Le numérique pour booster Rhône-Alpes Auvergne !

Le numérique pour booster Rhône-Alpes Auvergne !
Jérémie Bréaud - DR

La future Région Rhône-Alpes Auvergne se doit de mener une véritable
politique ambitieuse en matière de numérique. Les retombées, en terme
d’image, de créations d’emploi ou de réduction des inégalités
territoriales et sociales, peuvent être considérables.

Le numérique pour former et créer les emplois de demain

Faisons par exemple de Rhône-Alpes Auvergne la première région française en terme de formation et d’enseignement numérique. Dans les lycées, compétence régionale, instaurons des classes pilotes en enseignant notamment le code et d’autres matières liées aux nouvelles technologies. Cela permettra de sensibiliser la jeunesse, leur donner des bases et susciter des vocations. D’autre part, arrêtons d’investir à perte dans du matériel ! Il faut au contraire privilégier l’investissement dans du contenu. C’est à la fois une source d’économie car les manuels scolaires coûtent très cher mais aussi une formidable opportunité pour développer le secteur de la pédagogie numérique.
Allons plus loin et imaginons un Pôle régional numérique avec des antennes dans chaque département. Nous pourrions regrouper sur chaque site des étudiants, des start-up et des géants du secteur. Les coûts seront ainsi répartis entre la collectivité et le privé. L’idée est de favoriser l’émergence d’un véritable écosystème numérique régional en n’oubliant aucun territoire. L’investissement dans la formation numérique créera les emplois de demain.

Le numérique pour réduire les inégalités sociales et territoriales

N’oublier aucun territoire, cela signifie n’oublier personne. L’accès pour tous au très haut débit ne doit pas être un objectif lointain mais une réalité dès que possible. Cela a un coût et ne peut résulter que d’une volonté politique ambitieuse et visionnaire. Ceci n’est pas accessoire, c’est simplement indispensable pour les citoyens mais aussi pour nos entreprises. De même, il faut aller encore plus loin dans la solidarité numérique. Il y a trop d’inégalités entre les citoyens. Le "Pass numérique" qui permet à chacun de bénéficier d’une formation de 10h dans un Espace Public Numérique (EPN)  a été une bonne avancée mais cela reste encore insuffisant.

Le numérique pour moderniser notre agriculture

Le numérique doit également accompagner certains secteurs dans leur mutation. Je pense notamment à l’agriculture, si importante en Rhône-Alpes Auvergne. Les nouvelles technologies peuvent permettre aux agriculteurs de gagner en productivité mais aussi en qualité. L’irrigation assistée par ordinateur ou la traite des vaches grâce à des algorithmes sont deux exemples qui mettent en avant les synergies entre agriculture et numérique.

Le numérique pour améliorer les transports

Dans le domaine des transports également, le numérique a un rôle considérable pour améliorer certains services ou faire reculer certains fléaux. Investir massivement dans la "mobilité 2.0", c’est améliorer demain l’information des usagers sur l’état du trafic, baisser l’insécurité dans les TER, repenser nos modes de déplacements au sein de la région.

Le numérique pour enrichir notre offre touristique

En disposant de sites touristiques exceptionnels, nous devons être aussi à la pointe du tourisme numérique en n’oubliant encore une fois aucun territoire ni aucun acteur. La réalité augmentée et  les technologies sans contact peuvent être par exemple des pistes de réflexions.

Avec des retombées sur l’enseignement, l’emploi, l’aménagement du territoire, l’agriculture, les transports, le tourisme (…), il ne fait donc aucun doute que le numérique influence dorénavant toute notre société et doit se situer au cœur de tout projet régional ambitieux. Faire de Rhône-Alpes Auvergne la première région connectée de France, c’est aussi l’assurance d’augmenter notre attractivité et notre rayonnement international.

Au delà des différents projets numériques qui vont se lancer, c’est aussi le rapport du citoyen au numérique qui sera à développer. Réinventons les usages, repensons la région de demain pour réaliser en Rhône-Alpes Auvergne la première "smart city" régionale !
Il faut ainsi entrainer la population régionale derrière soi en lui donnant l’envie de transformer certaines de ses  pratiques. La Région doit mettre le numérique au cœur de son projet en le plaçant comme un des éléments moteur de sa politique

Par ce que le monde évolue sans cesse, je veux pour ma région un président qui soit né dans ce monde en mouvement et qui en comprend ses enjeux. Pour Rhône-Alpes Auvergne, il est grand temps de donner un souffle nouveau !

