Des lycéens autorisés à fumer dans la cour, une plainte déposée à Lyon

Des lycéens autorisés à fumer dans la cour, une plainte déposée à Lyon
photo d'illustration - Lyonmag.com

Le lycée Saint-Exupéry et le rectorat de Lyon sont visés par plusieurs plaintes déposées la semaine dernière par une pneumologue et des associations de lutte contre le tabac pour non-respect de la loi Evin.

Depuis l’instauration de l’état d’urgence, l’établissement du 4e arrondissement autorise ses élèves à fumer dans la cour, pour éviter que les lycéens ne sortent dans la rue.

Si cette mesure temporaire a pour objectif de protéger les jeunes, en évitant d’en faire des cibles potentielles dans la rue, les associations de lutte contre le tabac dénoncent une pratique irresponsable.

17 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
CHACUN SON TRUC le 30/03/2016 à 15:15

Le tabac c'est mauvais pour la santé et pour le porte monnaie.
Certains de mes potes me disent qu'il dépensent plus de 1500 euros en cigarette par ans et parmi eux beaucoup ne partent jamais en vacance.
Pour ma part je prefere mettre cet argent dans une location en bord de mer l'été plutôt que de glander tout l'été a LYON la cigarette au bec.

Signaler Répondre

avatar
Rigolo le 30/03/2016 à 13:50
Dietrich a écrit le 30/03/2016 à 12h07

Je fume, tu fumes, nous fûmes ; peu importe car la principale
cause de mortalité, c'est la vie.

Deja qu on se fait bien enfumer....

Signaler Répondre

avatar
Dietrich le 30/03/2016 à 12:07
granier73 a écrit le 30/03/2016 à 09h40

il est inadmissible que des mineurs soient autorisés à fumer par qui que ce soit. Ce sont les mêmes qui dans quelques années déposeront des plaintes pour mise en danger de la vie d'autrui pour n'avoir pas été protégés; ça commence par des plaintes contre les vendeurs de tabac

Je fume, tu fumes, nous fûmes ; peu importe car la principale
cause de mortalité, c'est la vie.

Signaler Répondre

avatar
granier73 le 30/03/2016 à 09:40

il est inadmissible que des mineurs soient autorisés à fumer par qui que ce soit. Ce sont les mêmes qui dans quelques années déposeront des plaintes pour mise en danger de la vie d'autrui pour n'avoir pas été protégés; ça commence par des plaintes contre les vendeurs de tabac

Signaler Répondre

avatar
Tousseur le 30/03/2016 à 09:09
A.E a écrit le 30/03/2016 à 07h35

Que les majeurs puissent signer une décharge pour sortir fumer comme il se fait dans certains lycées. la cible potentielle ce sont les jeunes assez cons pour cramer leur argent dans le tabac. La vente de cigarette est interdite aux mineurs (donc la conso implicitement). Tant pis pour eux.

les jeunes aiment bien l égalité pour tous et la solidarité...
par solidarité, ils devraient rester avec leurs camarades non fumeurs et mineurs dans l enceinte de l établissement

mes premiers joints, je les ai fumé devant le lycée, avant d aller en études... dans un "grand"lycée lyonnais...

un peu de responsabilité de la part des institutions, des parents et.. des élèves seraient de bon ton

accessoirement, le fait de ne pas permettre aux étudiants de sortir fumer, c est le début de la prévention...

Signaler Répondre

avatar
A.E le 30/03/2016 à 07:35

Que les majeurs puissent signer une décharge pour sortir fumer comme il se fait dans certains lycées. la cible potentielle ce sont les jeunes assez cons pour cramer leur argent dans le tabac. La vente de cigarette est interdite aux mineurs (donc la conso implicitement). Tant pis pour eux.

Signaler Répondre

avatar
Tousseur le 29/03/2016 à 21:09

il me semblait que la vente et l usage de tabac etait reserve aux majeurs...
Les lycees ont ils tous plus de 18ans?

Et l exemple pour les plus jeunes?

Personnellement, avec du recul, j aurai bien aime que mes annees lycee se passent sans....

