Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

On avait dit Volume 2, Quentin, pas 3 - LyonMag

Festival Lumière : le Tarantino Show, volume 2

On avait dit Volume 2, Quentin, pas 3 - LyonMag

Catherine qui ? La reine Deneuve n’ayant décidé d’honorer Lyon de sa présence qu’en fin de Festival Lumière, c’est Quentin Tarantino qui faisait le show à sa place ce samedi soir.

La belle Monica Bellucci qui déclare le Festival ouvert, en italien - LyonMagLa belle Monica Bellucci qui déclare le Festival ouvert, en italien - LyonMag

A la Halle Tony Garnier, pour l’ouverture de l’évènement cinéma lyonnais, le réalisateur américain revenait entre Rhône et Saône, trois ans après avoir obtenu le Prix Lumière. Il présentait au public le film projeté, Butch Cassidy et le Kid, une oeuvre qu’il avait découverte à sa sortie, alors qu’il n’avait que 6 ans. Et qu’il avait revu longtemps après, à Paris, avec la même joie qu’enfant.

 

Thierry Frémaux annonçait lui que cette année, "la présence des femmes dans le cinéma, leur trace" était le thème de l’édition du Festival. Une manière de se rattraper, après toutes les critiques dont il faisait l’objet à force de ne récompenser que des hommes.

Bertrand Tavernier, ici avec Thierry Frémaux, de retour au Festival après son cancer - LyonMagBertrand Tavernier, ici avec Thierry Frémaux, de retour au Festival après son cancer - LyonMag

Toujours très longue et entrecoupée de happenings pas toujours réussis et d’anecdotes de Bertrand Tavernier, l’ouverture reste l’occasion pour un parterre de stars de s’afficher aux côtés d’hommes politiques locaux. On ne voit ça qu’à Lyon !

Et pour son premier Festival Lumière, Laurent Wauquiez se souviendra longtemps du conseil de Gérard Collomb. Car le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes a été copieusement hué alors qu’il défilait sur le tapis rouge avec des élèves de l’école de cinéma La Fabrique. Tandis que le maire de Lyon avait trouvé la parade : sortir au bras de Monica Bellucci, l'assurance d’être applaudi !

 

Si le Festival Lumière est un repaire de cinéphiles avertis, Quentin Tarantino en tête, son ouverture est encore celui des paillettes. Pour preuve, lorsque le western de George Roy Hill était lancé, une grande partie de la salle se vidait….



Tags : festival lumiere | Festival Lumière 2016 | tarantino | Quentin Tarantino |

Commentaires 7

Déposé le 10/10/2016 à 12h46  
Par zeus. Citer

il est pas marié collon ?

Déposé le 10/10/2016 à 11h06  
Par defiler2mode Citer

trop fort gégé avec bellucci !! la doudoune rouge de wauquiez ne semble pas faire grand effet sur la gente féminine

Déposé le 10/10/2016 à 09h50  
Par pas gentil ! Citer

Laurent Wauquiez copieusement hué au Festival Lumière 2016 de Lyon
https://www.youtube.com/watch?v=7qWHWaRiyMI&feature=share

Déposé le 10/10/2016 à 09h04  
Par bob Citer

leurre a écrit le 09/10/2016 à 19h35

Une belle image de la démocratie de Mr COLLOMB, faire siffler un président de Région, le Festival Lumière n'appartient pas aux socialistes et Catherine Deneuve a bien fait de ne pas venir pour assister à une mise en scène du socialisme.

Voila comment est géré Lyon par Mr COLLOMB, même la culture n'est pas libre.

Euh... en quoi Collomb a fait siffler Wauquiez ?

Déposé le 09/10/2016 à 19h35  
Par leurre Citer

Une belle image de la démocratie de Mr COLLOMB, faire siffler un président de Région, le Festival Lumière n'appartient pas aux socialistes et Catherine Deneuve a bien fait de ne pas venir pour assister à une mise en scène du socialisme.

Voila comment est géré Lyon par Mr COLLOMB, même la culture n'est pas libre.

Déposé le 09/10/2016 à 10h54  
Par Wilfrid Citer

Comment peut-on être traité de bobo (dont je fais sois-disant partie)?!!!
D'une part, j'ai vu le film une dizaine de fois, et d'autre part, lorsque je regarde un film, c'est soit dans une salle de cinéma avec une bonne acoustique ou chez moi en 5.1 !
La salle Tony Garnier ne se prête pas du tout à ce genre de diffusion (trop d'aigus,volume trop fort, et échos).

Déposé le 08/10/2016 à 21h37  
Par Gone de Villeurbanne Citer

Des bobos incultes qui prennent les billets juste pour voir les "invités" mais qui n'en on rien à faire du film.
Entre les invitations des partenaires, les places prises par les "j'y étais", combien de personnes présentes réellement pour le chef d'oeuvre de Georges Roy Hill

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.