Quartiers prioritaires : les maires de Caluire et de Mions dénoncent le "désengagement de l'Etat"

Quartiers prioritaires : les maires de Caluire et de Mions dénoncent le "désengagement de l'Etat"
Claude Cohen et Philippe Cochet - LyonMag

Mardi, la ministre de la Ville, Najat Vallaud-Belkacem a annoncé la sortie de 290 communes du dispositif Contrat Urbain de Cohésion Sociale.

Les communes qui font partie du dispositif sont considérées comme prioritaires car elles présentent une concentration de leur taux de pauvreté.

Et dans le Rhône, cette annonce n'a pas plus aux maires concernés, à commencer par Philippe Cochet et Claude Cohen, maires UMP de Caluire-et-Cuire et de Mions. "Si nous avions dû ces dernières années faire face à la baisse des financements de l'Etat aux actions du CUCS, cette décision met assurément aujourd'hui en péril la politique de proximité et de prévention menée dans nos quartiers et vient conditionner de nombreuses actions en direction des publics les plus fragilisés. Ce critère unique, adopté par le Gouvernement pour établir sa géographie prioritaire exclut de l'addition nombre de familles dans le besoin ou de jeunes déscolarisés au motif qu'ils ne sont pas assez "concentrés" pour susciter l'intérêt de l'Etat alors même qu'il prône la mixité sociale. Une fois encore, l'Etat se désengage, en se délestant auprès des communes, comme il l'a d'ailleurs fait avec sa réforme des Rythmes scolaires", annoncent les deux édiles.

0 commentaire
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.