Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

DR

La 101e édition du tournoi de boules lyonnaises de Pentecôte s’ouvre ce samedi

DR

Le traditionnel tournoi de Pentecôte, véritable fleuron mondial de la boule lyonnaise, débute ce samedi 18 mai jusqu’à lundi entre Rhône et Saône. L’occasion pour Michel Couble, président du Comité départemental bouliste, de revenir sur l’organisation de cette 101e édition.

LyonMag : Pouvez-vous nous présenter cette nouvelle édition du tournoi de Pentecôte ?
Michel Couble : Le tournoi de Pentecôte est tout simplement le plus gros tournoi mondial de boule lyonnaise. Il se joue en quadrette pour les hommes et en triple pour les femmes. Toutes les catégories d’âge y sont représentées. Cette année, il y aura 6200 joueurs pour 600 cadres tracés (terrains). La compétition se jouera sur cinq sites : la place Bellecour, l’hippodrome de Dardilly, la plaine des jeux de Gerland, le stade de Décines et le stade de Chassieux. C’est la fête du sport-boule pour tous les licenciés de France, de Navarre et de l’étranger puisque 12 équipes internationales, dont une américaine, participeront à ce tournoi.

LyonMag : Y-aura-t-il des nouveautés par rapport aux autres années ?
MC :
Oui, la compétition débutera par un tournoi amical entre des personnalités du monde politique, industriel ou associatif à Lyon. Gérard Collomb, le maire de Lyon, Thierry Braillard, le député de la 1ere circonscription du Rhône, des membres du Conseil général, du Comité départemental olympique et sportif, de la Fédération française du sport-boules ou encore un certain nombre de sociétés qui nous aident financièrement et matériellement seront présents. Cela permet notamment de retrouver les vraies valeurs de la boule, à savoir la générosité, la complicité et la convivialité.

LyonMag : Ressentez-vous toujours la même ferveur à l’approche du tournoi de Pentecôte ?
MC :
Oui tout à fait. Inviter plus de 6000 joueurs, ce n’est pas évident. Cela se prévoit longtemps à l’avance. En plus, il y a les éternels derniers qui ne s’inscrivent que tardivement, ce qui amène forcément une certaine suractivité pour les organisateurs. Dans la tradition bouliste, les fêtes de Pentecôte sont très importantes puisque chaque année, le week-end est réservé pour venir à Lyon.

LyonMag : Malheureusement, le tournoi de cette année devrait être perturbé par les intempéries. Comment vous adaptez-vous aux intempéries ?
MC :
Cela amène forcément des interrogations sur le déroulement des jeux. Mais avec 600 terrains tracés, on ne peut pas tous les mettre dans des structures couvertes. Les parties se joueront forcément à l’extérieur, qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige. Il y a une dizaine d’années, on jouait sous des déluges. On jouait dans l’eau, avec des bottes et quelques fois pied-nus ! Maintenant, on espère que le temps sera clément pour ne pas revivre cela.

LyonMag : Combien coûte l’organisation de ce tournoi ?
MC : Le budget est de l’ordre de 240 000 euros. Une grande partie est subventionnée par la ville de Lyon, le Conseil général, mais également un certain nombre de sociétés, notamment des publicitaires. Il y a également les joueurs qui paient de leur poche. C’est un équilibre à trouver et on essaie de faire en sorte que tout le monde s’y retrouve.

LyonMag : Est-ce que vous pensez qu’un tournoi comme celui-là permet de remettre au goût du jour le sport-boule ?
MC :
Peut-être. Il faut dire que c’est une date réservée sur le calendrier par bon nombre de boulistes. C’est une compétition environnée de toute une histoire, ce qui est très important. Si on remet en cause ce championnat, le sport-boules aurait certainement un visage tout à fait différent. Maintenant, à nous de lui faire prendre une tournure moderne et de l’adapter avec toutes les contraintes d’aujourd’hui pour faire évoluer le sport. Maintenant, notre challenge est de faire perdurer ce tournoi dans le temps.



Tags : boules lyonnaises | tournoi de Pentecôte | 101e édition |

Commentaires 3

Déposé le 22/05/2013 à 14h03  
Par christophe Citer

Déposé le 18/05/2013 à 12h34  
Par vrai lyonnais Citer

C'est pas un tournoi de pétanque mais de boules lyonnaises, neuneu

Déposé le 18/05/2013 à 12h31  
Par contribuable perplexe Citer

Stade de la honte, bienales en veux tu en voilà, tournoi de pétanque, musées ouverts la nuit, rien n'est trop beau pour les bobos lyonnais, leur maire sais les carresser dans le sens du poil

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.