Infanticide et récidiviste, une mère jugée à partir de vendredi aux Assises de l'Ain

Infanticide et récidiviste, une mère jugée à partir de vendredi aux Assises de l'Ain

En mars 2013, le petit-ami de cette femme de 34 ans avait retrouvé un nourrisson dans le congélateur de son appartement d'Ambérieu (Ain) près de Lyon.

Alertés, les policiers retrouveront deux petits garçons nés viables en 2011 et 2012 mais qu'elle avait noyé dans le bac à douche. Un geste passé inaperçu à l'époque, Audrey Chabot vivait alors seule.

L'accusée, qui est jugée à partir de ce vendredi devant la cour d'Assises de l'Ain, est en état de récidive. Elle avait déjà été condamnée à 15 ans de réclusion criminelle en 2005 pour un premier infanticide. Avec l'aide de sa mère, la jeune femme avait caché le corps de son enfant dans une maison abandonnée.
Huit ans plus tard, elle avait bénéficié d'un aménagement de peine.

Ecrouée actuellement à la prison de Corbas, Audrey Chabot souhaite "dire la vérité" selon son avocat. Elle encourt cette fois la prison à perpétuité.

4 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Misere le 27/02/2015 à 18:49
Pauvre femme! a écrit le 27/02/2015 à 14h14

La "vraie victime" c'est la mère...ne savait-elle pas qu'avorter est un Droit des femmes? On ne lui a pas dit lors du premier procès?

Non la vraie victime c'est son pauvre mari , quelle poisse de tombé sur une femme pareille

Signaler Répondre

avatar
Commissaire a rien le 27/02/2015 à 17:18

ELLE EST PLUS A PLAINDRE QU'À BLÂMER!!!!!!! Déjà au premier procès on aurai du lui proposer la stérilisation.

Signaler Répondre

avatar
Et pourquoi pas une IVN? le 27/02/2015 à 14:26

Surement qu'elle ne désirait pas cet enfant et que de toute façon il aurait été malheureux...en quelque sorte elle a fait une bonne action... et c'est vrai elle aurait dû avorter, en plus c'est remboursé! On espère que cette fois elle aura compris et que la prochaine fois elle saura profiter de ses droits...en tous cas on ne voit pas pourquoi elle devrait retourner en prison!

Le législateur devrait réfléchir à la possibilité d'une Interruption Volontaire de Naissance qui prévoierait l'élimination du nouveau né juste après l'accouchement...qu'on ne laisse pas le temps de respirer au foetus récemment expulsé.

Signaler Répondre

avatar
Pauvre femme! le 27/02/2015 à 14:14

La "vraie victime" c'est la mère...ne savait-elle pas qu'avorter est un Droit des femmes? On ne lui a pas dit lors du premier procès?

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.