Signaler Répondre

avatar
choupette69 le 29/03/2016 à 19:48

Boh quand j'étais au lycée, je ne fumais pas dans l'enceinte et franchement je n'en suis pas morte. ça oblige aussi à s'habituer à attendre avant de cloper.
Quand on travaille, on sait bien qu'on ne peut pas toujours fumer quand on veut, où on veut, on n'en meurt pas non plus.
Connaitre jeune quelques contraintes est plutôt une chance, vu que la suite ne sera pas "open bar"...:-)

Signaler Répondre

avatar
rusty83 le 29/03/2016 à 19:40
Akhenatoum a écrit le 29/03/2016 à 17h29

Le gars il est ouf il a avalé un code pénal,le pervers.

Aujourd'hui, on peut lire sur les forums qu'être pervers , c est connaître et appliquer les lois de la République...cherchez l erreur!

Signaler Répondre

avatar
Au secours le 29/03/2016 à 19:04

Les irresponsables sont ces associations et cette pneumologue. Ils préfèrent que les élèves soient des cibles potentielles pendant ces temps troubles plutôt que de les protéger temporairement. Déjà les élèves qui fument sont à l'air libre et cantonés dans un coin de la cour . Ensuite Les autres élèves non fumeurs ne se mêlent pas à eux et voila c'est réglé. Faut des fois voir les priorités !!!!

Signaler Répondre

avatar
Dietrich le 29/03/2016 à 18:42

En outre, ces plaintes d'une " pneumologue" et de " diverses associations"
sont basées sur quoi, les faits reprochés sont établis comment ? ils ont vu des lycéens fumer, quand ? ces fumeurs ont-ils été identifiés. ?
Encore des talibans de la plainte !

Signaler Répondre

avatar
Akhenatoum le 29/03/2016 à 17:29
rusty83 a écrit le 29/03/2016 à 16h54

SANTÉ PUBLIQUE
Interdiction de fumer pour les personnels et les élèves dans les établissements d’enseignement et de formation
NOR : MENE0602946C
RLR : 505-0
CIRCULAIRE N°2006-196 DU 29-11-2006 JO DU 5-12-2006
MEN
DGESCO B3-1
Texte adressé aux rectrices et recteurs d’académie ; aux inspectrices et inspecteurs d’académie, directrices et directeurs des services départementaux de l’éducation nationale ; aux inspectrices et inspecteurs de l’éducation nationale, responsables de circonscription ; aux chefs d’établissements ; aux directrices et directeurs de centres de formation d’apprentis
Le décret n° 2006-1386 du 15 novembre 2006 (publié au JO du 16 novembre 2006), fixant les conditions d’application de l’interdiction de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif, modifie les dispositions réglementaires du code de la santé publique prises pour l’application de la loi n° 91-32 du 10 janvier 1991 relative à la lutte contre le tabagisme et l’alcoolisme.
L’interdiction, à partir du 1er février 2007, de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif concerne tout particulièrement les établissements d’enseignement et de formation. En effet, ceux-ci, de par leur vocation même, se doivent d’être des lieux d’exemplarité, de prévention et d’éducation à la santé.
À compter de cette date, il sera totalement interdit de fumer dans les enceintes (bâtiments et espaces non couverts) des établissements d’enseignement et de formation, publics ou privés, destinés à l’accueil, à la formation ou à l’hébergement des mineurs, notamment les écoles, collèges et lycées publics et privés, y compris les internats, ainsi que les centres de formation d’apprentis. Cette interdiction s’applique aux personnels comme aux élèves.

Le gars il est ouf il a avalé un code pénal,le pervers.

