Il s’y attendait, il y avait travaillé. Il avoue quand même avoir été surpris par son ampleur. "J’avais vraiment fait en sorte que ma candidature crée plus d’intérêt que les autres. J’ai notamment fait une grosse campagne médias, qui a eu du mal à démarrer, puis tout s’est enchaîné. Ma candidature a fait le tour des différents médias que ce soit la radio, internet ou la télé". Il faut dire qu’il y a passé du temps, entre 200 et 300 heures en tout, environ quatre heures par jour.
En postulant au meilleur job du monde, Benoît Henry a su se démarquer et s’assurer une visibilité pour trouver ensuite un emploi. Une tactique qu’il recommande à tous les jeunes à la recherche de leur premier emploi. "Les belles opportunités ne se créent pas, il faut vraiment aller les chercher, les déclencher. Ça passe par des CV-vidéos, par les CV interactifs, par des touches de marketing qui appuient les candidatures spontanées. Je pense qu’aujourd’hui c’est impératif pour avoir le job que l’on veut".

Aujourd’hui, Benoît Henry habite Thonon-les-Bains et fait le trajet tous les jours jusqu’à Lausanne, en Suisse où il travaille. "Il y a environ un an, j’ai eu l’opportunité d’intégrer un plus gros groupe, toujours en tant que chef de projets web". Marié, il sera papa dans quelques mois.
Il y a quatre ans, il était en lice pour le meilleur job du monde. Il ne l’a pas eu, mais ne regrette rien, il a su se créer son meilleur job à lui.



Tags : benoit henry | meilleur job du monde | que sont-ils devenus |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.