Les hôteliers lyonnais en colère contre la concurrence déloyale

Les hôteliers de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie tirent la sonnette d'alarme. Ils s'estiment victimes des résidences de tourisme, chambres d'hôtes ou autres appartements meublées qui ne se sont pas soumis aux mêmes charges que les hôteliers. Ces derniers échappent à certaines taxes et ne sont pas soumis aux mêmes normes.
Il faut savoir qu'avec 188 hôtels pour 12 500 chambres, le Grand Lyon représente le quatrième parc hôtelier français en termes de volume. L'Umih explique que le prix moyen d'une chambre stagne depuis ses dernières années (il est de 88,1 euros), tandis que le taux d'occupation moyen des hôtels tend à diminuer. En 2012, ce taux d'occupation était de 64,8 % toutes catégories d'hôtels confondues. L'Umih estime qu'il y a 15% en trop de chambres dans le Grand Lyon. En 4 ans, plus de 1 200 chambres se sont ouvertes.

1 commentaire
Laisser un commentaire
avatar
romane le 20/06/2013 à 13:51

ils s'en prennent qui ?

aux campements de roms qui vivent dans l'hotellerie gratuite ?

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.