Retrouvez tous les billets de Jérémie Bréaud sur son site

Jérémie Bréaud est élu UMP du 6e arrondissement en charge du Numérique

6 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
gillesbb le 30/04/2015 à 08:51
Olivier Luisetti a écrit le 27/04/2015 à 12h37

Jérémie, tu as raison, le numérique est l'avenir, pour les citoyens et les entreprises.

Mais soyons honnête avec nos concitoyens, oui cela permettra de rendre nos entreprises plus compétitives et notre société plus égalitaire mais pas de créer autant d'emplois qu'on nous le laisse imaginer.

En France, en 2013, pour 6000 emplois créés dans le numérique, il y a 132.000 détruits ?

C'est comme si on comptait que les emplois créés par Amazon (dont une partie de robots, sans fiscalité en France), sans comptabiliser le nombre de d'emplois détruits dans le commerce.

Il faut donc aider les entreprises, les commerçants, les artisans à ne pas être les victimes du numérique d'Amazon pour leur permettre de maintenir leurs emplois tout en intégrant le Numérique.

Sans compter toutes les startups aidées, subventionnées en France, qui vont ensuite créer des emplois hors France.

Soyons vigilant.

+100 % d'accord avec cette analyse simple mais terre à terre.
Le numérique n'est qu'un des éléments qui peu se développer, mais qu'en est il du dessous de l'iceberg que l'on laisse fondre, celui ci se perd chaque jour.

Et pourtant il y a moyen si il y avait eu une réelle volonté politique de freiner tout cela, mais je pense que c'est trop tard désormais et ce que nous laissons faire nous impactera pour les 20 prochaines années.

On a détruit notre industrie, nos commerçants vivotent, nos soins galèrent ...reste les métiers du social qui se portent comme un charme, et le tourisme qui si on laisse aller malgré les immenses atout de notre pays va s'effondrer aussi.

Signaler Répondre

avatar
Web 5.0 le 30/04/2015 à 08:29

Article qui s'adresse je pense au grand public et qui permet de montrer l'importance du numérique dans notre société.

Article intéressent donc.

Signaler Répondre

avatar
Amicale Lyonnaise le 30/04/2015 à 07:04

C'est très faible niveau contenu.

Signaler Répondre

avatar
J.Bréaud le 27/04/2015 à 15:56
Olivier Luisetti a écrit le 27/04/2015 à 12h37

Jérémie, tu as raison, le numérique est l'avenir, pour les citoyens et les entreprises.

Mais soyons honnête avec nos concitoyens, oui cela permettra de rendre nos entreprises plus compétitives et notre société plus égalitaire mais pas de créer autant d'emplois qu'on nous le laisse imaginer.

En France, en 2013, pour 6000 emplois créés dans le numérique, il y a 132.000 détruits ?

C'est comme si on comptait que les emplois créés par Amazon (dont une partie de robots, sans fiscalité en France), sans comptabiliser le nombre de d'emplois détruits dans le commerce.

Il faut donc aider les entreprises, les commerçants, les artisans à ne pas être les victimes du numérique d'Amazon pour leur permettre de maintenir leurs emplois tout en intégrant le Numérique.

Sans compter toutes les startups aidées, subventionnées en France, qui vont ensuite créer des emplois hors France.

Soyons vigilant.

C'est bien pour cela Olivier qu'il faut placer le numérique au coeur de tout projet car il influence directement ou indirectement de nombreux secteurs.

Signaler Répondre

avatar
creux le 27/04/2015 à 15:32

article un peu creux...

Signaler Répondre

avatar
Olivier Luisetti le 27/04/2015 à 12:37

Jérémie, tu as raison, le numérique est l'avenir, pour les citoyens et les entreprises.

Mais soyons honnête avec nos concitoyens, oui cela permettra de rendre nos entreprises plus compétitives et notre société plus égalitaire mais pas de créer autant d'emplois qu'on nous le laisse imaginer.

En France, en 2013, pour 6000 emplois créés dans le numérique, il y a 132.000 détruits ?

C'est comme si on comptait que les emplois créés par Amazon (dont une partie de robots, sans fiscalité en France), sans comptabiliser le nombre de d'emplois détruits dans le commerce.

Il faut donc aider les entreprises, les commerçants, les artisans à ne pas être les victimes du numérique d'Amazon pour leur permettre de maintenir leurs emplois tout en intégrant le Numérique.

Sans compter toutes les startups aidées, subventionnées en France, qui vont ensuite créer des emplois hors France.

Soyons vigilant.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.