Quentin Tarantino : "Lyon a mis un visage sur la reconnaissance du public pour mon travail"

Quentin Tarantino : "Lyon a mis un visage sur la reconnaissance du public pour mon travail"
Quentin Tarantino, un prix Lumière pour l'éternité - LyonMag

Au lendemain d'une soirée riche en émotions, le réalisateur américain donnait sa dernière conférence de presse à Lyon ce samedi.

En possession de son Prix Lumière reçu des mains de sa muse Uma Thurman, Quentin Tarantino est venu dire merci. Merci pour cette récompense "encourageante". "Je me suis toujours lamenté du fait  qu'on attende que les réalisateurs soient vieux pour être récompensés. Je suis aussi très content d'être le premier Prix Lumière qui arrive à danser toute la nuit, Milos Forman n'y arrivait pas !", raconte QT, toujours rigolard.
S'il ne se dit pas bouleversé par les honneurs rendus cette semaine en France, le réalisateur de Django Unchained concède que "la plus grosse influence que pourrait avoir le prix, c'est quand je serai à ma table d'écriture. Je tournerai la tête et je verrai le Prix Lumière. Quand j'aurai du mal à écrire pour mes films, ça me donnera un coup de boost !"

En passant la semaine à Lyon, Tarantino a prouvé qu'il était tombé amoureux du festival lancé par Bertrand Tavernier et Thierry Frémaux. "Je suis découragé par les festivals, parce qu'ils diffusent trop de films en numérique, ça me dépasse". D'ailleurs Quentin Tarantino avait sollicité les organisateurs du Festival Lumière pour diffuser des copies en 35mm, histoire d'éviter de reproduire ce qu'il appelle "la télévision en public". Le réalisateur avait même apporté ses propres copies de films.

Quentin Tarantino va désormais quitter le festival lyonnais, la tête pleine de souvenirs. L'engouement provoqué par son arrivée l'a déstabilisé mais QT a été profondément touché. "Ma relation avec les Français a toujours été gratifiante. Boulevard de la Mort fut rejeté dans le monde entier mais il a été soutenu en France. (….) Je n'étais toutefois pas prêt pour cet enthousiasme à Lyon. Ca m'a fait du bien mais ça a été également envahissant. Je suis un peu plus timide que lorsque je suis arrivé ici.
Mais de voir tellement de jeunes Lyonnais répondre à mon travail, c'était la preuve que je renouvelle mon public tous les cinq ans. Lyon a vraiment mis un visage sur ce sentiment".


A la question de savoir s'il envisage un jour de poser ses caméras entre Rhône et Saône, le Prix Lumière 2013 a une réponse tout prête : "Je suis à Lyon donc tout le monde me demande si je vais tourner ici. Je n'en sais rien ! Parce qu'il faudrait que j'arrive avec l'histoire parfaite. Si j'y arrive, je débarque direct !". Que ses fans se rassurent, Quentin Tarantino fera bien un prochain film, il est en train de travailler dessus.

Du côté des organisateurs, forcément on se congratule. Mais pas question de décréter l'édition 2013 comme la plus aboutie de toutes. Même si Thierry Frémaux se laisse aller à une petite blague ("Après Quentin, on peut arrêter le festival"), Bertrand Tavernier est plus catégorique : "On a eu également des moments sublimes avec Clint Eastwood et Milos Forman. Le culte du présent ne correspond pas à ce qu'on essaye de faire avec le festival".
Les deux hommes travaillent déjà sur la 6e édition. Dans les travées du Village Lumière, on se prend à rêver de Martin Scorsese, un nom qui circule depuis déjà deux ans. De l'avis de nombreux journalistes, il serait le Prix Lumière parfait pour succéder à Quentin Tarantino, citoyen lyonnais le temps d'une semaine, au panthéon du cinéma pour l'éternité.

1 commentaire
Laisser un commentaire
avatar
gilles le 21/10/2013 à 09:58

Merci QT, mais faut absolument que les organisateurs retravaillent le prix car il est d'une laideur et d'une simplicité pas digne d'un tel couronnement.
on dirait le bouclier des vainqueurs d'un tourrnoi des minimes en rugby.

Pkoi ne pas lancer un concours de designer avec des themes chers à notre ville lumiere-fourviere-bacchus?
Pas le même svp l'an prochain bahhhhh

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.