Signaler Répondre

avatar
Jany le 29/03/2016 à 17:22
rusty83 a écrit le 29/03/2016 à 16h54

SANTÉ PUBLIQUE
Interdiction de fumer pour les personnels et les élèves dans les établissements d’enseignement et de formation
NOR : MENE0602946C
RLR : 505-0
CIRCULAIRE N°2006-196 DU 29-11-2006 JO DU 5-12-2006
MEN
DGESCO B3-1
Texte adressé aux rectrices et recteurs d’académie ; aux inspectrices et inspecteurs d’académie, directrices et directeurs des services départementaux de l’éducation nationale ; aux inspectrices et inspecteurs de l’éducation nationale, responsables de circonscription ; aux chefs d’établissements ; aux directrices et directeurs de centres de formation d’apprentis
Le décret n° 2006-1386 du 15 novembre 2006 (publié au JO du 16 novembre 2006), fixant les conditions d’application de l’interdiction de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif, modifie les dispositions réglementaires du code de la santé publique prises pour l’application de la loi n° 91-32 du 10 janvier 1991 relative à la lutte contre le tabagisme et l’alcoolisme.
L’interdiction, à partir du 1er février 2007, de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif concerne tout particulièrement les établissements d’enseignement et de formation. En effet, ceux-ci, de par leur vocation même, se doivent d’être des lieux d’exemplarité, de prévention et d’éducation à la santé.
À compter de cette date, il sera totalement interdit de fumer dans les enceintes (bâtiments et espaces non couverts) des établissements d’enseignement et de formation, publics ou privés, destinés à l’accueil, à la formation ou à l’hébergement des mineurs, notamment les écoles, collèges et lycées publics et privés, y compris les internats, ainsi que les centres de formation d’apprentis. Cette interdiction s’applique aux personnels comme aux élèves.

Mr ,me, en France nous ne sommes pas capables de faire respecter les lois de la république.aller,dire à ses jeunes,qui voyent les incivilités de tous nos concitoyens au quotidiens ,de respecter cette loi. Il y aurait tellement à dire.

Signaler Répondre

avatar
Hum le 29/03/2016 à 17:01

Il n'y a pas d'associations pour interdire aux dealers de vendre leur drogues. C'est la peur qui doit les arrêter.on peut remercier ces assos ,qui grâce à loi anti tabac,on fait fermer des milliers de bars,en créant du chômage .ainsi que les restaurants qui on vu leur clientèle baisser de moitié,pour le plus grand bonheur des buveurs d'eau plate gratuite et des mangeurs de salades.

Signaler Répondre

avatar
rusty83 le 29/03/2016 à 16:54

SANTÉ PUBLIQUE
Interdiction de fumer pour les personnels et les élèves dans les établissements d’enseignement et de formation
NOR : MENE0602946C
RLR : 505-0
CIRCULAIRE N°2006-196 DU 29-11-2006 JO DU 5-12-2006
MEN
DGESCO B3-1
Texte adressé aux rectrices et recteurs d’académie ; aux inspectrices et inspecteurs d’académie, directrices et directeurs des services départementaux de l’éducation nationale ; aux inspectrices et inspecteurs de l’éducation nationale, responsables de circonscription ; aux chefs d’établissements ; aux directrices et directeurs de centres de formation d’apprentis
Le décret n° 2006-1386 du 15 novembre 2006 (publié au JO du 16 novembre 2006), fixant les conditions d’application de l’interdiction de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif, modifie les dispositions réglementaires du code de la santé publique prises pour l’application de la loi n° 91-32 du 10 janvier 1991 relative à la lutte contre le tabagisme et l’alcoolisme.
L’interdiction, à partir du 1er février 2007, de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif concerne tout particulièrement les établissements d’enseignement et de formation. En effet, ceux-ci, de par leur vocation même, se doivent d’être des lieux d’exemplarité, de prévention et d’éducation à la santé.
À compter de cette date, il sera totalement interdit de fumer dans les enceintes (bâtiments et espaces non couverts) des établissements d’enseignement et de formation, publics ou privés, destinés à l’accueil, à la formation ou à l’hébergement des mineurs, notamment les écoles, collèges et lycées publics et privés, y compris les internats, ainsi que les centres de formation d’apprentis. Cette interdiction s’applique aux personnels comme aux élèves.

Signaler Répondre

avatar
Prof le 29/03/2016 à 16:42

Le lycée St-Ex a attiré l'attention médiatique car c'est une décision prise suite aux attentats, mais d'autres lycées autorisent déjà la cigarette dans leurs murs, parfois depuis très longtemps.

Signaler Répondre

avatar
Dietrich le 29/03/2016 à 15:00

Plainte qui n'a aucun sens car s'ils ne fument pas à l'intérieur, ils fumeront devant le portail et inversement.
Ras le bol de toutes ces associations qui veulent faire parler d'elles et dont la plainte est irrecevable. Quand va-t-on arrêter de subventionner toutes ces associations ?

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.